Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Art et Ecole / Apprendre à dessiner, une affaire de langage ?

Apprendre à dessiner, une affaire de langage ?

Par Patrick Picard publié 05/06/2016 19:55, Dernière modification 05/06/2016 20:11
Sophie Bonnet, conseillère pédagogique en arts visuels en Charente, propose de redonner une place légitime au dessin, sans le cantonner à un rôle d’appoint. Pour cela, elle le didactise, et expérimente avec les enseignants de son territoire une démarche d’apprentissage du dessin qui s’appuie sur la force du langage.

Selon vous, quelle importance l’école accorde-t-elle au dessin ? Est-il au service d’autres disciplines ?

Depuis 1850, le dessin à l’école n’a cessé d’évoluer : d’un dessin « utile », on est passé au dessin « créatif » : de contraintes fortes, on est souvent passé au « libre de faire ». Actuellement, héritier de son histoire, le dessin est encore là, présent, sans y être, partout et nulle part. De manière aléatoire, parcellaire, éparpillée… On l’utilise pour évaluer la compréhension d’un texte, illustrer une poésie ou schématiser une expérience scientifique. Mais force est de constater que l’enfant, s’il dessine toujours aussi spontanément lorsqu’il est tout petit, continue comme les adultes à dire ne pas savoir dessiner, et le regretter. Outre la résolution de cette désolation, nous nous interrogeons sur ce qu’un véritable apprentissage du dessin à l’école peut apporter à la construction de l’individu.

Votre formation de master de formateurs vous a aidée en ce sens ?

Le Master "Formation de formateurs" que j'ai suivi à Clermont m’a permis de revisiter mes croyances. Je priorise désormais un travail de co-conception de séances avec des enseignants, qui les testent dans la pratique de classe. Nous analysons l’activité réelle de l’enseignant et des élèves à partir de vidéos de classe qui nous permettent de mettre des mots sur les gestes professionnels et la manière d’utiliser les outils proposés. Cela permet de conscientiser, d’analyser et réguler la conception des séances, afin d’élaborer des propositions didactiques les plus adaptées possible aux besoins et aux contraintes du métier d’enseignant. 

Pour vous, la démarche pédagogique liée à l’apprentissage du dessin s’appuie sur quatre principes ?

En effet, j’ai progressivement construit ces invariants :

• La stabilisation des formats des tâches par la mise en place de rituels, cadres pour faire, dire et penser ensemble. Mener des activités dont la présentation de la tâche est chaque fois identique et choisir un matériel très épuré favorise une centration sur la tâche/procédure.
• Une approche cognitive : nous nous servons de modèles, mais le modèle est un outil pour aider à construire un répertoire de formes mentales. Cette représentation mentale nécessite l’action (mémoire sensorielle), l’encodage du modèle, l’identification de stratégies, et des échanges verbaux qui permettent de comparer et de procéder à des vérifications. Il ne suffit pas de voir le modèle pour le reproduire. Il ne suffit pas de voir le modèle pour le mémoriser. Encore faut-il savoir comment le réaliser. Ainsi, notre but est que les élèves constituent

un corpus de formes mentales et de repères spatiaux qui aident à construire le monde. Pour faire « comme le modèle » (ce qui est à la fois la tâche et le moyen), il faut expliciter comment réussir à faire comme le modèle, l’ordre des tracés. Nous parlons les gestes efficaces, nous nommons les formes, nous les associons, nous utilisons un vocabulaire spatial précis (entre, à l’intérieur..), un vocabulaire de mouvement (aller vers, descendre..), nous discutons les stratégies.

• Une démarche dialogique : Systématiquement, l’activité de dessin proposée par l’enseignant est accompagnée d’objectifs langagiers programmés :

oAu fur et à mesure, le vocabulaire qui décrit l’espace, le geste, les tracés, les formes, les effets est retravaillé dans des activités de vocabulaire et dans le but d’aider l’élève à construire des relations catégorielles.
o L’enrichissement lexical et la personnalisation du dessin nourrissent l’imaginaire de l’enfant.
o Le dessin est une activité qui permet de travailler la compréhension.

• Des situations ludiques permettent aux élèves de dessiner à partir de jeux de cartes, de « dictée de dessin », pour permettre d’aborder de front, dans des situations plus complexes la structuration de l’espace, la dextérité du geste et le partage d’expériences.

Vous proposez des activités de « dictée de dessin » par un élève ?

Oui, simplement en proposant à un élève caché derrière un paravent de dicter son dessin géométrique aux autres élèves. L’enseignant étaye la verbalisation du meneur de jeu et accompagne les autres élèves, mais peut également jouer !
La validation à postériori est simple, par comparaison. On explicite les procédures, on met des mots sur les tracés.

Mais il est également très intéressant d’apprendre à dessiner des formes figuratives pour ensuite aider à sortir du stéréotype, par l’acquisition de répertoires de formes et de structures génériques dont on va ensuite faire varier les contraintes. Nous avons élaboré une démarche autour de « apprendre à dessiner une poule », en mettant des mots sur ce que regarde l’œil et ce que fait la main. 

Et une fois que nous avons construit la « règle », construit les éléments de la grammaire qui permet de réussir la tâche, on va proposer de dessiner les yeux fermés, ou sans lever le crayon, ou en exagérant telle ou telle caractéristique.

Ces « variations » vont être de nouveaux prétextes à des moments de langage, permettre d’exprimer des sentiments, des impressions qu’on va réutiliser pour dessiner, après une « vieille poule » au tracé tremblotant, un vieux lapin, un vieil éléphant, mais aussi une poule fière, une poule apeurée…

Ce seront également autant de moteurs de l’activité langagière qui vont permettre de renforcer le lexique sémantique, d’associer à des œuvres du patrimoine ou de transférer des connaissances. Résultat, nous voyons les compétences en actes évoluer considérablement, comme en témoigne cette phrase d’un enfant ce CP : « je devais dessiner une poule apeurée alors j'ai choisi ma main gauche, parce qu'avec la main droite, je dessine très bien, et avec la main gauche, mon trait est tremblotant, du coup on a l'impression que la poule a peur". Le maillage des apprentissages en arts plastiques et dans les autres disciplines prend tout son sens, au grand bénéfice des élèves qui ont le plus besoin de l’École…


Contact : cpd.artsvisuels16(at)ac-poitiers.fr

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
30/03/2018 Suite à la présentation du dispositif associatif "Faciliter le langage aux enfants", Cécile Goï, professeur d'université et didacticienne en FLS/FLE à l'université de Tours, analyse les enjeux des constructions de l'altérité dans les relations avec les familles en situation de migration récente.
28/03/2018 Sylvia est enseignante en CE1, elle conduit une séance de résolution de problèmes, en co-enseignement avec le Maître +.
26/03/2018 Pourquoi enquêter sur les religions, les discriminations et le racisme en milieu scolaire ?
20/03/2018 Lors d'une formation sur le lire-écrire destinée à des formateurs et des cadres de l'Education Nationale, à l'Institut Français d'Education le 14 novembre 2017, Olivier Monso, de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l'Education Nationale, présente les résultats de sa synthèse sur l’effet de la réduction de la taille des classes sur la réussite scolaire en France.
14/02/2018 Ce scénario de formation propose des éléments pour une formation d'enseignants sur la manipulation en mathématiques, en utilisant notamment des vidéos de l'école élémentaire JJ Rousseau d'Argenteuil.
02/02/2018 Le Cycle des Evaluations Disciplinaires Réalisées sur Echantillon (CEDRE) conduit par la DEPP est un outil d’observation des acquis des élèves pour le pilotage d’ensemble du système éducatif. Il couvre les compétences des élèves en référence aux programmes scolaires, il éclaire aussi sur l’attitude et la représentation des élèves à l’égard de la discipline et il interroge les pratiques d’enseignement.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr

Référentiel de l'EP

logoEP.gif A travers un tableau de ressources pour vos formations, l'équipe du centre Alain-Savary vous propose des pistes pour avancer sur la mise en oeuvre du référentiel de l'Education prioritaire.

Accéder au tableau...

Publications

Toutes nos publications

publications

Dernière publication :

Enquête sur le pilotage des réseaux d'Éducation Prioritaire

Analyses, ressources et outils

couv-dossier-piloter-EP 

(PDF - 7,6 Mo - 46 pages)

Vidéos : Les grands témoins du centre

grand-temoin-casUne collection de vidéos, qui va s'enrichir au fil du temps, de chercheurs et de praticiens dont les discours nous semblent pouvoir aider chacun à penser autour des difficultés des élèves, des enseignants et des pilotes dans l'Ecole.

Parcours de formation

parcours hybrides

A travers ces parcours, le centre Alain-Savary propose aux formateurs des ingénieries de formation "hybride" autour d'un sujet. Chacun d'eux comprend à la fois des ressources théoriques pour les formateurs, une proposition d'ingénierie, des supports de travail pour les stagiaires.

Voir les parcours...

Formations

Le calendrier des formations 2017-2018 prévues par le centre Alain-Savary est en ligne

Les formations du Centre Alain Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, (EN et hors EN), qui souhaitent y participer.

Le calendrier avec les dates et le sujet des formations 2017-2018 est en ligne, une description plus précise sera publiée

Voir le calendrier...

Derniers comptes rendus :