Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Recherche sur les effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire

Par Patrick Picard publié 13/01/2018 15:40, Dernière modification 11/02/2018 15:14
L'équipe Théodile de Lille 3, sous la direction d'Yves Reuter, a dégagé des principes qui lui semblent contribuer à l'efficacité du travail des enseignants. Selon eux, il ne s'agit pas de principes figés à transférer, mais d'autant d'obervables soumis à la discussion des enseignants pour construire une école qui s'attaque vraiment à permettre à tous les élèves d'apprendre.

Texte rédigé à partir d'une audition de Dominique Lahanier-Reuter devant le CESE (2014)

Photo - 2 - Yves ReuterUne équipe de recherche de l'équipe Theodile-CIREL de Lille 3 a travaillé durant cinq ans auprès de l’équipe enseignante des écoles Hélène Boucher et Anne Franck de Mons en Baroeul. Cette équipe était constituée d’une dizaine de chercheurs issus de différentes disciplines, sous la direction d’Yves Reuter. « Nous avons dû, quand nous avons commencé à travailler, écarter toute sympathie,  toute réticence  que nous pouvions éprouver pour ce type de pédagogie dès le départ. ». En effet, il s’agissait de mesurer les effets du passage en « pédagogie Freinet » sur la réussite scolaire des élèves de cet établissement. Les chercheurs ont procédé par observations (en classe, dans les espaces de l’école, lors des réunions…) et entretiens des acteurs. Toutes ces observations ont été répliquées dans des écoles très diversifiées, dans d’autres régions, d’autres contextes pédagogiques et sociaux.

Quelques résultats de la recherche

 L'équipe de recherche distingue  trois grandes catégories de résultats de son étude :

◦       Les principes de fonctionnement de l’école, tels qu'ils ont pu les reconstruire ;

◦       Les effets de ce mode pédagogique qui sont « originaux », c’est-à-dire qui sont attribués à des fonctionnements particuliers, spécifiques à cette école ;

◦       Les effets comparables, par exemple sur des apprentissages communs, espérés des élèves de ces niveaux scolaires.

Les principes de fonctionnement de l’école tels que les chercheurs les ont reconstruits :

• Principe de la cohérence et de la continuité : le respect de la cohérence des pratiques et des discours des enseignants est une décision consciente, et il n’est pas aussi simple qu’il y parait de s’y conformer. La continuité rassure, limite les angoisses des élèves, facilite la mesure des progrès réalisés

Principe du travail au cœur des dispositifs : ce n’est pas le mieux-être qui est d’abord recherché, mais la mise au travail paisible, productive, intéressante, qui permet aux acteurs de mieux percevoir la mission de l’école.

Partir du questionnement des élèves : toute une partie des activités menées dans les classes est une activité de « réponse » aux questions des élèves, c’est-à-dire aux questions qu’ils se sont eux-mêmes posées, ou que d’autres élèves leur ont posées.

Principe des temps, des rôles différents et pourtant partagés : le temps pour apprendre est un temps long, tout le monde ne fait pas forcément la même chose en même temps, l’élève peut avoir différent rôles selon les moments.

• Principe des auteurs, qui ne sont pas des propriétaires : les productions des élèves sont le plus souvent possibles considérées comme œuvres originales réalisées par un auteur. Pour autant le travail réalisé n'est pas nécessairement partagé

Principe de l’aide à l’autonomie : l’autonomie n’est pas « requise », mais étayée par des aides, des outils…

• Principe de la coopération : les situations de travail individuelles et/ou collectives laissent place à l'expression du cheminement, des doutes, de l'erreur. Les évaluations ne donnent pas lieu à des notes

• Principes des positions différentes des maîtres : des mises en retrait temporaires pour observation des élèves. Le rôle et la place donnés aux échanges verbaux, aux reformulations, la valorisation des échanges longs entre élèves

• Principe de l’implication des parents : l'accueil, l'écoute des doutes et des questions, l'information sur les faits marquants de l’école, y compris des problèmes rencontrés.

Principe de l’apprentissage de la démocratie : des règles de respect, des valeurs communes, l'interdiction de la violence…valables pour tous les membres de la communauté éducative

Restent les questions, après ce descriptif très positif.

DominiqueSi ces effets se prolongent, il est en effet légitime de se poser les questions suivantes : est-il possible de transférer un tel mode de fonctionnement ? Faut-il le prescrire ? Ou simplement faire des recommandations ?

Les chercheurs y avaient répondu par la négative dans l’ouvrage qui faisait le compte rendu de la recherche entreprise, tant il leur semblait que c’était le système tout entier qui expliquait les effets.

A l’heure actuelle, leur position s’exprime un peu différemment. Si la reproduction à l’identique de ces fonctionnements est, selon nous, irréaliste, la transmission des principes qu’ils ont reconstruits est, elle, possible. Reprenons les mots de Dominique Lahanier-Reuter : « Ce que nous nous permettons donc de suggérer est une explicitation de ces principes, soumis à la discussion des enseignants volontaires, et de la tâche d’inventer des dispositifs qui répondraient à ces principes, dispositifs qui seraient dépendants des contextes, des niveaux scolaires des élèves etc. qui seraient à sans cesse à aménager, repenser etc. »

Retour au sommaire du dossier

Pour en savoir plus sur l'école de Mons-En-Baroeul, voir le documentaire de 52 minutes réalisé par France 3 Hauts-de-France