Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

"Parents dans la classe"

Par Henrique Vilasboas publié 27/03/2019 15:45, Dernière modification 27/03/2020 16:09
Au collège Elsa Triolet , une équipe d'enseignants, avec l'aide de la coordinatrice REP et d'une chercheuse, ont décidé d'accueillir des parents d'élèves volontaires afin de leur permettre de mieux comprendre ce qui se passe dans la classe. Ils présentent ici ce dispositif.

"Parents dans la classe"  Collège REP+ Elsa Triolet Vénissieux (69) parents-classe-triolet1

La présentation ci-dessous est rédigée à partir du témoignage de Samia Aknouche, coordinatrice REP+ et de l’article « Un espace de dialogue entre les enseignants et les parents autour des traces audio-vidéo de l’activité en classe » de Sylvie Moussay MCF, Laboratoire ACTé, Université Clermont-Auvergne et Samia Aknouche coordinatrice REP+, Académie de Lyon. Canadian Journal of Education / Revue canadienne de l’éducation  (2018).

 

 

Contexte du dispositif

L’idée de ce dispositif est née des interrogations de parents, lors d’un «Café des parents» au collège Elsa Triolet REP+ à Vénissieux (69) en 2015, sur le thème de la coéducation. Tous souhaitent savoir comment se passe un cours. Une chercheuse déjà en projet depuis plusieurs années dans ce collège dans le cadre d'un LEA (Lieu d'Education Associé) et quinze enseignants volontaires se sont donnés un nouveau projet commun : mieux cerner les problématiques professionnelles propres à la coéducation, puis organiser une nouvelle forme de collaboration avec les parents. Ils ont conçu le dispositif «Parents dans la classe» qui prévoit une immersion des parents dans un cours.

 parents-classe-triolet2

Enjeux 

  • Sociaux : réduire les inégalités scolaires ; proposer une nouvelle ouverture de participation des parents dans l’école ; dépasser le cadre des rencontres institutionnelles au cours desquelles le propos est souvent descendant ; partager ses pratiques professionnelles avec les parents ; rompre avec le huis-clos de la classe.
  • Éducatifs : nourrir la coéducation parents-enseignants à partir de situations réelles de classe ; pour les jeunes, voire des adultes, qui collaborent dans leur intérêt.
  • Scolaires : lever les malentendus, expliciter les attendus, donner à voir des manières de travailler, échanger sur des leviers et des freins à la réussite des élèves.
  • Professionnels : engager un travail d’équipe autour de la coéducation; expliciter ses pratiques de classe en vue de les partager; les analyser en interaction avec des regards de parents d’élèves, voire les transformer.

Cadre éthique

  • Chaque parent est invité à entrer dans une autre classe que celle de son enfant.
  • Pendant la durée du cours, le parent en immersion dans la classe observe le travail des élèves et du professeur, sans se déplacer ni échanger avec les élèves.
  • Le parent peut prendre des notes sur ce qu’il voit ou l’étonne.

Objectifs des observations 

  • (Re)découvrir des rituels : entrée en cours, mise en activité des élèves, explicitation de l’objectif de leçon, passation des consignes, etc.
  • (Re)découvrir des modalités d’organisation : petits groupes «îlots», tutorat entre élèves, aide personnalisée par l’enseignant, etc.
  • (Re)découvrir des modalités d’interactions : donner et prendre la parole, reformulation, circulation la parole entre les élèves.

Mise en œuvre du dispositif

parents-classe-triolet3Parents, enseignants, chercheuse ont ensemble stabilisé le cadre :

  • temps de l’observation (une heure de cours d’un enseignant volontaire) ;
  • une discussion «à chaud» qui permet au parent de rendre compte de ses réactions et de ses observations ;
  • un temps d’échange plus approfondi à partir de traces audio et vidéo de l’activité en classe. Selon le cadre éthique défini ci-dessus, 17 parents (un pour un cours) ont pu entrer dans des classes, dont certaines ont été filmées.

 

 

Effets du dispositif

Du côté des parents, en premier lieu, une forme de reconnaissance, de légitimation et l’instauration d’un dialogue à «parité d’estime» ont été bénéfiques pour ceux qui ont participé. En second lieu, un effet ricochet positif semble avoir atteint des parents à l’écoute de ce qui se passe au collège. Rien n'est dit de ce qu’il en est pour ceux qui n’osent pas encore s’approcher.

Du côté des élèves, il ressort des réactions globalement positives avec des effets difficiles à évaluer.

Du côté des enseignants, la chercheuse Sylvie Moussay et la coordonnatrice REP+ Samia Aknouche ont analysé des effets notoires (cf. article précité) :
«Le premier résultat montre que la présence du parent dans la classe invite l’enseignant à accentuer ses actions et à les développer pour une meilleure compréhension du travail avec les élèves. Le deuxième résultat met en exergue que les commentaires et les questions des parents au cours du visionnage audio-vidéo de l’activité deviennent autant de «signes» incitant l’enseignant à reprendre les actions en classe pour détailler et argumenter les procédures de réalisation.» (…) «Les résultats soulignent que le visionnement des traces audio-vidéo a servi de déclencheur à un questionnement de la part du parent qui, en retour, a incité l’enseignant à signifier précisément les actions réalisées en classe, à interroger ses buts, à faire évoluer ses motifs et à expliciter les conditions opérationnelles du travail (…) Le dispositif «Parents dans la classe» ainsi médiatisé (…) a favorisé la «mise en mouvement» de l’activité enseignante, ouverte sur une action de transformation de l’organisation du travail dans la classe.»

 

 

 

Revenir à la page d'accueil en cliquant sur cette icône 

                   ICONE-PARENTS-DANS-LA-CLASSE