Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / LECTURE-ECRITURE / Boite à outils compréhension / Un scénario de formation et des canevas d'enseignement / Lecture pas-à-pas : un exemple autour de "La Licorne"

Lecture pas-à-pas : un exemple autour de "La Licorne"

Par Patrick Picard publié 16/12/2018 00:00, Dernière modification 16/12/2019 16:20
Ce scénario pédagogique reprend les principes du scénario de "Lecture pas-à-pas" en l'exemplifiant autour de "La Licorne", de Martine Bourre (2006, éd. Pastel)

Ce qu’il y a à comprendre dans cette histoire

C’est l’histoire d’un petit roi et une petite reine très amoureux qui rencontrent une licorne qu’ils aiment tant, qu’ils veulent la garder près d’eux. Malheureusement, la licorne, tombée malade, ne peut vivre avec eux malgré l’amour du roi et de la reine et les soins qu’ils lui donnent, car elle ne peut être heureuse qu’en liberté dans sa grande forêt.

Par amour pour la licorne, le roi et la reine renoncent à leur désir de vivre avec elle et préfèrent lui rendre sa liberté, pour qu’elle soit heureuse et en bonne santé.

Avant la séance de classe, préparer les questions et le tableau:

  • À chaque arrêt l’enseignant-e pose une seule question inférentielle, deux tout au plus.
  • Questions d’anticipation (Que va faire/ Que veut faire tel personnage ? Que va-t-il se passer ? etc.)
  • Question d’antériorité (Pourquoi tel personnage a-t-il fait cela ? Que voulait-il faire ? Que s’est-il passé ? etc.)
  • Question d’éclaircissement (Qui est tel personnage ? Qui est le responsable ? Où se déroule cette histoire ? etc.)

Pour la lecture de l’ouvrage La licorne en CP, les différentes étapes sont présentées ci-dessous : les arrêts, les questions et les hypothèses des élèves.

TEMPS 1 : En amont de la lecture

a. En amont de la lecture : mobiliser la mémoire didactique, présentation de la tâche

Déroulé

But

Exemples de dialogues

Présenter l’activité de compréhension.

Expliquer aux élèves qu’ils vont faire une activité de lecture pour apprendre à comprendre.

Demander ce qu’ils doivent faire lorsque l’enseignant lit une histoire.

  • Se faire le film, voir les personnages, ce qu’ils font, ce qu’ils ressentent et pensent, où ils sont… on se parle dans notre tête.
  • Ecouter c’est être actif, se parler dans sa tête.

Présenter la lecture pas à pas : enjeux et modalités

  • Dire que la lecture du texte ne sera pas intégrale mais que les élèves découvriront le texte petit à petit.
  • Expliquer que l’enseignant fera des pauses et qu’à chaque pause il posera une question. Les élèves devront alors émettre des hypothèses.
  • Préciser qu’une hypothèse doit prendre appui sur les informations du texte et que ce n’est pas laisser libre cours à son imagination.
  • Dire que la suite de la lecture permettra de vérifier la qualité des hypothèses.

Expliciter aux élèves ce qu’ils vont apprendre, devoir faire et comment ils vont procéder :

  • Émettre des hypothèses en les justifiant.
  • Faire des liens entre les informations, anticiper en prenant appui sur les informations du texte, réguler sa compréhension au fur et à mesure de la lecture.

 

Présentation de l’activité par l’enseignante

 

 

 

Pour que l’élève donne du sens et se projette dans la tâche.

 

 

Pour que l’élève comprenne l’activité qu’il aura à mener.

Ens : Je vais faire des pauses où je vais vous poser une voire deux questions, vous allez voir que c’est quasiment tout le temps les mêmes. Vous, vous ferez des hypothèses pour répondre à mes questions. C’est quoi une hypothèse ?

E : C’est quand on dit quelque chose mais on n’est pas sûr.

Ens : Voilà, l’hypothèse sera à vérifier. Est-ce qu’on peut tout imaginer comme     hypothèse ?

E : Non, faut que ça aille avec l’histoire.

Ens : Voilà. Les hypothèses, elles doivent aller avec l’histoire, ce qu’on connait des personnages.

Ens : Là on va travailler la compréhension c’est-à-dire ce qu’on comprend d’une histoire. D’accord ? La vérité, c’est toujours le texte qui le dit. Donc il ne faut pas partir dans des explications farfelues voilà, on se fie au texte c’est-à-dire que c’est le texte qui dit la vérité…

Ens : Comment on fait pour comprendre une histoire ?

E : On imagine dans la tête.

Ens : Oui, on imagine. Qu’est-ce qu’on imagine ?

E : On se fait le film avec les personnages.

E : On voit ce qu’ils font.

E : Où ils sont.

b. En amont de la lecture : présentation de l'histoire

Déroulé

But

Exemples de dialogues

Présenter le titre : La licorne de Martine Bourre.

Présenter l’illustration de La licorne.

Demander aux élèves ce qu’ils connaissent de la licorne.

  • animal légendaire, imaginaire
  • animal libre qui vit dans la forêt

 

 

Donner les connaissances sur la licorne si elles manquent aux élèves

 

 

 

Présenter les personnages et le cadre de cette histoire

  • un petit roi, une petite reine, un petit château
  • une grande forêt

 

Amorce de l’histoire

 

Convoquer les connaissances nécessaires à la compréhension de l’histoire:

  • lexique,
  • connaissances du monde.

 

 

 

Présenter :

  • les personnages,
  • le cadre.

 

 

 

L’élève met en place des stratégies avant la lecture. Il commence à élaborer une représentation mentale.

 

licorne-1.png

 

licorne-2.png

 

Temps 2. Lecture pas-à-pas

a. Épisode 1.

Déroulé

But

Exemples de dialogues
Lecture collective par l'enseignant·e de l'extrait choisi :

"Il était une fois un petit roi qui habitait un petit château dans un petit royaume.

Un jour qu’il se promenait dans la grande forêt, le petit roi vit au loin, derrière les arbres, un animal extraordinaire.

Il revint dans son château et appela le chevalier Petitpas."

Poser la question :

"Que veut faire le roi ?"

 

 


Hypothèses possibles des élèves :

  • Le roi veut que le chevalier capture l’animal.
  • Le roi veut demander au chevalier de venir l’aider à l’attraper.
  • Le roi veut que le chevalier tue l’animal.

Pour amener les élèves à justifier et mettre en lumière les procédures :

Enseignant : comment tu sais qu’il aimerait la capturer ?

Elève : il trouve la licorne extraordinaire.

Enseignant : et oui, dans le texte, il est écrit qu’elle est extraordinaire. Tu t’appuies sur les informations du texte.  Cela veut dire quoi ?

Elève : elle est rare, elle est très belle.


 

L’enseignant accueille les hypothèses et les traite.

 

Les élèves émettent des hypothèses sur la suite de l’histoire. Pour répondre à la question, ils accèdent à l’implicite du texte en traitant les informations lues : comprendre les intentions et les mobiles d’action.

 

 

L’enseignant accompagne les élèves dans leur raisonnement.

Il met en lumière les procédures.

licorne3.png

b. Épisode 2

Déroulé Échanges possibles

Lire la partie 2 :

« Chevalier dit le roi, j’ai aperçu dans la grande forêt un animal extraordinaire. Allez le chercher, je veux le montrer à la       reine ».  

« À quoi ça ressemble ? » demanda le chevalier Petitpas.

« Cet animal est blanc comme la neige, il court plus vite que le vent et porte une corne sur le front. »

Le chevalier Petitpas monta sur son grand cheval et partit au pas vers la grande forêt.

La première bête qu’il rencontra fut une belle aigrette blanche. Il la ramena à la cour du petit roi.

« Mais non, gronda le roi, l’animal que j’ai vu avait quatre pattes, ce n’était pas un oiseau ! »

Le chevalier Petitpas repartit au trot vers la grande forêt. Le deuxième animal qu’il rapporta était une chèvre blanche.

« Imbécile, dit le petit roi, une chèvre n’est pas un animal extraordinaire et la bête que j’ai vu n’avait qu’une corne ! »

Le chevalier Petitpas repartit au galop vers la grande forêt. Il revint avec un rhinocéros qu’il avait eu beaucoup de mal à capturer.

« Idiot, dit le petit roi, l’animal que j’ai vu était blanc et léger, avec des pattes très fines ! »

« J’en ai assez dit le chevalier Petitpas. Si vous voulez cette bestiole, allez donc la chercher vous-même ! »

Et il rentra chez lui.


Poser la question : "Que va faire le roi ?"

 

 

Hypothèses possibles :

  • le roi va aller la capturer,
  • le roi va demander à un autre chevalier.

 

Pour amener les élèves à justifier et mettre en lumière les procédures :

Enseignant : qu’est-ce qui te permet de penser qu’il voudra aller lui-même la capturer ?

Elève : parce que chaque fois que le chevalier se trompe, il lui demande d’y retourner.

Enseignant : et donc cela veut dire quoi ?

Elève : qu’il veut vraiment l’animal mais le chevalier il ne sait pas à quoi il ressemble. Le roi oui il sait, il va y aller lui-même comme ça il aura l’animal qu’il veut et pas un autre.

Enseignant : oui, donc pour faire son hypothèse, il s’appuie sur ce qu’on sait de ce que veut le personnage et de ses intentions.

 

L’enseignant accueille les hypothèses et les traite.

Les élèves émettent des hypothèses sur la suite de l’histoire. Pour répondre à la question, ils accèdent à l’implicite du texte en traitant les informations lues : comprendre les intentions et les mobiles d’action.

 L’enseignant accompagne les élèves dans leur raisonnement.

Il met en lumière les procédures.

 

c. Épisode 3

Épisode à lire :

Alors, le roi s’en alla tout seul dans une grande forêt à la recherche de l’animal extraordinaire.

Dans le petit château, la petite reine l’attendait.

Un matin, alors qu’elle s’ennuyait trop, elle alla se promener dans la grande forêt. Au bord d’un lac gelé, elle vit un animal merveilleux. Elle s’approcha très doucement pour ne pas l’effrayer et lui demanda :

« Es-tu l’animal blanc comme la neige et rapide comme le vent ? «

« Je suis la licorne », répondit l’animal.

 « Tu es si belle, Licorne, viens dans notre petit château. Le roi sera comblé et moi, je veillerai sur toi. Tu n’auras ni froid, ni faim. »

Et la licorne suivit la petite reine.

Quand le petit roi, fatigué et déçu, revint dans son petit château, il n’en crut pas ses yeux : il avait passé des jours entiers à explorer en vain la grande forêt et la licorne était chez lui ! Et elle parlait avec la petite reine. Bientôt, les gens accoururent des quatre coins du petit royaume pour voir l’animal extraordinaire, blanc comme la neige et rapide comme le vent.

Les saisons passèrent.

Au petit château, la licorne était bien nourrie et la petite reine l’aimait beaucoup. Pourtant, un matin, elle tomba malade.

Le petit roi fit venir les meilleurs médecins du petit royaume, mais personne ne savait comment guérir la licorne.

Au milieu de l’hiver, elle s’affaiblit encore et la petite reine s’affola.

Que vont faire le petit roi et la petite reine ?

Hypothèses possibles :

-       la ramener dans la forêt,

-       la guérir,

-       faire un vœu,

-       faire un feu,

-       la laisser mourir.

Accompagnement de l’enseignant possible :

-        Comment tu sais que ?

-        Qu’est-ce qui te permet de dire que ?

-        Que sait-on de ce que veulent le roi et la reine ?

-        Que sait-on de comment vit une licorne ?

-        Comment tu as fait pour ?

Le questionnement mettra en valeur l’hypothèse qui s’appuie sur les informations du texte et ce qui a déjà été compris ou au contraire, il permettra de montrer le manque de lien causal entre l’hypothèse proposée et les informations déjà données par le texte.

L’enseignant identifie et verbalise ou fait verbaliser comment les élèves élaborent leurs hypothèses et leur compréhension.

 

 

licorne-4.png

Traitement d’une hypothèse fantaisiste :

 

licorne-5.png

d. Épisode 4

Épisode à lire :

« Que pouvons-nous faire pour toi, Licorne ? » lui demanda-t-elle. La licorne murmura : « Emmenez-moi dans la grande forêt. La forêt me guérira. »

Alors, lentement, en s’arrêtant souvent pour qu’elle puisse se reposer, le petit roi et la petite reine conduisirent la licorne à l’orée de la grande forêt. Le vent soufflait et la neige tourbillonnait. Il faisait si froid que la petite reine se mit à grelotter, et le petit roi à éternuer sans arrêt.

 

Question posée par l'enseignant·e : "Comment va se sentir la licorne ?"

Hypothèses possibles :

- Elle va se guérir.

- Elle va se sentir mieux.

- Elle va être heureuse.

 


Accompagnement de l’enseignant·e possible :

-        Comment tu sais que ?

-        Qu’est-ce qui te permet de dire que ?

-        Que sait-on du mode de vie de la licorne ?

-        Comment tu as fait pour ?

Le questionnement mettra en valeur l’hypothèse qui s’appuie sur les informations du texte et ce qui a déjà été compris ou au contraire, il permettra de montrer le manque de lien causal entre l’hypothèse proposée et les informations déjà données par le texte.

L’enseignant identifie et verbalise ou fait verbaliser comment les élèves élaborent leurs hypothèses et leur compréhension.

e. Épisode 5

Épisode à lire :

Pourtant, la licorne allait mieux. À chaque pas qu’elle faisait sous les grands arbres, elle reprenait des forces.

La petite reine, très étonnée, demanda :             « Dis-moi, Licorne, ce qui t’a guérie si vite ? Est-ce la grande forêt ?»

« C’est la neige sous mes sabots, c’est le vent dans ma crinière, c’est le ciel au bout de ma corne.»

Elle n’en dit pas plus. Le petit roi et la petite reine étaient tristes.

 

Que vont faire le petit roi et la petite reine ?

 Hypothèses possibles :

 - Ils vont la laisser libre.

 - Ils vont construire un plus grand château.

 - Ils vont vivre dans la forêt avec elle.

 - Ils vont construire un château mais dans la forêt.

 - Ils vont la laisser dans la forêt mais ils viendront la voir.

Accompagnement de l’enseignant·e possible :

-        Comment tu sais que ?

-        Qu’est-ce qui te permet de dire que ?

-        Que ressentent le roi et la reine pour la licorne?

-        Qu’est-ce qu’ils comprennent sur les besoins de la licorne ?

Le questionnement mettra en valeur l’hypothèse qui s’appuie sur les informations du texte et ce qui a déjà été compris ou au contraire, il permettra de montrer le manque de lien causal entre l’hypothèse proposée et les informations déjà données par le texte.

L’enseignant identifie et verbalise ou fait verbaliser comment les élèves élaborent leurs hypothèses et leur compréhension.

 

licorne-6.png

 

f. Épisode 6

Ils comprenaient qu’un tel animal ne pourrait jamais vivre avec eux, enfermé dans leur petit château. Ils lui dirent adieu, et la licorne partit comme une flèche à travers les bois. Elle se fondit dans la blancheur scintillante des branches enneigées. Le bruit de son galop résonna un instant puis le silence enveloppa la grande forêt givrée.

Un soir d’été, comme la petite reine revenait d’une longue promenade dans la grande forêt, elle vit une tâche pâle flotter entre les arbres… La licorne vint la saluer, plus belle que jamais, blanche comme la neige et rapide comme le vent. Elle était libre et la grande forêt veillait sur elle.

Question : "Alors, finalement, que décident le petit roi et la petite reine ?"

Réponse attendue :

- Ils la laissent vivre dans sa forêt pour qu’elle soit heureuse.

- Et ils arrivent à la recroiser parfois.

L’enseignant·e amène les élèves à intégrer la fin de cette histoire.

Les élèves intègrent le dernier épisode de cette histoire.

Ils mettent en lien la chute de l’histoire avec le travail initié tout au long de la lecture pas-à-pas.

 

 

Temps 3 : conceptualisation et mémoire didactique

 

a. "Alors, finalement, qu'avez-vous compris de cette histoire ?"

 

Indicateurs de compréhension attendus :

Vigilances Exemples d'échanges

-       Même si le roi et la reine veulent vivre avec la licorne dans le petit château, leur amour est plus grand que leur désir et ils se résignent à la laisser en liberté pour qu’elle soit heureuse et en bonne santé.

 

-       La licorne est en bonne santé dans la forêt et en mauvaise santé dans le petit château.  Le roi et la reine sont en bonne santé dans leur château mais tombent malades dans la forêt. Ils ne peuvent vivre ensemble malgré leur désir de le faire.

 

-       Aimer quelqu’un c’est accepter de faire des choix pour son bonheur même s’il faut pour cela renoncer à ses propres désirs.

L’enseignant·e s’assure de la compréhension du texte.

Par son questionnement, l’enseignant·e amène les élèves à extraire les éléments essentiels pour comprendre l’histoire.

Il·elle accompagne les élèves dans le travail de restitution de la compréhension du texte.

Il·elle est vigilant pour que les élèves verbalisent les liens causaux qui ont été construits pendant la lecture pas-à-,pas.

Collectivement, les élèves reconstruisent l’histoire et la reformule en faisant apparaitre les liens de causalité.

Ils accèdent à la compréhension du texte.

 

b. Comment avons-nous fait pour comprendre l'histoire de la licorne ?

Cet échange permettra de revenir sur :

La tâche de lecture pas à pas :

  • on a écouté,
  • on s’est posé des questions,
  • on a émis des hypothèses,
  • on a vérifié avec le texte.

 

L’activité d’émission d’hypothèses (qui reprend les éléments verbalisés durant la lecture) :

  • on s’appuie sur ce qu’on connait des personnages,
  • on s’appuie sur nos connaissances,
  • on s’appuie sur ce que dit le texte,
  • on s’appuie sur les intentions des personnages pour anticiper ce qu’ils pourraient faire.

 

Question : Alors finalement, ce qu’on vient de faire, à quoi cela sert ?

Généraliser la situation à toutes les situations de lecture :

  • Ce qu’on a appris sert quand on lit une histoire,
  • Ce qu’on a appris sert quand on doit comprendre un texte.

 

Généraliser les procédures transférables :

  • on se pose des questions,
  • on comprend ce qu’ils veulent,
  • on met en lien les informations,
  • on anticipe,
  • on régule.

L’enseignant·e revient sur ce qui vient d’être fait, la démarche et les processus.

Les élèves verbalisent ce qu’ils ont appris et comment ils ont appris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enseignant·e interroge et généralise les procédures / institutionnalise.

L’élève garde une mémoire didactique de l’activité.

Ens : Alors, comment on a fait pour comprendre cette histoire ?

E : tu as lu et tu posais des questions.

Ens : et vous, qu’avez-vous fait ?

E : on faisait des hypothèses pour savoir ce qu’ils allaient faire le petit roi et la petite reine.

Ens : et alors comment vous faisiez les hypothèses ? Comment on fait une hypothèse ?

E : on réfléchit.

E : on réfléchit à ce qu’elle dit l’histoire.

Ens : oui, on s’appuie sur ce que dit le texte. Et puis, comment on fait ? Par exemple comment vous saviez pourquoi la licorne elle était malade au château ?

E : parce qu’on sait où elle vit la licorne, elle a besoin d’air et de courir.

E : le château il était trop petit pour elle.

Ens : oui, vous utilisez vos connaissances, exactement ! Et comment on savait qu’ils allaient la laisser dans la forêt ? Parce qu’ils voulaient quoi eux au départ ?

E : ils voulaient la garder.

Ens : et alors comment on sait qu’ils vont la laisser dans la forêt alors qu’il voulait la garder ? Pourquoi ?

E : parce qu’ils l’aiment, ils ne veulent pas qu’elle meure.

Ens : donc pour les hypothèses on utilise ce qu’on sait des liens entre les personnages, ce qu’ils ressentent et surtout ce qu’ils veulent faire, les intentions qu’ils ont. On fait les liens entre tout ça, entre ce qu’ils font et pourquoi ils le font.