Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Actualités de l'Education Prioritaire / Forum pédagogique Drôme / Démarches d’élaboration d’imagiers plurilingues au cours préparatoire

Démarches d’élaboration d’imagiers plurilingues au cours préparatoire

Atelier présenté par Fabienne Mollier, Professeur d’école (PE) Unité pédagogique pour les élèves allophones arrivants (UPE2A) Valence, Arthur Moser, Professeur d’école (PE), Cours préparatoire (CP) Valence

Imagier plurilingue 1Dans cette école qui accueille et scolarise chaque année des élèves allophones nouvellement arrivés en France, 267 des 378 élèves sont bi-plurilingues. "L’approche du plurilinguisme de la part des enseignants comme des parents n’est pas neutre" explique Fabienne Mollier, car il existe différentes manières d’appréhender le français. Cette enseignante dédiée à une UPE2A et les enseignants de CP, à des degrés d'implication variables, ont pris le parti de faire du multilinguisme de la communauté scolaire et du plurilinguisme des individus un atout pour favoriser les apprentissages et la cohésion sociale entre élèves, enseignants, parents.

La démarche :

Tout d’abord, c’est une explicitation aux élèves du projet d’élaboration d’un livre autour d’un thème choisi par l’enseignant-e de la classe : par exemple « Le voyage ». Ce thème est mis en relation avec la lecture d’un album « Le grand voyage du petit millepattes » intégré à un réseau littéraire. Les élèves ont eu à produire une courte phrase commençant par « Pour moi le voyage c’est… », puis l’ensemble des productions a été enregistré par chacun au dictaphone. A la séance suivante, les élèves ont eu à choisir un titre à  l'histoire inventée précédemment, qui constitue la phrase qui sera « exploitée » dans l’imagier. 

Imagier plurilingue 2La démarche de projet d’imagiers plurilingues a rapidement requis une mobilisation de parents « pour qu’ils nous apprennent ce qu’on ne sait pas » et les faire entrer dans la classe selon des modalités pédagogiques qui ont pris pour nom « La mini leçon » co-préparée avec l’enseignant-e. Premièrement, il s’agit d’apprendre à se dire bonjour dans la-les langue-s de l’élève et de sa mère présente, compter, dire les jours de la semaine, etc. Deuxièmement, trois élèves avec le parent et un des deux enseignants apprennent à dire, dans la langue ciblée, leur « titre histoire » puis ils s’entraînent à le calligraphier pour atteindre un degré de satisfaction permettant de le fixer dans l’imagier. Troisièmement, les élèves s’entraînent à le prononcer le mieux possible afin de s’enregistrer au dictaphone. Ainsi il est possible non seulement de réaliser un imagier matérialisé, mais aussi en ligne grâce à des photographies des pages avec « les titres-histoires » interactifs. En cliquant dessus, l’élève (s’)  entend prononcer la phrase dans la langue concernée. 

Cette démarche a donné lieu à de multiples échanges de comparaison de langues et de cultures, répondant ainsi au programme de langues vivantes au CP. Elle a permis de développer des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être, tels qu’ils ont été conceptualisés par Louise Dabène et Jacqueline Billiez, de l’université Stendhal de Grenoble, et sont actuellement développés dans les travaux de Michel Candelier, chef de file de nombreux didacticiens du plurilinguisme.  Il ne s’agit  pas "d’apprendre les langues" mais de "découvrir des langues" et de réfléchir sur les langues comme objets de savoirs. 

L'impact sur la relation aux familles

Cette démarche a eu un impact fructueux sur les relations entre les enseignants et les parents d’élèves. En effet, les enseignants ont découvert que la question du bi-plurilinguisme préoccupaient les parents qui s’interrogent sur les choix qu’ils devaient opérer et les interpellations de leur(s) enfant(s) :

  • Faut-il parler (que) français à la maison ?
  • Quel usage de la langue familiale par les enfants ?
  • Pourquoi mon fils refuse de parler turc alors qu’il le comprend très bien ?
  • ELCO, pas ELCO (1) ?
  • Et puis cette démarche d’imagier plurilingue ne va-t-elle pas engendrer de la confusion ?
  • Etc.

Un vrai dialogue lié à la parentalité et à l’enseignement s’est instauré entre adultes afin de collaborer dans le but d’accompagner l’enfant-élève à faire des liens entre les langues et les cultures que seul, à six ans, il est bien difficile d’imaginer qu’il en ait la capacité.  Une fois entrés dans la démarche comme intervenants, les parents se sont étonnés des capacités des enfants à appréhender les langues. Il s'agissait bien ici de mettre des savoirs en commun au service de valeurs communes. Le savoir est réellement devenu une source de partage et d'échanges.

La manière dont les parents sont invités à franchir le seuil de l’école et de la classe avec une autre expertise que la pâtisserie, n’est pas sans effet sur leurs regards et appréciations portés au travail à l’école et de l’école. Réciproquement les enseignants ont modifié leurs représentations de l’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants.

 

(1) enseignement en langue et culture d'origine, dispositif présent hors temps scolaire sur choix des familles

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
14/06/2017 « Le travail personnel des élèves renvoie à l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences) »*. Ce n’est pas le travail personnel qui pose problème, mais la manière dont l’école a externalisé celui-ci au moment même où la massification de l’enseignement a amené (presque) tous les élèves à fréquenter le même cursus d’enseignement obligatoire jusqu’à la fin du collège.
02/06/2017 Le centre Alain-Savary a identifié cinq dimensions pour aider les formateurs à concevoir des actions de formation continue. Patrick Picard, responsable du centre, explique la démarche qui accompagne ces repères pour la conception de formation : une aide à la vigilance plutôt qu'une martingale.
16/05/2017 Dans le cadre des orientations pédagogiques portées par le référentiel éducation prioritaire, l’Inspection académique Régionale EPS à Lyon a impulsé une formation visant 70 enseignants E.P.S. qui travaillent dans tous les REP de l’académie et qui a eu lieu le 16 et 17 mars 2017. Témoignages d’enseignants et d’élèves.
10/05/2017 Plus de maîtres que de classes : suite aux intenses discussions qui nourrissent les échanges sur le web, un témoignage reçu qui illustre un point de vue sur ce que PMQC fait avancer dans le métier d'enseignant...
10/05/2017 Lors d'une session de formation de formateurs à l'IFÉ-Centre-Alain-Savary en 2016, organisée autour de la question : "A quelles conditions certaines postures professionnelles, certaines interactions, certaines situations pédagogiques et didactiques conduites en classes ou dans des dispositifs, favorisent l'engagement et le maintien dans l'activité des élèves ?", Dominique Lahanier-Reuter et Yves Reuter ont présenté leur travail de plusieurs années de recherche et présenté des pistes d'actions utiles pour les formateurs, les pilotes et les enseignants.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr