Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Actualités de l'Education Prioritaire / Education prioritaire : des propositions concrètes avec une visée sur quatre ans

Education prioritaire : des propositions concrètes avec une visée sur quatre ans

Par Stéphane Kus publié 28/08/2013 16:50, Dernière modification 14/04/2016 11:31

Télécharger la fiche imprimable (3 pages) au format PDF

Une mobilisation à tous les niveaux

un plan systémique, fortement initié du niveau national, avec des déclinaisons académiques et locales ; des objectifs clairement centrés sur le pédagogique dès le primaire, avec un renforcement de l’accompagnement des équipes ; des cibles évaluées à quatre ans ; une nouvelle forme de contractualisation : c’est en substance ce que préconise le rapport remis au Premier Ministre cet été, sur l’avenir de l’Education Prioritaire et rendu public ces dernières semaines. Il servira de base pour des assises de l’Éducation prioritaire, déclinées à l’automne dans les départements. 

Le site de l'Education Prioritaire de la DGESCO donne les détails du dispositif.

Cette volonté affichée de prendre son temps, de creuser un nouveau sillon plutôt que d’annoncer des mesures médiatiques peut surprendre : d’abord parce que les équipes sont impatientes du «changement» annoncé. De rapports en concertations, que peut-il donc encore manquer à un diagnostic qui appelle désormais des décisions politiques et des orientations clairement posées pour tous les niveaux ? 

Des priorités définies avec tous les acteurs 

Les conclusions du rapport sont explicites : il demande que les assises permettent aux acteurs de « hiérarchiser les priorités » parmi la trentaine retenues par le groupe qui a planché dans le cadre de la Modernisation de l’Action Publique (MAP), regroupées dans plusieurs axes :

  • Les établissements et les écoles en Éducation prioritaire :

- Quels contenus pour les nouveaux « contrats » qui lieront les établissements et la puissance publique ? 

- Quels engagements réciproques ? 

- Quels périmètres pour gagner en cohérence et en efficacité ?

  • Les apprentissages et l’action pédagogique, dans plusieurs dimensions :

- La maitrise des savoirs et l’outillage cognitif.

- La transmission de la culture.

- Le développement de l’estime de soi des élèves.

  • La formation :

- Temps de travail collectif. 

- Accompagnement de formation des équipes.

- Formation de formateurs.

- Liens avec la recherche.

  • Le pilotage (dont le rapport pointe sans langue de bois les différentes faiblesses) :

- Articulation des différents niveaux (national, académique, local), 

  • Des moyens :

- Plus de maîtres que de classes.

- Travail en équipe

Déclinés ainsi en système cohérent, ces objectifs ne peuvent évidemment pas prendre corps par simple injonction ministérielle. Faire vivre les déclarations d’intentions contenues dans ces cinq chantiers nécessitera un engagement à moyen terme (le rapport fixe des objectifs à quatre ans), ne serait-ce que parce qu’il implique une culture du «travail intermétiers» dont nous connaissons les complexités. 

Conjuguer les leviers qui créent le mouvement

Pour réussir la où les précédentes relances de l’Éducation Prioritaire se sont ensablées, il faudra en effet conjuguer les leviers qui créent le mouvement :

  • Une culture du «pilotage» centrée sur le pédagogique et la collaboration «intermétiers» et fondée  sur les acquis des savoirs de la recherche et de l’Inspection Générale, susceptible de mobiliser les équipes sur des enjeux scolaires de fond. 
  • Une direction nationale capable d’impulser dans les académies et les départements de nouveaux centres de ressources promoteurs de plans d’action de formation en adéquation avec les besoins de l’École.
  • Des espaces collectifs de travail avec  des conditions adaptées aux réalités  professionnelles des acteurs.

Tous ces points figurent explicitement dans les propositions du rapport, qui précisent notamment, à partir de nombreuses visites sur le terrain, l’importance du travail en réseau, la confiance aux équipes, la place des coordonnateurs et des «métiers intermédiaires», l’importance des cohérences et des continuités dans les parcours d’apprentissages scolaires des élèves, au service d’un objectif politique affiché : la réduction des inégalités à et devant l’école.

Les défis à relever

En affichant clairement sa volonté de se démarquer des «ambiguïtés» des politiques précédentes, le ministère donne-t-il un signal suffisamment fort pour surmonter les hésitations des acteurs de terrain ? Les changements proposés en formation, les temps de travail collectifs, l’appui aux personnels confrontés à des difficultés quotidiennes souvent décourageantes, seront-ils en mesure de développer un nouvel élan pour l’Éducation prioritaire ? La mobilisation conjointe des différents niveaux (national, académique, local), sera-t-elle effective ? Dans un contexte budgétaire serré, l’Éducation prioritaire va-t-elle être placée au cœur des préoccupations institutionnelles à tous les niveaux de pilotage ? 

Les «Assises» nationales, organisées dans les départements et les académies en octobre et novembre, vont-elles donner l’occasion aux acteurs de discuter les leviers d’action proposés par le rapport tout en conjugant savoirs de métiers et savoirs de recherches ? Pourra-t-on y poser les responsabilités respectives des enseignants, des métiers intermédiaires, des formateurs, des inspecteurs, des «partenaires» ? Pourra-t-on proposer des modalités de formation qui aident à comprendre concrètement les processus qui construisent les inégalités, dans la « boite noire » de la classe ou dans les fonctionnements institutionnels ? Quelles sont les actions prioritaires à entreprendre pour construire les conditions de l’enrôlement de chaque élève dans des processus d’apprentissages durables, dans l’acquisition de connaissances et de compétences à un niveau d’exigence comparable pour tous les publics scolaires sur les territoires français ?

Les mois à venir devraient être déterminants pour la confrontation entre les intentions du rapport et le réel.
 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
23/01/2020 Le collège Gambetta en REP à Saint-Etienne dans l'académie de Lyon, accompagné par le centre Alain Savary, a mis en place un observatoire du dispositif Devoirs faits, à l'issue de la première année de mise en oeuvre. Cet observatoire a permis d'analyser le pilotage et l'organisation du dispositif. Cet article rend compte des discussions inter-métier sur les enjeux du travail personnel de l'élève. Il présente les outils utilisés pour observer différentes dimensions du dispositif
14/01/2020 Vous êtes toujours plus nombreux à visiter le site du centre Alain-Savary, et à venir aux formations organisées à l'Ifé. Nous vous remercions pour votre confiance. L’équipe du centre Alain-Savary vous souhaite une excellente année riche en découvertes, partages et échanges professionnels.
06/01/2020 Sylvie Guffond est CPD en Haute-Savoie, chargée de mission pour accompagner les formateurs RMC du plan Villani-Torossian, pour l'Académie de Grenoble, depuis la rentrée de septembre 2018. En mars 2019, à l'IFÉ, elle explique comment s'organise l'accompagnement des formateurs RMC, comment ces derniers accompagnent les enseignants et les équipes dans les écoles, et les collaborations en circonscription.
16/12/2019 La boite à outils "compréhension" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de la compréhension au cycle 2. " Le cadre théorique" a une finalité de clarification des notions abordées. Les autres ressources constituent des supports de la formation : scénario de formation, canevas d'enseignement, banque de textes, etc...
16/12/2019 La boite à outils "Etude de la langue" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle issue du groupe "maitrise de la langue" de l'Essonne Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans la mise en place d’une démarche réflexive sur la langue soit en lien avec un travail de lecture et de compréhension, soit au sein d’une séance décrochée.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr