Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / Le séminaire 2013-2014 / Conclusion

Conclusion

Par Stéphane Kus publié 01/07/2014 11:45, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Questions vives du partenariat et réussite éducative 2013-2014 - A l’issue de ce nouveau séminaire « Questions vives du partenariat et réussite éducative », différents points de synthèse peuvent être proposés.
couv-rapport-QVP-2014

Tout d’abord, les différents échanges relatifs aux partenariats éducatifs locaux posent d’emblée la question de l’échelle territoriale visée et donc de la recherche une improbable bonne échelle pour piloter les politiques éducatives locales. Suivant son positionnement institutionnel, suivant sa mission, suivant les publics qu’il vise ou qu’il touche, chaque participant tend à se demander quelle pourrait être cette bonne échelle. De fait, celle-ci n’est jamais donnée a priori puisqu’il n’existe nulle unité de commandement des politiques éducatives locales aujourd’hui. L’échelle de mise en œuvre de la cohérence des politiques locales ne peut donc être que le fruit d’intentions locales, de velléités de coordination, de tentatives de constituer des effets de milieux professionnels qui en garantissent le bon fonctionnement. Ainsi, si pour le niveau primaire, l’échelle de la commune fait sens pour tous, dès que l’on monte en tranche d’âges, la question se complexifie pour atteindre une somme d’acteurs extrêmement différents lorsque l’on aborde les publics de plus de 16 ans. Néanmoins, l’exemple du Rhône montre comment en se stabilisant sur la durée, un pilotage interinstitutionnel est possible, favorisant la prise en charge des nouveaux dispositifs sur la durée.

Autre sujet relatif aux lieux partenariaux existants, c’est le contenu des échanges qui les structurent. Bien souvent, il a été pointé à quel point les enjeux financiers, organisationnels et interinstitutionnels prenaient le pas sur des débats qui poseraient à nouveau frais la question du sens éducatif en général et la manière dont on peut œuvrer concrètement dans la lutte contre les inégalités quelles qu’elles soient, de façon plus particulière.

Dans les liens entre l’Education Nationale et ses différents partenaires, certains ont pointé les dérives possibles : comment éviter la sous-traitance que tendrait à faire porter l’Education nationale sur ses partenaires potentiels ? De façon similaire, sur un territoire, la tension financière croissante pose une question redoutable aux associations partie prenantes des politiques locales : comment coopérer et faire partenariat en situation de concurrence ?

Ce sont donc les types de pilotage qui doivent être reposés à nouveaux frais. Ces derniers prennent trois formes qui s’imbriquent aujourd’hui dans les politiques éducatives locales : de gouvernement, lorsqu’une institution suit de près les moyens financiers qu’elle engage dans ses politiques, de gouvernance, lorsqu’un accord pluri-partenarial est construit pour renforcer les cohérences des différents porteurs de ces politiques, et enfin de gouvernement à distance lorsque l’institution concernée n’a pas vraiment les moyens du pilotage local de sa politique.

Trois questions peuvent alors être posées en guise de conclusion :

  • Comment les acteurs, dans leur métier et en inter-métiers, peuvent-ils influer sur la décision politique et la fortification du portage politique et institutionnel pour gagner en cohérence locale ?
  • Comment renforcer la capacité d’évaluation sans qu’elle ne fasse porter sur les publics les questions auxquelles les institutions ne savent pas répondre et sans qu’elle ne devienne un simple instrument de communication du politique ?
  • Comment enfin, revenir à la question du sens, des finalités, et donc des principes partagées qui pourraient sans doute permettre de relire de façon plus exigeante les objectifs donnés aux politiques éducatives locales, en réfléchissant à la manière dont ces principes peuvent s’incarner dans le réel ?

Jean-Marc Berthet

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/02/2018 Ce scénario de formation propose des éléments pour une formation d'enseignants sur la manipulation en mathématiques, en utilisant notamment des vidéos de l'école élémentaire JJ Rousseau d'Argenteuil.
02/02/2018 Le Cycle des Evaluations Disciplinaires Réalisées sur Echantillon (CEDRE) conduit par la DEPP est un outil d’observation des acquis des élèves pour le pilotage d’ensemble du système éducatif. Il couvre les compétences des élèves en référence aux programmes scolaires, il éclaire aussi sur l’attitude et la représentation des élèves à l’égard de la discipline et il interroge les pratiques d’enseignement.
17/01/2018
17/01/2018
16/01/2018 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
16/01/2018 Au cours de l'année 2016-2017, plusieurs dizaines de circonscriptions ont testé des modalités d'accompagnement d'écoles à partir de Narramus. A Lyon, deux circonscriptions ont travaillé ensemble, et sont venues à l'IFÉ témoigner de leurs réussites et de leurs discussions...
16/01/2018 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 6 - Novembre 2017, avec un nouveau chapitre sur l'usage de la photo.
16/01/2018 Ingrid enseigne dans une classe double niveau CP-CE1. Elle organise des ateliers de mathématiques lors de l'accueil du matin. Un peu plus tard dans la matinée, elle travaille les tables de multiplication en classe entière.
16/01/2018 Marie enseigne en CM1 - Séance de mathématiques autour de la construction des nombres décimaux
16/01/2018 Depuis six ans, l’école JJ Rousseau d’Argenteuil, située en REP, a engagé une réflexion collective pour faire réussir ses élèves en mathématiques, et mis en œuvre un travail spécifique autour de la résolution de problèmes. Partant du constat que les élèves peuvent réussir les tâches sans comprendre les enjeux d’apprentissage, ils ont fait le choix de la complexité initiale. Dès le CP, ils travaillent progressivement et simultanément la construction du nombre, les concepts opératoires, les algorithmes de calcul et la catégorisation des problèmes additifs et multiplicatifs. C’est à dire que sans jamais renoncer au sens, ils pratiquent un entrainement intensif des différents types de tâches pour structurer puis automatiser les procédures.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr