Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Métiers / Coordonnateurs de Réseau d'Education Prioritaire / A quoi tu le vois ? Un regard sur deux jours de formation des coordonnateurs REP

A quoi tu le vois ? Un regard sur deux jours de formation des coordonnateurs REP

Par Stéphane Kus publié 09/06/2016 18:20, Dernière modification 09/06/2016 21:32
En attendant la publication du compte-rendu de la formation, voici le bilan de Guillaume Serres, universitaire au laboratoire ACTE de l’université de Clermont-ESPE, invité à donner son « point de vue » sur le travail engagé. Il tente de dégager les « conditions de la réussite » qui permettent de se dire qu’un temps de formation est « utile » à ceux qui le vivent, ce qui peut les amener à dire que « c’était bien »…
  • Parce que ça a été une véritable réunion d’acteurs, un temps de travail qui permet de mettre les choses à plat, de se dire ce qu’on n’arrive pas encore à faire, de se demander si on a le droit de le faire, de regarder de près les détails de ce qu’on fait.
  • Parce qu’on a fait « un pas de plus », qu’on a mis des mots sur des choses qu’on savait « un peu », mais sans savoir si « ON » le partageait. Tout ce qui permet de passer de « je sais que… » à « on sait que… ».
  • Parce qu’on a créé des repères pour le collectif, des savoirs partagés parce qu’on a nourri un engagement particulier dans le travail, qui a permis de dépasser la déploration, parce que « la meilleure défense c’est l’attaque »…
  • Parce qu’on a compris que « si les gens font ce qu’ils font, c’est qu’ils ont de bonnes raisons de le faire », et que c’est à cette condition qu’on peut travailler à plusieurs.
  • Parce que la question de l’intermétier était présente et utile. Parce qu’il faut prendre garde au risque de l’entre-soi : dès qu’on crée une mission spécifique, on pourrait laisser croire que c’est sur elle qu’on va pouvoir se décharger d’un certain nombre de tâches, que le coordonnateur va faire « à notre place ». Or, cette « division du travail » ne permet pas de régler les questions. Plutôt que penser « rôle du coordonnateur », ne faut-il pas penser « place du coordonnateur dans un collectif » ?
  • Parce qu’on a fait le va-et-vient entre le prescrit et le réel, que ceux qui disent ce qu’il y a à faire se sont intéressés de près à ce que font réellement les gens de ce qu’on leur demande de faire.
  • Parce qu’on s’est questionné sur ce qu’est la formation : un espace partagé qui se nourrit de l’activité ordinaire de ceux qui travaillent.
  • Parce qu’on a essayé de « garder trace » de ce qu’on vient de faire, de capitaliser le fruit du travail in-vivo, en constituant des outils qui aident à réussir, qui traduisent les savoirs de la recherche pour en faire quelque chose d’utilisable pour l’action.
  • Parce qu’on sait maintenant qu’on n’est pas seul, parce que le travail collectif va nous aider à faire ensuite, seul, ce qu’on a à faire, en se réassurant.

Guillaume Serre fait ressortir deux idées-force, pour pouvoir concrétement agir en réseau :

  • Collectivement, traduire le prescrit, pour savoir quoi en faire, cela passe par des gestes précis, qu’on fait parfois sans même s’en apercevoir :
    • Cibler l’origine des problèmes, mais aussi comprendre quelle en est la nature exacte. Distinguer ces deux étapes peut paraître un détail, mais c’est la source du vrai travail, celui qui ne se voit pas.
    • Hiérarchiser les questions, faire collectivement des choix, tracer des « petites routes » dans des « grands réseaux », travailler sur des « petits objets » pour avoir prise sur le réel, les « bons carrefours » qui sont à l’interface des préoccupations des différents acteurs du travail.
  • Pour ce qui est de la spécificité du travail du coordonnateur, entrer dans les détails du travail, de ce qu’il y a à faire, c’est toujours difficile. Le coordonnateur est :
    • un travailleur « discret » en quête de reconnaissance, qui fait des choses qui ne se voient pas, qui travaille dans de multiples situations informelles, dans la salle des profs, dans les couloirs, en travaillant à un endroit pour viser des effets sur les autres, comme un travail de fourmi avec des jeux de rebonds. Il faut « être professeur » sans être seulement professeur. Il faut mobiliser ceux qui ne pourraient ne pas venir pas à la réunion, anticiper le risque de leur absence, faire ce qu’il faut pour que tout le monde soit autour de la table ;
    • une personne qui a les missions d’un cadre sans l’être, à qui on demande des choses sans forcément lui donner la place pour le faire ;
    • quelqu’un qui doit faire des compromis sans faire des compromissions, donner à penser sans vouloir formater, gérer ses propres conflits de loyauté sans renoncer à ses valeurs…

Wetin You Go Do ?Il conclut par une métaphore qui pourrait paraître exotique : « Ne rien faire, mais que rien ne soit pas fait » disent les penseurs chinois que reprend le Traité de l’efficacité de François Jullien. Pour bouger des blocs immobiles, on peut tirer à l’artillerie lourde au risque de tout abimer, ou au contraire avoir l’intelligence d’aller chercher une petite corde qu’on va placer entre les blocs, de façon très discrète, et attendre que les blocs se mettent à bouger et suivent le mouvement rendu possible par la corde. Mais ça veut dire apprendre la patience, ne pas vouloir aller trop vite…

« La reconnaissance de votre travail ? Allez la chercher surtout dans votre propre collectif, et dans le regard de ceux avec qui vous travaillez. Vous serez sans doute plus content d’aller chaque matin au travail pour faire ce que vous avez à faire… »

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
23/08/2017 « Ce qui se joue de plus intéressant dans le développement langagier c’est ce qui se fait en dehors des activités pointées « langage » dans le continuum des domaines d’apprentissage ». Entre langage ordinaire, langage scolaire et langages disciplinaires, Yves Soulé,  formateur à l’ESPÉ de Montpellier en didactique du langage, déplie les difficultés que l’enseignement de l’oral représente et propose des pistes de formation pour les formateurs, dans une conférence qui s’est tenue le 23 mars 2017 à l’IFÉ.
23/08/2017 A partir de son expérience de formateur dans l'enseignement spécialisé, Baptiste Caroff considère que c'est l'observation précise et collective des situations perturbées qui peut donner aux enseignants des clefs pour agir efficacement sur le climat de classe et les apprentissages.
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr