Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Discriminations / Les journées d'étude 2011-2012 / Expérience sur la communauté d’agglomération de Grenoble (38) Regards sur les pratiques professionnelles dans et autour d’un collège : Plan Education Nationale, Grenoble‐Alpes‐Métropole

Expérience sur la communauté d’agglomération de Grenoble (38) Regards sur les pratiques professionnelles dans et autour d’un collège : Plan Education Nationale, Grenoble‐Alpes‐Métropole

Par stefani — publié 25/01/2012 10:55, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Sophie Ebermeyer chargée de mission éducation et LCD Grenoble Alpes Métropole (La Métro), Jean-Pierre Martin chargé de mission politique de la Ville et LCD inspection académique de l'Isère, Patrick Fuertès principal de Collège Jules Vallès de Fontaine (RRS), Luiza Tobal, éducatrice de prévention sur le territoire de Fontaine à l'association APASE

Voir la vidéo de l'intervention

grenoble

Présentation de l’APASE : Luiza Tobal, éducatrice de prévention 

L’APASE , (Association pour la Promotion de l’Action Socio-Educative), est une association d’éducation spécialisée, détentrice d’une mission départementale de prévention spécialisée, qui s’inscrit dans le champs de l’aide sociale à l’enfance. (art.L121-2, du Code de l’action sociale et des familles, qui consiste à « prévenir  la marginalisation et à faciliter l’insertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles en difficulté et en rupture avec leur milieu »)

L’intéressement et l’implication de l’APASE, dans le groupe recherche action sur la lutte contre les discriminations

En tant qu’éducateur (trice) spécialisée, la question de la discrimination est importante, voire même indispensable, pour répondre à notre mission. La plupart, vous diront même, que cela est naturel dans leur pratique.  Cependant, dans un souci de continuité et de réflexion, pour répondre à la demande des usagers, il me parait essentiel, d’avoir un questionnement continuel sur la notion de discrimination. En effet, après réflexion, nous pouvons, nous apercevoir, que la discrimination, même involontaire, peut être présente dans nos services.

En répondant à l’invitation dans ce groupe, en tant qu’éducatrice spécialisée à l’APASE, j’apporte, les valeurs de l’association. En effet, le sentiment, sur la question de la discrimination, se base sur nos principes. En cela, nous élaborons des pratiques, mises en œuvre sur le territoire. Dans ce cas, en participant à ce groupe, l’APASE souhaite réfléchir à une cohérence de valeurs sur le territoire de Fontaine. C’est pourquoi nous favorisons le travail partenarial pour cette question, car cette cohérence se fera avec la cohésion d’un groupe constitué d’acteurs concernés par la question de la jeunesse.

L’idée d’une remise en question de nos pratiques institutionnelles est au cœur de notre motivation. Il est donc indispensable de parler du jeune, dans son environnement naturel. En effet sa fonction d’élève, et donc son contact avec le milieu scolaire est influencé par son quotidien. Nous savons que le jeune peut fréquenter diverses institutions différentes, qui présentent toutes, des cadres précis. C’est justement dans ces institutions, que les pratiques doivent être décortiquées, afin d’éviter toutes discriminations.

Présentation du groupe et travail

Participent à ce groupe, deux représentantes de l’APASE, Dominique Montmagnon coordinatrice EPS, et éducatrice spécialisée au DRE et Luiza Tobal, éducatrice spécialisée en prévention spécialisée. Trois représentants de l’éducation nationale, Patrick Fuertes, Principal du collège Jules Vallès, Anne Rapeaux, professeur d’Histoire-Géographie et coordinatrice REP, au collège Jules Vallès et Sylvie Dall’Agnol, CPE, au Collège Gérard Philippe. Deux représentants du service jeunesse de la ville de Fontaine, Mgaeith Sabrina, animatrice et responsable de « la Maison du temps libre » à Fontaine et Codjo  Kuashie, animateur au « Point information jeunesse » de la ville de Fontaine.

Nous sommes tous concernés par la jeunesse, nous travaillons ensemble, auprès des jeunes. A partir de nos regards croisés, Fabrice Dhume, nous apporte des éléments théoriques sur la question de l’inégalité de traitement dans nos pratiques. En effet, nous dépendons d’institutions, ce qui implique des normes, ce qui peut suggérer des jugements de valeurs, or, notre mission vise  à travailler auprès de personnes qui sont en concurrence entre plusieurs logiques : l’intégration et la mixité culturelle. Ce paradoxe peut nous mettre en position de discriminant, portant des préjugés.  Nos pratiques peuvent être influencées par les origines de la personne. Par exemple la question de la culture. Permettre à des personnes marginalisées, en grande précarité d’accéder aux structures culturelles de la ville. En effet,  l’accès à la culture n’est pas une question d’origines.

Dans ma pratique il est important pour moi que chaque jeune que j’accompagne rencontre différentes opportunités, qui leur permettent de choisir. Car selon moi l’accès au choix est une forme de lutte contre les discriminations, c’est l’institution qui doit tenter de s’adapter à l’usager.

Nous sommes pour le moment en pleine réflexion théorique, illustré, par notre vécu et notre pratique.

Pour l’APASE, en participant à cette « recherche action », nos attentes  s’orientent  vers une cohésion partenariale, visant à trouver les moyens, pour mette en œuvre, une ou des actions, afin de lutter contre la discrimination, sur notre territoire d’intervention.

Ainsi nous pourrons réfléchir ensemble à la modification de nos pratiques professionnelles, pour offrir à l’usager, un soutien à ses attentes.

Patrick Fuertès, principal Collège J. Vallès de Fontaine

 

Qu’institutionnellement, on donne la possibilité aux acteurs de la vie publique sur un territoire de s’engager dans un projet commun de recherche/action sur les LCD, c’est déjà afficher une forte volonté de s’investir sur ce thème.

Réunion après réunion, c’est à travers ce que nous sommes individuellement et collectivement, à travers nos réflexions et nos réflexes, à travers nos cultures et nos histoires personnelles que nous espérons construire un cadre.

Ce qui nous permettra de mettre en place une politique sur le territoire en ayant intégré dans nos pratiques, les éléments essentiels pour ne pas discriminer au quotidien.

Cette recherche/action est en cours ! Débouchera-t-elle sur des écrits, des protocoles, des formations ?

Elle nous interroge sur notre pratique quotidienne. Chacun, déjà, dans son champ d’intervention, n’est plus le même.

On s’interroge, on analyse, on propose.

Lutter Contre les Discriminations, c’est interroger le « là d’où on vient ». Elles interrogent « le vivre ensemble ». C’est une vraie bataille à mener au 21ème siècle. C’est tout le sens de notre démarche sur le territoire fontainois.

De ma place de professionnel de l’enseignement,  Lutter Contre les Discriminations renvoie à la réussite scolaire et à sa définition :

  • Comment dans ma pratique journalière, je peux combattre le déterminisme scolaire ?
  • Comment atteindre l’excellence sans être élitiste ?
  • Comment prendre e compte les situations familiales sans aggraver la compétition entre les élèves ?
  • Comment mettre en place l’égalité de traitement à travers le travail personnel ?

C’est tout le sens de mon engagement dans ce projet.

Mots-clés associés : ,
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
23/08/2017 « Ce qui se joue de plus intéressant dans le développement langagier c’est ce qui se fait en dehors des activités pointées « langage » dans le continuum des domaines d’apprentissage ». Entre langage ordinaire, langage scolaire et langages disciplinaires, Yves Soulé,  formateur à l’ESPÉ de Montpellier en didactique du langage, déplie les difficultés que l’enseignement de l’oral représente et propose des pistes de formation pour les formateurs, dans une conférence qui s’est tenue le 23 mars 2017 à l’IFÉ.
23/08/2017 A partir de son expérience de formateur dans l'enseignement spécialisé, Baptiste Caroff considère que c'est l'observation précise et collective des situations perturbées qui peut donner aux enseignants des clefs pour agir efficacement sur le climat de classe et les apprentissages.
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr