Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 2 : Conforter une école bienveillante et exigeante / Anticiper-accompagner-remédier les difficultés scolaires des élèves

Anticiper-accompagner-remédier les difficultés scolaires des élèves

Par Stéphane Kus publié 27/09/2013 15:10, Dernière modification 14/04/2016 11:31
A l’heure actuelle, un consensus scientifique établit que l’acte d’apprendre pour un élève à l’école relève à la fois de procédés cognitifs, d’interactions sociales et d’éléments d’ordre affectif. S’il est avéré que les élèves de l’Éducation prioritaire mettent en œuvre des processus cognitifs identiques à tous les autres comment anticiper les difficultés scolaires ? S’agit-il de les envisager, de les éviter ou de prévenir leur apparition ? Les différents rapports, les observations de chercheurs pointent les « habitudes » du système qui métaphoriquement, plantent, font croître la difficulté et ne la traitent pas aussi efficacement qu’on le souhaiterait.

Télécharger la fiche imprimable (2 pages) au format PDF

 

 

Faute d’intégrer suffisamment ce qui se joue dans la relation d’apprentissage pour les élèves éloignés de la norme scolaire, notamment grâce à la formation[1],, les enseignants peuvent être conduits à stabiliser des gestes professionnels construits dans l’urgence, en qualité  « d’exécutant autonome »[2]. Il est donc nécessaire que les enseignants puissent être accompagnés dans cette compétence à analyser ces difficultés , notamment par des centres de ressources, des équipes de recherche, des responsables institutionnels.[3]

Apprendre l’école pour apprendre à l’école est une nécessité pour les équipes de recherche qui se sont intéressées aux processus de construction de l’échec scolaire en Éducation prioritaire.

La construction sociale de l’école, le rapport au savoir se réfèrent très souvent aux valeurs des classes moyennes et favorisées. La réussite scolaire peut dépendre de savoirs invisibles qui sont acquis à l’extérieur de l’école[4]. Pour les enfants de milieux défavorisés, l’école peut paraître une culture étrangère, très éloignée du cadre culturel et linguistique qu’ils connaissent à la maison et au sein de leur collectivité. Ils doivent alors faire de grands efforts pour comprendre les différences et risquent fort d’éprouver rapidement des problèmes à l’école[5].

Repérer et expliciter les savoirs invisibles qui rendent certains apprentissages inintelligibles est indispensable pour les élèves en difficulté. (cf texte « réaliser un enseignement explicite »)

Le langage comme instrument de pensée permet la construction de savoirs et sous-tend la réussite des tâches scolaires. Or, on ne peut nier la diversité des pratiques langagières des élèves dans et hors l’école. Aussi le travail sur le langage et le français reste essentiel. Il s’agit bien de faire de la langue de scolarisation un outil pour décrire, analyser, comprendre les énoncés, écouter et mettre à distance l’expérience immédiate.

Comprendre les malentendus pédagogiques, savoir ce qu’ils apprennent et pas uniquement ce qu’ils font. Les élèves se mobilisent sur l’exécution de la tâche sans construire de compréhension ou d’apprentissage car ils répondent consciencieusement à une logique de réussite immédiate. Entre une logique d’apprentissage ou logique de réussite, on aboutit trop souvent, et parfois à l’insu des professionnels, à morceler des tâches et à proposer des tâches de trop bas niveau cognitif au détriment d’autres plus ouvertes cognitivement. La sanction de la note est en décalage avec leur mobilisation sur l’exécution ce qui est vécu comme une injustice et contribue également à entretenir un malentendu pédagogique et à percevoir une malveillance de la part de l’enseignant. On a encore observé qu’à leur corps défendant, avec les élèves en difficulté, les enseignants sont plus fréquemment dans des modes de régulation de type comportemental ou disciplinaire ou dans des types de comparaison d’un résultat obtenu à un résultat attendu. Denis Butlen et Marie-Lise Peltier ont observé que nombre d’enseignants, au collège, mettent en avant le travail individuel notamment en mathématiques, mais n’organisent que trop rarement retour réflexif sur le travail (synthèse ou institutionnalisation). Les individualisations du travail prennent le pas sur la mise en mémoire, la constitution de la mémoire didactique, le lien et la cohérence entre d’autres séances. 

Plus généralement, les élèves de l’éducation prioritaire voient souvent leur parcours scolaire comme une course d’obstacles où pour passer de classe en classe il faut s’acquitter d’obligations. Dans ce contexte, l’explicitation des finalités des apprentissages aux élèves mais aussi à leurs parents est essentielle[6].


[1] Apprendre et faire apprendre, Les éclairages de la recherche  Site de l’Éducation prioritaire © INRP-CAS, septembre 2009

[2] M. TARDIF C. LESSARD, le travail enseignant au quotidien, expériences, interactions humaines et dilemmes professionnels, DeBoeck Université, 1999

[3] J-Yves ROCHEX, 20 ans de politique ZEP, quel bilan ? XXème anniversaire des ZEP, Académie de Nancy-Metz, 4 mars 2002

[4] Apprendre et faire apprendre, op. cit.

[5] D.DILLON, L’école et les enfants défavorisés : réapprendre l’école, Vie pédagogique, numéro 155, mai 2010

[6] Apprendre et faire apprendre, op. cit.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/03/2019 Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.
12/02/2019 La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr