Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vers le facebook de Centre Alain Savary Vers le twitter de Centre Alain Savary Vers le RSS de Centre Alain Savary
Centre Alain Savary
Navigation

2006

Par webmaster — publié 20/10/2008 09:23, Dernière modification 14/04/2016 11:31

 

DUBOIS-DUNILAC Nicolas, MACAIRE Simon.  Les déterminants de la réorientation des bacheliers lorsque le projet d'études n'est pas satisfait : L'exemple de la région Centre .  Regards croisés sur la question étudiante : parcours, diplômes et insertion : Colloque du RESUP, 8-9 juin 2006.

Cette communication se donne pour objectif d'étudier les bacheliers dont le projet n'a pas abouti. Quelles sont leurs caractéristiques sociales et scolaires ? Quel était leur projet ? Quelle réorientation ont-il dû engager ? Est-ce une réorientation totale – changement complet de formation ou sortie du système éducatif – ou une réorientation partielle – même formation supérieure mais changement de lieu ? Enfin, quels en sont les déterminants ?

Objectif 50% d'une génération diplômée de l'enseignement supérieur. LEGENDRE Bernard, MAILLARD Jean-Jacques,. Haut comité éducation-économie-emploi (Hceee). La documentation Française, 2006.

 L'objectif de 50% de diplômés du supérieur a été retenu dans le cadre de la loi sur l'école. Est-il conforme aux attentes et aux objectifs de la société en général et de l'environnement économique en particulier ? L'accès au baccalauréat et à l'enseignement supérieur a fortement progressé dans les années quatre-vingt, puis s'est stabilisé autour de 1995. Le présent rapport estime que cette forte progression n'a pas été sans effets pervers : déséquilibre entre les filières, inflation des formations offrant peu de débouchés professionnels, inquiétude individuelle et collective... On compte 42 diplômés du supérieur pour 100 jeunes. Selon le HCEEE, les travaux prospectifs et les comparaisons internationales confirment l'intérêt stratégique de l'objectif défini, conforme à ce qui s'observe dans les grands pays de l'OCDE et dans la ligne des perspectives de l'Union européenne définies à Lisbonne et réaffirmées en 2005. Partant de ces analyses, le Haut Comité a structuré ses préconisations autour de trois grands axes : relancer la dynamique d'accès au bac et améliorer l'articulation entre l'enseignement secondaire et supérieur, diminuer de façon significative le nombre de sorties sans diplôme de l'enseignement supérieur, améliorer les conditions de l'insertion des jeunes diplômés dans le monde du travail.

 Accueil et orientation des nouveaux étudiants dans les universités. SIMON Thierry,  
Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). La documentation Française, 2006.

La problématique de l'accueil et de l'orientation des nouveaux étudiants dans les universités et de la réorientation des étudiants en échec en fin de première année implique l'examen des dispositions prises pour assurer aux étudiants un double succès académique et professionnel. Elle concerne toute la chaîne qui va de l'amont (liaison avec le secondaire) à l'aval (insertion professionnelle), tant du point de vue des actions spécifiques ainsi développées que du point de vue de l'adaptation de l'offre de formation à ce double objectif. A partir de l'étude des statistiques et de la littérature existante d'une part, et de la visite sur le terrain de 22 sites universitaires et 8 rectorats, complétées par des entretiens avec certaines personnalités et représentants d'organismes, le rapport analyse les défis auxquels se trouve confrontée l'université, à savoir l'accroissement des besoins globaux de formation et la nécessité de qualifier pour l'emploi, ainsi que les contraintes fortes qui pèsent sur elle alors qu'elle doit accueillir un public mal préparé à la poursuites d'études. Dans une deuxième partie, la mission présente les expériences de terrain et enfin énonce les pré requis d'une politique globale et des recommandations.

Where immigrant students succeed. Rapport de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique). Mai 2006.

Les systèmes éducatifs dans de nombreux pays de l’OCDE servent mal les enfants issus de l’immigration. De nombreux pays développés ne parviennent pas à aider les enfants issus de l’immigration à s’intégrer dans la société par l’instruction. Selon une nouvelle étude de l’OCDE, dans certains pays de l’OCDE, ces enfants accusent un retard scolaire de plus de deux ans par rapport à leurs camarades autochtones, même si l’on tient compte des facteurs socioéconomiques.

 

Des territoires qui façonnent les parcours scolaires des jeunes . Publication du Cereq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Mars 2006. 

Les particularismes locaux, et surtout l'écho qu'ils trouvent dans la façon dont est structuré le système de formation, soulignent l'importance de prendre en compte les spécificités des territoires pour
mieux cibler les politiques éducatives", observe le CEREQ dans une étude publiée en mars 2006


Les inégalités socio-spaciales d’éducation : processus ségrégatifs, capital social et politiques territoriales..Coordonnateurs : Ben-Ayed Choukri, Broccolichi Sylvain, Trancart Danièle.

Qu'est ce qui fait réussir l'Auvergne et l'Aquitaine ? Qu'est ce qui fait échouer en Seine-Sainte-Denis ou à Nice ? Ces pôles de sur – réussite et de sous – réussite sont bien connus. Pour Choukri Ben-Ayed, Sylvain Broccolichi et Danièle Trancart, les inégalités sociales n'expliquent pas tout. "Les premiers résultats de notre recherche invalident une conception trop mécaniste des relations entre la composition sociale ou même scolaire des publics d’élèves (considérés isolément) et leur réussite scolaire. En effet, les comparaisons entre départements et entre sites font bien apparaître et comprendre à quel point des publics d’élèves socialement proches peuvent majoritairement être en sous réussite scolaire ou en sur réussite scolaire selon qu’ils se situent dans des contextes plus ou moins inducteurs de fuites, de stigmatisation et de différenciations perceptibles au niveau des professionnels scolaires". Des pratiques locales (comme le regroupement des meilleurs élèves dans des classes particulières pour éviter les fuites ou l'ouverture d'options pour concurrencer les établissements voisins) peuvent l'amplifier. Ces premières conclusions sont encore à affermir et on trouvera sur le site du programme de recherche "disparités territoriales et régionales" d'autres travaux.

 

Elèves en difficulté d'apprentissage: parcours et environnements éducatifs différenciés en fonction des structures scolaires ; Vincent Dupriez et Xavier Dumay. Girsef (Groupe Interfacultaire de recherche sur les systèmes d’éducations et de formations) et Cpu (Chaire Unesco de pédagogie Universitaire), Cahier de la recherche en Education et Formation n°51., Février 2006.

L'orientation : un autre facteur d'élitisme, INRP, chapitre de la lettre de la VST n°14 intitulée « Formation des élites et ségrégation scolaire ». Janvier 2006

A la lecture des études sur la ségrégation scolaire, on pourrait faire un parallèle de vocabulaire entre le système scolaire et le système des êtres vivants. En effet, la « reproduction » des élites est associée à certaines formes de « déterminisme » : L'élève est déterminé par son milieu (social). Il s'adapte ou on l'incite à « s'adapter à son milieu », tant dans les apprentissages que par les cursus qui lui sont proposés.