Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Langages / L'enfant et ses langues à l'école, les comptes rendus des interventions / Langues et rencontre interculturelle en éducation : loyautés, conflits, autorisations

Langues et rencontre interculturelle en éducation : loyautés, conflits, autorisations

Par Stéphane Kus publié 19/08/2013 15:45, Dernière modification 14/04/2016 12:05
À partir de son expérience professionnelle d'enseignante auprès des EANA (Élèves Allophones Nouvellement Arrivés) et de ses recherches menées en tant qu'enseignante-chercheure, Cécile Goï a développé les problématiques liées à la confrontation des langues de l'école et des langues familiales des enfants. Elle a aussi abordé les dimensions interculturelles et la place des conflits de loyauté à l'œuvre dans les dynamiques d'autorisation à réussir des élèves allophones à l'école.

Autoriser et s’autoriser à réussir.

En référence au sociologue clinicien Vincent De Gauléjac, Cécile Goï a interrogé cette délicate question de l’autorisation  à réussir qui renvoie d’une part à l’individu lui-même, et à celles et ceux qui font autorité sur lui, ses parents mais aussi ses enseignants. « Faire autorité pour l'autre nous rend responsable de la dimension à faire grandir, à faire évoluer afin qu’il puisse devenir auteur de sa propre vie » nous dit la chercheuse. Dans les contextes de la migration, les contacts de langues, la rencontre des cultures, les processus d’acculturation, les tensions sous-jacentes à l'autorisation à réussir se complexifient. Dans certains cas mieux réussir que ses ascendants est une gratification mais dans d’autres cela peut relever de la trahison d’où cette notion de « conflit de loyauté ». Réussir c’est s'émanciper. Par exemple, il est fréquent, dans la migration, que les enfants apprennent plus vite le français que leurs parents et s'approprient aussi plus rapidement les codes sociaux. Que l’enfant ait un rôle d’interprète, à un moment donné, relève de l’ordre de la solidarité familiale mais lorsqu’il s’agit d’une inversion des positions symboliques cela peut engendrer des tensions difficiles à identifier et à dépasser pour l’ensemble du groupe familial.
D’une autre façon, en ce qui concerne l’investissement de la langue d’accueil, il n’est pas rare que la peur de la perte de sa langue maternelle engendre des comportements d’inhibition des processus cognitifs d’autant quand les enseignants s’inquiètent d’un parasitage de la langue maternelle sur l’appropriation de la langue de scolarisation.
Cécile Goï a ensuite fait référence au philosophe et psychanalyste Daniel Sibony pour interroger les phénomènes de l’entre-deux langues, l’entre-deux cultures. Pour se frotter sereinement à l’altérité, il faut être sûr de sa culture. Se sentir en danger c’est lorsque l’on vit une insécurité culturelle comme une insécurité linguistique. La crainte de l’altération se pose là.
Il en va de même pour la question du rapport au savoir et les dynamiques d’apprentissage. Rentrer dans un savoir c’est se démarquer d’affiliations parfois prescrites tel que « toi tu es comme ton père… » ; c’est aussi prendre le risque d’apprendre des choses qui ne sont pas forcément sues ou dites dans la famille, jusqu’au secret de famille qu’il ne serait pas bon de « savoir ».
Pour finir la chercheure préconise un accompagnement au dégagement des tensions liées  aux conflits de loyauté, au démêlage des organisations des affiliations en faisant de la place à ce que l’enfant est aujourd'hui et maintenant dans tous ses espaces et dans ce qu'il était avant. En d’autres termes c’est l’aider à concilier, réconcilier le continuum biographique par un travail réflexif sur les langues avec une connaissance et une reconnaissance de ses langues.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr