Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / Le séminaire 2013-2014 / Conclusion

Conclusion

Par Stéphane Kus publié 01/07/2014 11:45, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Questions vives du partenariat et réussite éducative 2013-2014 - A l’issue de ce nouveau séminaire « Questions vives du partenariat et réussite éducative », différents points de synthèse peuvent être proposés.
couv-rapport-QVP-2014

Tout d’abord, les différents échanges relatifs aux partenariats éducatifs locaux posent d’emblée la question de l’échelle territoriale visée et donc de la recherche une improbable bonne échelle pour piloter les politiques éducatives locales. Suivant son positionnement institutionnel, suivant sa mission, suivant les publics qu’il vise ou qu’il touche, chaque participant tend à se demander quelle pourrait être cette bonne échelle. De fait, celle-ci n’est jamais donnée a priori puisqu’il n’existe nulle unité de commandement des politiques éducatives locales aujourd’hui. L’échelle de mise en œuvre de la cohérence des politiques locales ne peut donc être que le fruit d’intentions locales, de velléités de coordination, de tentatives de constituer des effets de milieux professionnels qui en garantissent le bon fonctionnement. Ainsi, si pour le niveau primaire, l’échelle de la commune fait sens pour tous, dès que l’on monte en tranche d’âges, la question se complexifie pour atteindre une somme d’acteurs extrêmement différents lorsque l’on aborde les publics de plus de 16 ans. Néanmoins, l’exemple du Rhône montre comment en se stabilisant sur la durée, un pilotage interinstitutionnel est possible, favorisant la prise en charge des nouveaux dispositifs sur la durée.

Autre sujet relatif aux lieux partenariaux existants, c’est le contenu des échanges qui les structurent. Bien souvent, il a été pointé à quel point les enjeux financiers, organisationnels et interinstitutionnels prenaient le pas sur des débats qui poseraient à nouveau frais la question du sens éducatif en général et la manière dont on peut œuvrer concrètement dans la lutte contre les inégalités quelles qu’elles soient, de façon plus particulière.

Dans les liens entre l’Education Nationale et ses différents partenaires, certains ont pointé les dérives possibles : comment éviter la sous-traitance que tendrait à faire porter l’Education nationale sur ses partenaires potentiels ? De façon similaire, sur un territoire, la tension financière croissante pose une question redoutable aux associations partie prenantes des politiques locales : comment coopérer et faire partenariat en situation de concurrence ?

Ce sont donc les types de pilotage qui doivent être reposés à nouveaux frais. Ces derniers prennent trois formes qui s’imbriquent aujourd’hui dans les politiques éducatives locales : de gouvernement, lorsqu’une institution suit de près les moyens financiers qu’elle engage dans ses politiques, de gouvernance, lorsqu’un accord pluri-partenarial est construit pour renforcer les cohérences des différents porteurs de ces politiques, et enfin de gouvernement à distance lorsque l’institution concernée n’a pas vraiment les moyens du pilotage local de sa politique.

Trois questions peuvent alors être posées en guise de conclusion :

  • Comment les acteurs, dans leur métier et en inter-métiers, peuvent-ils influer sur la décision politique et la fortification du portage politique et institutionnel pour gagner en cohérence locale ?
  • Comment renforcer la capacité d’évaluation sans qu’elle ne fasse porter sur les publics les questions auxquelles les institutions ne savent pas répondre et sans qu’elle ne devienne un simple instrument de communication du politique ?
  • Comment enfin, revenir à la question du sens, des finalités, et donc des principes partagées qui pourraient sans doute permettre de relire de façon plus exigeante les objectifs donnés aux politiques éducatives locales, en réfléchissant à la manière dont ces principes peuvent s’incarner dans le réel ?

Jean-Marc Berthet

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/03/2019 Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.
12/02/2019 La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr