Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Langages / L'enfant et ses langues à l'école, les comptes rendus des interventions / Quand les enfants allophones de maternelle sont perçus comme des élèves «en difficulté de langage», quelles pistes de réflexion ?

Quand les enfants allophones de maternelle sont perçus comme des élèves «en difficulté de langage», quelles pistes de réflexion ?

Par Stéphane Kus publié 19/08/2013 15:45, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Nathalie Thamin de l’université de Franche-Comté a fait état d’une recherche-action en cours ayant pour origine une demande de formation émanant d’équipes enseignantes dans plusieurs circonscriptions de Franche-Comté formulée au CASNAV de Besançon. Ces enseignants témoignent de difficultés rencontrées dans leur agir professionnel auprès d’élèves allophones spécifiquement turcophones nés en France, dans un contexte d’implantation migratoire régional dense. Le rôle et les représentations de l’école maternelle ont été questionnés, tant du point de vue institutionnel que de celui des enseignants et des familles.

 

Ce qui surprend d’emblée dans la présentation de Nathalie Thamin ce sont ces demandes de formation, non concertées, de différentes circonscriptions au CASNAV qui font  émerger une problématique pourtant déjà ancienne pour certains : la scolarisation d’enfants turcophones nés en France.
Après une contextualisation géographique, économique et historique, la chercheuse a choisi de porter la focale sur les enfants turcophones nés en France de petite section maternelle où la socialisation langagière est envisagée en termes de difficulté, par des enseignants qui n’ont pas de ressources pédagogiques ni didactiques pour accompagner la construction du bilinguisme de l’enfant et l’appropriation de la langue de l'école. De leurs points de vue ces difficultés s’expliquent par un manque d’appétence pour la langue de l’école et sont liées au fait qu’ils parlent turc à la maison.
Les premières données recueillies par Nathalie Thamin opposent les représentations homogénéisantes des enseignants sur ces familles turques qui ont en réalité des parcours professionnels et des situations économiques et sociales très hétérogènes. De plus, les configurations parentales montrent que souvent le père est né et a grandi en France alors que la mère arrive à l’occasion du mariage.
Après ces recueils et analyses de données sociologiques et sociolinguistiques, les premiers projets de formation se sont construits autour des connaissances du tissu local, de l’acquisition des langues, les spécificités et de la langue française et de la langue turque, des apports en didactiques  du français langue seconde et du plurilinguisme. Ce dernier point a fait l’objet d’élaboration d’outils tels que les imagiers plurilingues, les "sacs d’histoires", la mutualisation de comptines et d’expressions en langue turque etc.
Toutefois, la chercheure s’est demandée si ce travail sur le plurilinguisme était suffisant pour faire évoluer les représentations et les pratiques des enseignants et avancer dans la résolution des problématiques rencontrées. En effet, reste posé le travail d’accueil et de médiation avec les familles pour désamorcer les tensions liées au regard porté par l’institution sur leurs spécificités. Le questionnement porte alors sur la nature et les contenus des échanges entre les praticiens et les psychologues. Alors qu’il semblerait que la plupart, des enfants sont dans un processus d’acquisition de langue seconde et de construction de leur bi-plurilinguisme, l’approche de l’école pose leur spécificité en termes de déficit. Comment défocaliser ces regards sur une « irrégularité » qui ont des effets anxiogènes sur les enfants et leurs parents ? Pour Nathalie Thamin, il s’agit davantage d’accompagner un développement plurilingue d’enfants qui ont juste besoin d’une exposition accrue à la langue française puisqu’ils viennent d’un milieu où ils y ont été peu exposés encore.
Il n’en reste pas moins que pour certains, le phénomène de rupture (affective, culturelle et langagière) avec le cocon entraîne des signalements au RASED particulièrement à partir de symptômes de mutisme. L’intervention de Dalila Rezzoug en suivant nous donne des éléments de compréhension.
En conclusion, Nathalie Thamin marque la nécessité d’intégrer aux formations initiales et continues des connaissances scientifiques en langue maternelle, étrangère, seconde ou de scolarisation, sur la construction du bi-plurilinguisme, de travailler avec les enseignants leurs représentations sur des publics spécifiques de manière à lutter contre les discriminations en particulier envers ces élèves en situation de développement langagier bi-plurilingue.

Lire le compte-rendu suivant : Place de la langue maternelle dans l’évaluation clinique par Dalila Rezzoug

Revenir à la liste des contributions du séminaire

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/03/2019 Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.
12/02/2019 La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr