Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 2 : Conforter une école bienveillante et exigeante / Comment être exigeant en restant à la portée des élèves et développer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes ?

Comment être exigeant en restant à la portée des élèves et développer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes ?

Par Stéphane Kus publié 27/09/2013 14:00, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Le maintien des exigences à l’école et tout particulièrement pour les élèves issus des milieux populaires constitue un puissant levier de progrès scolaire reconnu surtout depuis la publication du rapport sur « Les déterminants de la réussite scolaire en ZEP ». Christine Moisan et Jacky Simon pointaient déjà en 1997 les inégalités persistantes et les résultats préoccupants des élèves et proposaient dans ce rapport, de recentrer les politiques éducatives sur les apprentissages fondamentaux et sur les missions de l’école en abandonnant les actions périphériques sans finalité éducative claire.

Télécharger la fiche imprimable (3 pages) au format PDF


 

Depuis, les travaux de nombreux chercheurs vont dans le même sens. Ainsi Jean-Yves Rochex, Stéphane Bonnery et Séverine Kakpo, analysent comment, face aux difficultés persistantes des élèves et dans un climat de classe parfois difficile, les pratiques professionnelles tendent à privilégier la réalisation de tâches au détriment des activités cognitives primordiales dans le développement des apprentissages. Ce glissement s’effectue subrepticement avec le souci légitime de l’enseignant d’impliquer et de mobiliser les élèves dans le déroulement des cours. Malgré cette volonté affichée de faire progresser tous les élèves, les résultats restent décevants notamment dans les établissements en Éducation prioritaire du second degré particulièrement  en français et mathématiques. En juillet 2013 c’est ce que l’évaluation de la politique d’Éducation prioritaire réalisée par le Ministère de l’Éducation nationale a mis une fois de plus en évidence.

Des stratégies d’actions basées sur des exigences explicites

Dans ce contexte les travaux du sociologue Robert Ballion reprennent force et vigueur. S’appuyant sur une enquête menée sur un échantillon de 25 établissements en crise, il a mis en évidence l’éventail des stratégies d’actions susceptibles de faire progresser les élèves. Il analyse comment, en s’appuyant sur l’exigence scolaire, l’exigence disciplinaire et la volonté de socialisation, une politique efficace peut être menée dans la classe et dans l’établissement.

L’exigence scolaire

Placer les élèves dans des situations d’apprentissage précises permet de resituer « le scolaire » au centre des préoccupations de tous les acteurs, professionnels, parents et élèves avant tout. Par exemple, en planifiant des progressions communes au sein d’une discipline ou en organisant des examens blancs ou encore en encourageant les progrès accomplis par des messages personnalisés adressés aux enfants et à leurs parents. Maintenir un niveau d’exigence scolaire élevé c’est aussi proposer aux élèves des situations-problèmes ou des défis stimulants afin de dégager les enjeux cognitifs sous-jacents aux activités présentées.

L’exigence disciplinaire

Cela suppose de poser clairement le cadre de travail et d’allier fermeté et bienveillance dans l’application des règles édictées. On peut ainsi expliciter les règles, mais il est tout aussi nécessaire de traiter les problèmes d’incivilité ou de décrochage le plus rapidement possible entre professionnels d’abord pour ensuite les aborder avec les élèves. Il s’agit d’organiser un réel dialogue avec une capacité d’écoute réciproque. Le sentiment de justice scolaire  est une notion difficile à prendre en compte  dans l’action et pourtant au cœur des enjeux de la gestion des conflits, lorsqu’ils se présentent. Par ailleurs le respect de la loi s’accompagne également de principes éthiques permettant la prise en compte des contextes spécifiques, des individualités et des trajectoires personnelles.

La volonté de socialisation

Les élèves peuvent s’approprier ces règles d’autant plus facilement qu’elles s’inscrivent dans un système de relations basées sur le respect de chacun et le bien-être de tous. Bien-être recherché collectivement aussi bien dans l’accueil des élèves dans l’établissement par exemple que dans leur accompagnement scolaire et éducatif. Un climat scolaire serein favorise alors la motivation à apprendre, la confiance mutuelle et in fine contribue à la réussite scolaire des élèves.

En dosant ces exigences et en les menant conjointement, Robert Ballion montre que les équipes éducatives expérimentent une approche à géométrie variable de la réussite scolaire tant dans la classe que dans l’établissement. On entendra par « réussite scolaire » les progrès que les élèves peuvent réaliser, progrès qui contribuent alors à développer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes.

11 paramètres à mettre en système, une clé pour la réussite ?

L’équipe Théodile d’Yves Reuter identifie plusieurs paramètres qui lui semblent contribuer à faire réussir des élèves :

  • solidarité des enseignants, concertation maternelle-élémentaire
  • construction collective de règle de fonctionnement, respect scrupuleux de la part des élèves et des maîtres
  • information précise des parents, souci de leur implication
  • accent mis sur la coopération et l’entraide, reconnaissance du sujet-élève
  • importance accordée à la notion de travail, à sa conscientisation, à la valorisation des efforts de chacun
  • articulation entre production et attitude réflexive
  • diversité des catégories d’activité face aux savoirs
  • établissement d’un climat propice aux apprentissages (sérénité, droit à l’erreur, droit à l’aide)
  • recherche de clarté cognitive quant aux cadres, règles, tâches, objectifs…
  • place importante attribuée au temps pour s’ajuster au cheminement de chacun
  • construction d’une culture commune, inscription dans une histoire scolaire, capacité de mesurer l’évolution des progrès…

Pour aller plus loin :

  • Moisan C., Simon J. (1997), Les déterminants de la réussite scolaire en ZEP, Paris, Ministère de l’Éducation nationale
  • Rochex J-Y., Crinon J. (dir.) (2011), La construction des inégalités scolaires. Au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement, Rennes, PUR
  • Bonnery S. (2007), Comprendre l’échec scolaire. Elèves en difficulté et dispositifs pédagogiques, Paris, La dispute
  • Kakpo S., Netter J. (2013), L’aide aux devoirs. Dispositif de lutte contre l’échec scolaire ou caisse de résonnance des difficultés non résolues au sein de la classe, Lyon, Revue française de pédagogie
  • Ballion R. (1993), Le lycée, une cité à construire, Paris, Hachette Education
  • Café Pédagogique, Des écoles Freinet sur la loupe de l'Université
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/01/2020 Vous êtes toujours plus nombreux à visiter le site du centre Alain-Savary, et à venir aux formations organisées à l'Ifé. Nous vous remercions pour votre confiance. L’équipe du centre Alain-Savary vous souhaite une excellente année riche en découvertes, partages et échanges professionnels.
06/01/2020 Sylvie Guffond est CPD en Haute-Savoie, chargée de mission pour accompagner les formateurs RMC du plan Villani-Torossian, pour l'Académie de Grenoble, depuis la rentrée de septembre 2018. En mars 2019, à l'IFÉ, elle explique comment s'organise l'accompagnement des formateurs RMC, comment ces derniers accompagnent les enseignants et les équipes dans les écoles, et les collaborations en circonscription.
16/12/2019 La boite à outils "compréhension" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de la compréhension au cycle 2. " Le cadre théorique" a une finalité de clarification des notions abordées. Les autres ressources constituent des supports de la formation : scénario de formation, canevas d'enseignement, banque de textes, etc...
16/12/2019 La boite à outils "Etude de la langue" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle issue du groupe "maitrise de la langue" de l'Essonne Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans la mise en place d’une démarche réflexive sur la langue soit en lien avec un travail de lecture et de compréhension, soit au sein d’une séance décrochée.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
18/06/2019 Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr