Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Christophe, coordonnateur, et Myriam, conseillère pédagogique

Par Florent Lathuilière publié 16/01/2018 15:37, Dernière modification 16/01/2018 15:37
Entretien avec Christophe, coordonnateur du REP d'Argenteuil sud et Myriam, conseillère pédagogique de circonscription, chargée du suivi du dossier PDMQC

Bandeau Coordo + CPC

Dans cet entretien, Christophe, coordonnateur du réseau, et Myriam, conseillère pédagogique, retracent l'histoire du réseau et rappellent le contexte dans lequel le projet "Résolution de problèmes en mathématiques" proposé par le maître + s'est inscrit. Ils expliquent comment cet objet mathématiques a fait sens et permis une mobilisation de l'équipe, qui a agi comme "une résilience collective", nourrissant l'envie d'agir pour renverser une situation proche de "l'état de guerre" dans laquelle se trouvait le réseau sept ans auparavant. Le projet singulier conduit dans cette école n'est, selon eux, pas transférable à l'identique, car propre à l'histoire du réseau et à ses professionnels. Il conjugue la rencontre entre un objet d'enseignement et des professionnels accompagnés et outillés dans le temps, et a permis l'engagement progressif des dix-sept enseignants de l'école. En revanche, l'observation, sur un temps long, de cette expérience leur permet d'identifier des dynamiques de transformation et des leviers transférables. Par exemple "l'éthos collectif, centré sur la réussite des élèves et la recherche-action collective, représente un levier essentiel..."Tous deux soulignent l'importance de la communication entre tous les acteurs, directrice de l'école, enseignants, coordonnateur, conseillère pédagogique, équipe de circonscription, contribuant à renforcer une équipe stable qui aujourd'hui travaille "la porte ouverte".

player1
player1 Durée
 1. Un projet qui suscite une mobilisation collective, mais qui s'inscrit dans l'histoire du réseau 00 : 00
2. La place du référentiel de l'Éducation prioritaire dans cette démarche 03:09
 3. Le réel des classes, facile à appréhender ? 04:12
 4. L'impact du projet au niveau du réseau et la question du pilotage 05:57
 5. Les dispositifs utiles en Éducation prioritaire 07:55
Déroulé de l'entretien

Focales de Roland Goigoux -->

Principes de fonctionnement collectif d'Yves Reuter -->

Questions
de métier

Questions
d’apprentissage

1. Un projet qui suscite une mobilisation collective mais qui s'inscrit dans l'histoire du réseau

Pour Christophe, coordonnateur du Réseau d'Éducation Prioritaire, "un collectif, ça ne se décrète pas". Il explique la mobilisation de l'équipe autour du projet maths par différents facteurs : un contexte de travail difficile dans un réseau qui sept ans plut tôt "était en état de guerre" ; l'arrivée d'un "maître +" proposant un projet autour de la résolution de problèmes en maths ; un premier noyau d'enseignants de CM en capacité de s'en emparer, du fait de leur cursus universitaire.

Cette rencontre a fait émerger une sorte de "résilience collective qui s'est exprimée autour de l'objet maths, comme moyen de survie et de volonté d'essayer des choses".

Solidarité de l'équipe

 

La coopération dans un collectif de travail, à quelles conditions ?

2. La place du référentiel de l'Éducation prioritaire dans cette démarche "Le référentiel est un outil pour nommer les choses". Il est important, selon Christophe, de partir de ce qui se fait sur le terrain et faire le lien avec le cadre institutionnel, plutôt que de vouloir normer les pratiques à partir du prescrit. Construction collective de règles de fonctionnement La régulation dans le travail d'équipe : une condition pour un travail collectif efficace ?

3. Le réel des classes, facile à appréhender ?

Sa mission de CPC permet à Myriam de percevoir que "ce qui se joue dans ce projet, c'est un partage d'expérience et de ressources"  que rend possible la co-intervention dans le cadre du dispositif PDMQC.

Christophe n'envisage pas son travail de coordonnateur comme un "technocrate qui travaille à distance" et se trouve légitime à "aller faire en classe, plus que d'aller voir en classe". Une école avec les portes des classes ouvertes, c'est selon lui le vrai levier.

Accent mis sur la coopération

Former, accompagner les M+ pour soutenir le travail du collectif

La coopération pour forger un collectif de travail, à quelles conditions ?

4. Impact du projet au niveau du réseau et la question du pilotage

La dynamique engagée dans l'école peine à se poursuivre au collège, du fait du manque de stabilité de l'équipe des enseignants de mathématiques et du peu d'outillage de ces enseignants en contrats précaires.

Dans cette circonscription, dont les écoles sont quasi exclusivement situées en REP, le pilotage est qualifié de fluide, de cohérent, chacun œuvrant à son niveau.

Solidarité de l'équipe

Organiser la coopération et la collaboration à l'échelle d'un réseau, quels obstacles ?

Partager le travail vs diviser le travail

5. Les dispositifs utiles en Éducation prioritaire

Le dispositif "Plus de Maîtres que de Classes", a favorisé la co-intervention et permis aux enseignants de s'engager dans des projets, des expériences, dans lesquels ils ne se seraient pas engagés seuls

Christophe souhaite ne pas avoir à choisir entre PDMQDC et CP à 12. Il insiste sur la nécessité de réduire la taille des classes sans mettre en péril les dynamiques collectives avec le RASED et le "maitre +". 

Accent mis sur la coopération et l'entraide.

En quoi le travail collectif peut-il être une ressource ?

A quelles conditions un dispositif est utile ?

Retour au sommaire du dossier