Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 2 : Conforter une école bienveillante et exigeante / Anticiper-accompagner-remédier les difficultés scolaires des élèves

Anticiper-accompagner-remédier les difficultés scolaires des élèves

Par Stéphane Kus publié 27/09/2013 15:10, Dernière modification 14/04/2016 11:31
A l’heure actuelle, un consensus scientifique établit que l’acte d’apprendre pour un élève à l’école relève à la fois de procédés cognitifs, d’interactions sociales et d’éléments d’ordre affectif. S’il est avéré que les élèves de l’Éducation prioritaire mettent en œuvre des processus cognitifs identiques à tous les autres comment anticiper les difficultés scolaires ? S’agit-il de les envisager, de les éviter ou de prévenir leur apparition ? Les différents rapports, les observations de chercheurs pointent les « habitudes » du système qui métaphoriquement, plantent, font croître la difficulté et ne la traitent pas aussi efficacement qu’on le souhaiterait.

Télécharger la fiche imprimable (2 pages) au format PDF

 

 

Faute d’intégrer suffisamment ce qui se joue dans la relation d’apprentissage pour les élèves éloignés de la norme scolaire, notamment grâce à la formation[1],, les enseignants peuvent être conduits à stabiliser des gestes professionnels construits dans l’urgence, en qualité  « d’exécutant autonome »[2]. Il est donc nécessaire que les enseignants puissent être accompagnés dans cette compétence à analyser ces difficultés , notamment par des centres de ressources, des équipes de recherche, des responsables institutionnels.[3]

Apprendre l’école pour apprendre à l’école est une nécessité pour les équipes de recherche qui se sont intéressées aux processus de construction de l’échec scolaire en Éducation prioritaire.

La construction sociale de l’école, le rapport au savoir se réfèrent très souvent aux valeurs des classes moyennes et favorisées. La réussite scolaire peut dépendre de savoirs invisibles qui sont acquis à l’extérieur de l’école[4]. Pour les enfants de milieux défavorisés, l’école peut paraître une culture étrangère, très éloignée du cadre culturel et linguistique qu’ils connaissent à la maison et au sein de leur collectivité. Ils doivent alors faire de grands efforts pour comprendre les différences et risquent fort d’éprouver rapidement des problèmes à l’école[5].

Repérer et expliciter les savoirs invisibles qui rendent certains apprentissages inintelligibles est indispensable pour les élèves en difficulté. (cf texte « réaliser un enseignement explicite »)

Le langage comme instrument de pensée permet la construction de savoirs et sous-tend la réussite des tâches scolaires. Or, on ne peut nier la diversité des pratiques langagières des élèves dans et hors l’école. Aussi le travail sur le langage et le français reste essentiel. Il s’agit bien de faire de la langue de scolarisation un outil pour décrire, analyser, comprendre les énoncés, écouter et mettre à distance l’expérience immédiate.

Comprendre les malentendus pédagogiques, savoir ce qu’ils apprennent et pas uniquement ce qu’ils font. Les élèves se mobilisent sur l’exécution de la tâche sans construire de compréhension ou d’apprentissage car ils répondent consciencieusement à une logique de réussite immédiate. Entre une logique d’apprentissage ou logique de réussite, on aboutit trop souvent, et parfois à l’insu des professionnels, à morceler des tâches et à proposer des tâches de trop bas niveau cognitif au détriment d’autres plus ouvertes cognitivement. La sanction de la note est en décalage avec leur mobilisation sur l’exécution ce qui est vécu comme une injustice et contribue également à entretenir un malentendu pédagogique et à percevoir une malveillance de la part de l’enseignant. On a encore observé qu’à leur corps défendant, avec les élèves en difficulté, les enseignants sont plus fréquemment dans des modes de régulation de type comportemental ou disciplinaire ou dans des types de comparaison d’un résultat obtenu à un résultat attendu. Denis Butlen et Marie-Lise Peltier ont observé que nombre d’enseignants, au collège, mettent en avant le travail individuel notamment en mathématiques, mais n’organisent que trop rarement retour réflexif sur le travail (synthèse ou institutionnalisation). Les individualisations du travail prennent le pas sur la mise en mémoire, la constitution de la mémoire didactique, le lien et la cohérence entre d’autres séances. 

Plus généralement, les élèves de l’éducation prioritaire voient souvent leur parcours scolaire comme une course d’obstacles où pour passer de classe en classe il faut s’acquitter d’obligations. Dans ce contexte, l’explicitation des finalités des apprentissages aux élèves mais aussi à leurs parents est essentielle[6].


[1] Apprendre et faire apprendre, Les éclairages de la recherche  Site de l’Éducation prioritaire © INRP-CAS, septembre 2009

[2] M. TARDIF C. LESSARD, le travail enseignant au quotidien, expériences, interactions humaines et dilemmes professionnels, DeBoeck Université, 1999

[3] J-Yves ROCHEX, 20 ans de politique ZEP, quel bilan ? XXème anniversaire des ZEP, Académie de Nancy-Metz, 4 mars 2002

[4] Apprendre et faire apprendre, op. cit.

[5] D.DILLON, L’école et les enfants défavorisés : réapprendre l’école, Vie pédagogique, numéro 155, mai 2010

[6] Apprendre et faire apprendre, op. cit.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
Enquête Ifé sur l'activité des professionnel-le.s de l'enseignement  pendant le confinement 15/05/2020
27/03/2020 Le séminaire «Relations École-familles» IFÉ-Centre Alain Savary a organisé en décembre 2018 une session de travail entre enseignants, formateurs, chercheurs et coordonnateurs sur la question controversée de «faire entrer des parents dans la classe» en cycles 3 et 4. Retour sur les dispositifs présentés et la discussion à partir de ces présentations.
17/02/2020 Ce module a été conçu par une équipe pluri-catégorielle composée de conseillers pédagogiques des circonscriptions de Libourne 2, Langon et Pessac (académie de Bordeaux) et d'une maitre de conférence de l'université de Bordeaux. Il a été réalisé avec la participation et l'aide d'enseignants de ces circonscriptions ainsi que de la circonscription de la Réole. Il est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 3 heures sur la dictée à l'adulte auprès d' enseignants de CP.
04/02/2020 La boite à outils "écriture" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de l'écriture.
23/01/2020 Le collège Gambetta en REP à Saint-Etienne dans l'académie de Lyon, accompagné par le centre Alain Savary, a mis en place un observatoire du dispositif Devoirs faits, à l'issue de la première année de mise en oeuvre. Cet observatoire a permis d'analyser le pilotage et l'organisation du dispositif. Cet article rend compte des discussions inter-métier sur les enjeux du travail personnel de l'élève. Il présente les outils utilisés pour observer différentes dimensions du dispositif
06/01/2020 Sylvie Guffond est CPD en Haute-Savoie, chargée de mission pour accompagner les formateurs RMC du plan Villani-Torossian, pour l'Académie de Grenoble, depuis la rentrée de septembre 2018. En mars 2019, à l'IFÉ, elle explique comment s'organise l'accompagnement des formateurs RMC, comment ces derniers accompagnent les enseignants et les équipes dans les écoles, et les collaborations en circonscription.
16/12/2019 La boite à outils "compréhension" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de la compréhension au cycle 2. " Le cadre théorique" a une finalité de clarification des notions abordées. Les autres ressources constituent des supports de la formation : scénario de formation, canevas d'enseignement, banque de textes, etc...
16/12/2019 La boite à outils "Etude de la langue" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle issue du groupe "maitrise de la langue" de l'Essonne Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans la mise en place d’une démarche réflexive sur la langue soit en lien avec un travail de lecture et de compréhension, soit au sein d’une séance décrochée.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr