Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Décrochages / archives décrochages / Prévention du décrochage scolaire / Entretiens d'acteurs / Entretiens 2012-2013 / Tisser les fils pour s’accrocher, ensemble : reportage au Lycée Professionnel Hélène Boucher de Vénissieux

Tisser les fils pour s’accrocher, ensemble : reportage au Lycée Professionnel Hélène Boucher de Vénissieux

Par Patrick Picard publié 02/10/2012 09:55, Dernière modification 14/04/2016 11:11
Le lycée professionnel Hélène Boucher, à Vénissieux (Rhône), multiplie les initiatives pour « lutter contre le décrochage ». Modestement, mais avec opiniâtreté…

Apparemment, le lycée professionnel Hélène Boucher n’a rien d’extraordinaire. Encore que… Dans un quartier de Vénissieux, à  la périphérie lyonnaise, l’établissement scolarise bien plus de filles que de garçons : métiers de l’hôtellerie et de la restauration, de l’hygiène et de l’environnement, de la vente… Il faut dire qu’au milieu du XXe siècle, c’était un centre d’apprentissage de couture… Dans les dernières décennies, les publics ont-ils tant changé ? Bien sûr, mais pas autant que ça. Pour Mme Pointreau, professeur de lettres-histoire-géographie, depuis plus de vingt ans dans l’établissement, le monde n’était pas plus rose à ses débuts. Certes, les classes d’hôtellerie-restauration avaient davantage de prestige, mais les élèves des classes de couture ou de vente pouvaient déjà être très difficiles. « Ce qui a pu changer, c’est qu’aujourd’hui toutes les sections ont leur lot d’élèves en grande souffrance, pas seulement en difficulté scolaire. Ils sont en échec, mais ils ont surtout perdu confiance en eux. Leurs airs désabusés portent à croire qu’ils s’y résignent, mais est-ce si sûr ?... »

 

Au lycée Hélène Boucher, en tout cas, il semble qu’on soit sûr du contraire, et qu’on ait quelques preuves… « Ils n’aiment pas les mauvaises notes, mais aiment les bonnes » plaisante Mme Exbrayat, proviseure. « Quand on les valorise, ils retrouvent leur fierté ». Mais pour autant, « pas question d’en rabattre sur les exigences, il faut au contraire les augmenter. Nos élèves sont les premiers à nous critiquer si nous faisons des propositions au rabais ».

 

Alors, comment faire avec les élèves qui n’ont pas choisi leur orientation, et qui ne se voient pas « femme de ménage toute la vie », comme le précisent nombre d’élèves ? Comment continuer à agir avec ceux qui, parfois depuis l’école primaire, « n’y sont plus », au sens propre ou au sens figuré ? Pour Mme Marchand, conseillère principale d’éducation, il est indéniable que certains élèves se sont progressivement éloignés de la forme et du travail scolaire, passifs ou provocateurs avant de devenir absents, d’abord dans certains cours puis plus régulièrement. « Mais ce n’est pas au moment où le symptôme apparait qu’il faut se mobiliser. C’est souvent trop tard. Quand on ne s’occupe que des dernières, c’est qu’on a raté des étapes. Plus on travaille en amont, plus on est efficaces ». Parfois, pourtant, l’orientation vient ajouter un problème : les élèves qui sont en section « Maintenance et Hygiène des Locaux » voudraient être ailleurs. Le travail manuel dévalorisé ? A moins que ce soit la crainte de la voie de garage ou du travail précaire : « Les garçons sont plus dans la fuite, les filles parfois dans la rébellion ».

 

Une vieille histoire ?

Si le mot « décrochage » est en haut de l’affiche aujourd’hui, la chose n’est pas nouvelle, on le comprend. A "Hélène Bouchet", c’est un véritable plan de bataille qui a été progressivement construit, qui s’adapte au fil des rentrées, fruit des volontés individuelles et collectives.

 

D’abord, accueillir. L’équipe de vie scolaire, sous la houlette de Mme Marchand, passe à la loupe les dossiers pour repérer ceux qui risquent de coincer vite : élèves bénéficiant d’un dossier MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées), suivis par la MGI (Mission Générale pour l'Insertion), issus de classe d’accueil pour les élèves allophones nouvellement arrivés. Mais c’est chaque élève de seconde qui fait sa rentrée avec un entretien individualisé mené grâce à l’engagement de tous les professeurs, dès les journées d’accueil. La suite est assez informelle, sauf exception signalée par une fiche d’alerte adressée à la cellule de veille : « on laisse quelques jours, et surtout les professeurs principaux viennent me voir pour me dire leurs doutes, si nécessaire, dès le premier absentéisme » explique Mme Marchand. « On fait venir les parents, avant même tout rappel au règlement ou sanction. Les trois-quarts sont nos premiers alliés, même si certains sont parfois désemparés. » Certains ont du mal à tenir la face, et en font des tonnes pour bien montrer qu’ils ont de l’autorité… Mais l’essentiel est dans l’attitude de celui qu’ils rencontrent : « ça dépend comment on les convoque : c’est pas eux qui ont fait la bêtise. J’essaie de leur dire qu’ils ont une responsabilité, qu’on a besoin de leur soutien, qu’on les remercie d’être venus. Sans pour autant tomber dans la démagogie. Parfois, il faut affronter le clash, quand ils nous demandent de régler les problèmes nous mêmes… »

Des problèmes spécifiques à certaines communautés ? Mme Marchand s’étonne de la question : « Ce n’est pas parce que la mère est voilée que je la reçois différemment. Le problème, c’est quand ils ne parlent pas français. En tout état de cause, elle considère qu’il y a plus de différences à l’intérieur de chaque groupe qu’entre les groupes. « Les élèves tentent de jouer sur notre manque de connaissance de leur culture familiale, et n’hésitent pas à jouer les victimes potentielles de foudres familiales en cas de sanction… Mais pas de chance pour eux, nous connaissons bien les familles… Et la plupart ne cherchent que l’intégration par l’école… »

 

D’abord la classe

C’est d’abord à l’intérieur de la classe que se joue la lutte contre le décrochage, contre le désengagement intellectuel, insiste Mme Pointreau, avec des projets comme dans les séances ordinaires. Sa fierté, c’est quand même le projet Théâtre dans lequel elle s’investit tous les ans. « Avec d’autres », précise-t-elle, modeste, avant que sa proviseure ne la reprenne : « Moi, quand j’ai vu ça, ça m’a bluffée. Cette exigence, cet engagement des élèves… »

« C’est vrai que l’an passé, la classe était très difficile, mais ils sont restés jusqu’au bout. C’était le fil qui les a accrochés au lycée, grâce au travail d’équipe. Faire pour et avec les autres, c’est un moteur puissant. Et les échecs sont plus rares qu’on le croit… »

Elle convient que la tâche n’est pas simple. Du temps, de la préparation, des partenariats avec le Théâtre de Vénissieux. Et des choix : « Ma séquence sur le théâtre, je la fais comme ça. C’est bien le moins, non ? Même si parfois j’écorne les heures d’enseignement… ». Cette année, ce sera les Femmes Savantes. Tout un programme… Mais elle insiste tout autant sur le travail « ordinaire », en classe : « je cherche les angles d’attaque où ils seront en réussite. Beaucoup de collègues font ça. Je sollicite aussi les assistants pédagogiques pour préparer le cours en amont, c’est assez payant… »

Mme Exbrayat opine : « Oui, beaucoup d’enseignants ont modifié leur regard, refusent le fatalisme. C’est essentiel, ce sentiment d’aller dans le même sens… Et ça donne sens au métier… »

«  Et parfois même du confort et du plaisir…» précise Mme Pointreau.

 

En cas de souci : méthode à trois niveaux…

Lorsqu’un élève s’écarte de ce qui est attendu, l’établissement a mis en place une réponse progressive centrée sur le suivi personnalisé :

  • d’abord, un soutien individualisé, par un enseignant et un assistant pédagogique en doublette, dans ou hors la classe. « C’est l’accompagnement personnalisé prévu par la rénovation de la voie professionnelle ? » Les enseignantes sourient : « Plus ou moins, mais là c’est une autre histoire… Tout ça est encore largement améliorable… »
  • quand c’est nécessaire, on renforce la formalisation par un tutorat que l’établissement rémunère par quelques euros, certes pas toujours à la hauteur de l’engagement : « c’est un véritable coaching, par un enseignant qui n’a pas l’élève en classe : rendez vous, objectifs de travail, remise en confiance… Mais attention au transfert et à la psychologie de bon marché, précisent les professeurs. On est enseignants, pas co-psy ». La formation avec le centre Delay, centre de ressources locales pour l’Education Prioritaire, a été un véritable appui pour ne pas se tromper de métier… « D’ailleurs, on regrette le temps où on avait des formations avec les instits et le collège, insiste Mme Pointreau qui fut il y a quelques années coordonnatrice du REP (Réseau d'Education Prioritaire). On faisait des choses formidables… c’est dommage que nous n’ayons plus de lien avec le réseau » 
  • enfin, si c’est nécessaire, quand l’élève refuse le maintien en classe, avant le conseil de discipline (deux l’an passé) ou pour l’éviter, le lycée a organisé une prise en charge avec un "professeur relais" mobilisé sur les moyens de l’établissement. L’an passé, un partenariat a aussi été engagé avec le Conseil Régional qui encourage financièrement les initiatives contre le décrochage. « Mais paradoxalement, notre organisation a bien fonctionné, et je n’ai pas dépensé l’argent qui m’avait été attribué pour faire intervenir d’autres structures, précise la chef d’établissement. Doit-on s’en plaindre ? »

Alors, succès total ? « Bien sûr que non. On ne peut pas réussir avec tous. On a 1 ou 2 % d’élèves qui partent en cours de scolarité. Mais qu’on aura pu faire avancer, et qui peut-être auront moins de sentiment d’injustice, ou de souffrances. On ne s’en sépare pas parce qu’on les déteste, mais parce qu’on aura tout tenté. » résume Mme Marchand.

 

"Hélène Boucher" est-il devenu un havre de paix ? Certes pas. Certains enseignants sont dubitatifs devant tous ces efforts, et se plaignent parfois des décisions prises. « Mais on en discute. La seule règle à laquelle je ne déroge pas, c’est que tout rapport d’incident ou demande de sanction grave soit accompagné d’un entretien avec le professeur concerné », précise la CPE. « Même quand on n’est pas d’accord, je m’interdis toujours d’en parler avec les élèves. Je leur dis que dans la vie, ils ne s’entendront pas avec tout le monde… Si on est tous ensemble, même différents, la confiance bénéficie à tous. »

 

Nouveaux défis ?

Travail en classe, travail hors la classe… Tout va de mieux en mieux ? Ca dépend de qui on parle. Parce que le lycée professionnel accueille sans cesse de nouveaux publics. Mme François, proviseur-adjoint, exprime sans détour les difficultés liées à l’évolution des recrutements des classes de CAP. « On n’aurait que des élèves qui viennent de SEGPA (Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté), ça ne serait encore pas si compliqué ». Mais ce qui la préoccupe, ce sont ces classes où sont regroupées toutes sortes de difficultés : des élèves au comportement très instable, ceux envoyés par la MDPH et la CDA (Commission pour les Droits et de l'Autonomie des personnes handicapées), les élèves allophones, les élèves en grande difficulté… Comme si on mettait ensemble tout ce qui ne tient pas dans les cases bien rigides des procédures d’orientation. Ces élèves qui arrivent au lycée, précédemment cantonnés dans des filières ou des établissements spécifiques. 

Devant ces mélanges détonnants, la formation ne suffit plus, d’autant plus lorsqu’elle est réduite. « Là, nous avons besoin d’appui et de moyens… » précise la proviseure-adjointe. De qui ? « Là, pas facile… »

Mots-clés associés : ,
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
27/03/2020 Le séminaire «Relations École-familles» IFÉ-Centre Alain Savary a organisé en décembre 2018 une session de travail entre enseignants, formateurs, chercheurs et coordonnateurs sur la question controversée de «faire entrer des parents dans la classe» en cycles 3 et 4. Retour sur les dispositifs présentés et la discussion à partir de ces présentations.
17/02/2020 Ce module a été conçu par une équipe pluri-catégorielle composée de conseillers pédagogiques des circonscriptions de Libourne 2, Langon et Pessac (académie de Bordeaux) et d'une maitre de conférence de l'université de Bordeaux. Il a été réalisé avec la participation et l'aide d'enseignants de ces circonscriptions ainsi que de la circonscription de la Réole. Il est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 3 heures sur la dictée à l'adulte auprès d' enseignants de CP.
04/02/2020 La boite à outils "écriture" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de l'écriture.
23/01/2020 Le collège Gambetta en REP à Saint-Etienne dans l'académie de Lyon, accompagné par le centre Alain Savary, a mis en place un observatoire du dispositif Devoirs faits, à l'issue de la première année de mise en oeuvre. Cet observatoire a permis d'analyser le pilotage et l'organisation du dispositif. Cet article rend compte des discussions inter-métier sur les enjeux du travail personnel de l'élève. Il présente les outils utilisés pour observer différentes dimensions du dispositif
06/01/2020 Sylvie Guffond est CPD en Haute-Savoie, chargée de mission pour accompagner les formateurs RMC du plan Villani-Torossian, pour l'Académie de Grenoble, depuis la rentrée de septembre 2018. En mars 2019, à l'IFÉ, elle explique comment s'organise l'accompagnement des formateurs RMC, comment ces derniers accompagnent les enseignants et les équipes dans les écoles, et les collaborations en circonscription.
16/12/2019 La boite à outils "compréhension" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de la compréhension au cycle 2. " Le cadre théorique" a une finalité de clarification des notions abordées. Les autres ressources constituent des supports de la formation : scénario de formation, canevas d'enseignement, banque de textes, etc...
16/12/2019 La boite à outils "Etude de la langue" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle issue du groupe "maitrise de la langue" de l'Essonne Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans la mise en place d’une démarche réflexive sur la langue soit en lien avec un travail de lecture et de compréhension, soit au sein d’une séance décrochée.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr

Référentiel de l'EP

logoEP.gif A travers un tableau de ressources pour vos formations, l'équipe du centre Alain-Savary vous propose des pistes pour avancer sur la mise en oeuvre du référentiel de l'Education prioritaire.

Accéder au tableau...

Publications

Toutes nos publications

publications

Dernière publication :

Relations école-familles de la maternelle au lycée

Analyses, ressources et outils

livret-parents 

(PDF - 26,6 Mo - 84 pages)

Vidéos : Les grands témoins du centre

grand-temoin-casUne collection de vidéos, qui va s'enrichir au fil du temps, de chercheurs et de praticiens dont les discours nous semblent pouvoir aider chacun à penser autour des difficultés des élèves, des enseignants et des pilotes dans l'Ecole.

Parcours de formation

parcours hybrides

A travers ces parcours, le centre Alain-Savary propose aux formateurs des ingénieries de formation "hybride" autour d'un sujet. Chacun d'eux comprend à la fois des ressources théoriques pour les formateurs, une proposition d'ingénierie, des supports de travail pour les stagiaires.

Voir les parcours...

Formations

Le calendrier des formations 2019-2020 prévues par le centre Alain-Savary est en ligne

Les formations du Centre Alain Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, (EN et hors EN), qui souhaitent y participer.

Le calendrier avec les dates et le sujet des formations 2019-2020 est en ligne, une description plus précise sera publiée