Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Actualités de l'Education Prioritaire / Assises : concertation du Réseau de Réussite Scolaire Colette de Saint-Priest (Rhône)

Assises : concertation du Réseau de Réussite Scolaire Colette de Saint-Priest (Rhône)

Par Stéphane Kus publié 10/10/2013 08:00, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Dans le cadre des Assises pour la relance de l’Education Prioritaire, une réunion se tenait, le premier octobre 2013, au collège Colette de Saint-Priest dans le département du Rhône. Plus d’une centaine d’enseignants du premier et du second degrés étaient réunis, avec quelques partenaires extérieurs issus des collectivités locales et des associations d’éducation populaire. Le centre Alain Savary y avait dépêché deux observatrices attentives...

logo RRS Colette

Après un café convivial d’accueil des participants, la principale et l’IEN de circonscription du 1er degré introduisent en plénière le cadre et l’organisation matérielle de cette consultation. Ils insistent sur la nécessaire mise à distance des éléments du diagnostic proposés par le MEN, présentés par le coordonnateur du réseau et déjà transmis en amont aux enseignants.

Cette présentation fait émerger des points saillants du rapport qui sont par moment  mis en résonance avec le contexte local. Les données sur l’évaluation des élèves et la question des moyens font réagir la salle, qui adopte une position plutôt critique. Cependant, on remarque que l’analyse sans concession par le MEN du pilotage de l’EP marque une rupture évidente avec les diagnostics antérieurs et contribue à introduire favorablement les propositions et préconisations qui seraient des leviers aux effets significatifs sur l’efficacité de l’éducation prioritaire. C’est du reste, sur l’analyse de ces leviers que débutent les travaux en ateliers, après qu’un enseignant ait interpellé la Principale et l’IEN sur le circuit de communication des travaux des ateliers. « Pourra-t-on consulter les synthèses des travaux ce soir, avant qu’elles soient transmises aux autorités académiques ? Qui les transmettra ? Les professeurs seront-ils associés ? » La Principale fait savoir que ces synthèses seront consultables par tous les enseignants avant d’être envoyées à l’académie.

Dans ce réseau, l’équipe de pilotage a choisi une répartition en six ateliers permettant la réflexion autour d’une question présélectionnée par l’encadrement pour chacun des thèmes proposés par le MEN. Les ateliers sont constitués de professeurs des écoles, d’enseignants et de divers personnels du collège, ainsi que de partenaires de l’action éducative sur le territoire du réseau. Ils vont permettre aux enseignants de s’exprimer en croisant leur expérience personnelle et les éléments du rapport.

Dans les ateliers, la réflexion s’engage de manière hétérogène mobilisant des savoirs construits dans l’expérience ou en articulation avec des apports de la recherche. Certains animateurs exploitent les textes proposés par le centre Alain Savary. Les échanges sont riches, dépassant les constats allant jusqu’aux propositions concrètes.

La question des moyens et la prise en charge des besoins spécifiques des élèves demeurent au cœur des préoccupations et mobilisent les acteurs 

Quelques extraits des ateliers auxquels nous avons pu assister

Thème 1 : Comment rester exigeant en restant à la portée des élèves et développer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes ?

L’animateur note qu’ailleurs, en Finlande par exemple, la question du travail collaboratif est plus prégnante, que le besoin d’évaluer est moindre, qu’il s’agit plus d’accompagner que d’évaluer. 

« La vision de l’enfant en France, la manière d’enseigner, la formation des enseignants ne peuvent être comparées avec d’autres pays. ». Les échanges s’engagent sur la nécessité d’une prise en compte globale des performances de l’élève ce qui nécessiterait plus de transversalité, alors que la question de la notation demeure difficile à traiter. Des propositions sont alors formulées : 

  • Construire une évaluation plus sur les progrès que sur les manques de l’élève (récompenser le travail). Avoir le temps d’expliquer la note.
  • Réduire le nombre de professeurs de collège pour les 6èmes afin qu’ils passent plus de temps avec les élèves et éviter les ruptures de rythmes.
  • Dans le cadre de la refonte des programmes : en même temps que les objectifs définir les compétences et renforcer le travail par cycle.
  • Dans le cadre de liaison CM2-6ème faire intervenir des enseignants du primaire au collège. Les aménagements devraient être laissés au choix des enseignants au sein du  réseau.

« Il convient de distinguer "ambition" et "réussite" précise-t-on. Il y a des exigences institutionnelles à écarter car elles sont trop éloignées de la "vraie vie" mais cela ne nous empêche pas d’avoir des ambitions pour nos élèves. »

« Le regard des pairs est parfois plus violent que celui des enseignants et cela nuit à l’estime de soi. »

«  On va voir ce que font les collègues dans leurs classes avec nos élèves. On peut ainsi porter un regard différent sur des élèves en difficulté dans notre discipline mais en réussite dans une autre. » « Et les élèves "voient qu’on les voit" en réussite. »

« Respecter les élèves, c’est être ambitieux pour eux. »

« Ne pas laisser tomber l’écrit au prétexte de développer l’oral. On est dans une culture de l’écrit. »

« A la maternelle, on a décidé de ne plus utiliser les couleurs orange et rouge qui signifient que les travaux des petits ne sont pas bons. On met juste du vert quand ça va et rien autrement. Les évaluations sont parfois violentes pour les enfants. »


Thème 5 : Quel usage des moyens vous parait devoir être privilégié dans votre cas pour permettre en particulier de développer les perspectives pédagogiques et éducatives identifiées dans la partie 1 ?

« La question du plus d’enseignants ou plus de classes devrait être envisagée en fonction des équipes au regard des besoins, en fonction du profil des élèves. En EP il y a d’autres besoins qu’enseigner, surtout au collège. Moins enseigner et plus aider les élèves dans toutes les matières notamment au collège… »

Dans le second degré, l’enseignant ferait 16 heures de cours plus 2 heures de remédiation.

 « Il y a plus d’élèves en difficulté au fil du temps or, certains moyens ont été ôtés » 

L’aide aux devoirs est prioritaire : « Voir s’il a mieux compris au lieu de faire travailler sur des objets qu’il ne maîtrise pas »

« Il faut aussi aider les parents afin qu’ils deviennent des partenaires parce qu’ils n’ont pas les moyens pour répondre à nos attentes ! »

« On a besoin de temps de respiration et d’échanges entre enseignants. Du temps aussi pour des formations communes à destination des enseignants de la maternelle au collège. »

« Les prescriptions sont trop normatives. Il n’y a pas d’outillage cognitif ».

« Il faut redonner des moyens aux Classes A Projets Artistiques et Culturelles (CAPAC). Une sortie culturelle, ce n’est pas du temps perdu, c’est aussi de l’enseignement »

«  Les associations d’éducation populaire ont coulé, faute de moyens ; ce sont pourtant des partenaires de choix pour la formation et pour les apprentissages des élèves. »

« L’accompagnement des néo-titulaires est indispensable durant les premières années d’intervention dans les établissements et les classes. »

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr