Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Langages / Sylvie Plane : l'oral un objet multidimensionnel

Sylvie Plane : l'oral un objet multidimensionnel

Par Marie-Odile Maire Sandoz publié 15/07/2019 09:34, Dernière modification 15/07/2019 09:34
Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.

Cette conférence s’est tenue dans le cadre d’une formation de formateurs « Oral en contexteS » à l’Ifé le 19 mai 2019.

 

sylvieplanebandeau4
 

L’oral, objet de passions et de malentendus

À l'heure actuelle, cette performance de prestige qu'est "Le grand oral" au bac cristallise toutes les attentions. À l'opposé, persiste une représentation péjorative qui consiste à dire que l’oral est facile, inférieur à l’écrit. Deux arbres qui cachent la forêt car sur le plan scolaire l'oral, intrinsèquement polymorphe, complexe et éphémère, est difficile à repérer en termes de compétences et par conséquent difficile à évaluer. 


 

 

Enjeux et statuts de l’oral dans la classe

player2

player2
Les demandes sociales adressées à l'institution scolaire 00:00:00
Y a-t-il supériorité de l'écrit sur l'oral ? 00:03:47
Les statuts scolaires de l'oral 00:07:34

 Les demandes sociales adressées à l’institution scolaire

Les demandes sociales adressées à l’institution scolaire sont contradictoires : privilégier l’écrit mais aussi enseigner l’oral pour ses qualités sociales. Selon l’âge des élèves, il s’agit de : 

  • compenser les inégalités familiales par rapport aux attendus scolaires
  • mettre en partage la langue de scolarisation
  • socialiser les adolescents (utiliser le langage pour la vie en société)
  • préparer à la compétition scolaire et sociale en préparant aux examens.

Le paradoxe de ces demandes apparaît clairement :recherche d'élitisme et besoin de cohésion sociale.

Y a-t-il supériorité de l'écrit sur l'oral ?

Si la mission première de l’école est centrée sur l’écrit, il n'en reste pas moins que le développement cognitif de l'élève passe par des apprentissages tant à l'oral qu'à l'écrit. Ce sont deux modes de pensée complémentaires nous dit Sylvie Plane. Elle précise que ce sont des "instruments" dont l'école a pour objectif d'apprendre à se servir.

Les statuts scolaires de l’oral

 Dans la classe, l’oral a différents statuts : 

  • instrument d’évaluation : l'oral du bac, la récitation de leçon, etc.
  • outil d’enseignement : oral de l'enseignant, le cours dialogué
  • outil de socialisation scolaire : la classe est une communauté intellectuelle où les enfants deviennent des élèves
  • objet d’apprentissage : oral peu encore ou pas assez défini
  • outil d’apprentissage : oral des contenus disciplinaires

  L’oral, un objet aux multiples dimensions

player3

player3
L'oral, un objet multidimensionnel 00:00:00
Les dimensions sociales 00:01:29
Les dimensions cognitivo-langagières 00:15:50
Les dimensions linguistiques 00:25:03
Les dimensions interactionnelles 00:29:50

schema oral

Pour la chercheuse, l’oral se construit en cinq dimensions : affective, cognitivo-langagière, interactionnelle, linguistique, sociale. Dans la classe, les individus constitués en communauté d'enseignement-apprentissage activent ces dimensions simultanément mais aussi tour à tour. Pour en faciliter l’étude, il s’agit de les isoler, ce qui n’existe pas en réalité car elles sont constamment mêlées. (Seule la dimension affective ne sera pas développée ici)

Les dimensions sociales de l’oral

L’oral est un marqueur social (la perception qu'ont ses interlocuteurs lorsque un locuteur s'exprime) mais aussi un marqueur identitaire (comment lui-même signifie son appartenance à un milieu). Qu’est-ce qui permet de reconnaître l’appartenance sociale d’un locuteur sachant que ces marques et variations s'apprennent en dehors de l'école ? 

  • des stéréotypes, l'exemple le plus percutant est l'accent
  • l’utilisation de la variation de registres liée au cadre psychologique et à la nature de l'objet dont on parle
  • le cadrage de l’interaction : comment se comporte une personne dans la situation lambda et sait-elle ajuster ses propos à cette situation ?
  • les traits vocaux : le ton, le rythme, l'accent (la prosodie) qui marquent l'individu et entraînent souvent des jugements ("accent banlieue")

Il est possible d’apprendre aux élèves à identifier ces marqueurs en leur faisant observer des situations orales très différentes. L’étude de la transmission de ces marqueurs sociaux est utile aux élèves tant que l’école fait attention à ne pas les disqualifier. Pour l’enseignant, il s’agit d’offrir des répertoires variés, d’étudier des corpus, de proposer des modèles acceptables dans la classe.

Les dimensions cognitivo-langagières de l’oral

Toute production orale met en œuvre des dimensions cognitivo-langagières. Historiquement, la conception de Nicolas Boileau (la pensée précède le langage), et celle de Mikhaïl Bakhtine (le langage aide à construire la pensée), sont très différentes. À l'heure actuelle, c'est la seconde sur la base de laquelle se construisent les démarches didactiques et pédagogiques. Les processus cognitifs de l’oral sont complexes ; et pour n’en citer qu’un, la mémoire est toujours sollicitée. Ce schéma met à plat « l’usine à gaz » des processus cognitifs de l’oral :  

leweit.jpeg

  •  les intentions au départ (conception du message)
  • la convocation de modules formulateurs (formules, lexique, etc.)
  • l’encodage simultané (phonologique)
  • le rétro-contrôle permanent (écoute et correction)
  • la mémorisation du message produit (résumé).

Sur le plan didactique, l’enseignant peut habituer ses élèves à se servir du langage écrit et oral pour penser et conscientiser l’usage de l’oral. Le passage utile et nécessaire de la « mise en bouche » permet aux élèves de tâtonner. 

Les dimensions linguistiques de l’oral

Les travaux de recherche en sciences du langage montrent que les difficultés cognitives spécifiques de l’oral influent sur l’aspect linguistique d’un énoncé. L’outillage de formules apprises et mises à disposition facilitent l’expression. Les hésitations, les reformulations, dans une proportion raisonnable, facilitent la compréhension du côté de la réception. Du point de vue didactique cela signifie qu'il est important que l'enseignant comprenne la nature des difficultés et les tâtonnements de ses élèves parce qu’il sait qu’il est ardu d’assurer à la fois la qualité de sa formulation et la qualité du contenu de son énoncé oral.

Les dimensions interactionnelles de l’oral

Interagir est complexe; il s'agit de :  

  • coopérer avec l'interlocuteur pour le convaincre, pour garder le contact ou pour qu'il comprenne.
  • tenir compte de la situation : de la présence d'un tiers par exemple.
  • exploiter les propriétés pragmatiques du langage : utiliser toutes les possibilités qu'offre le discours.
  • comprendre « les places » dans le discours. Cela renvoie à la notion de "face" définie par E. Goffman dans Les rites d'interaction, Minuit, Paris, 1974.  L'enseignant et l'élève, dans la relation institutionnelle, cherchent chacun à préserver la face. Ils occupent des positions, haute et basse, et interagissent autour de ses "places".
  • tisser les échanges : garder le fil de son discours et le tresser avec celui de l'autre.

Les interactions sont évaluées dans des entretiens lors du DNB ou du Baccalauréat par exemple : les critères sont identifiés de la sorte : "sait adopter une posture adaptée à l'oral". L’apprentissage de ces interactions est peu formalisé dans le parcours scolaire des élèves. Certes, la pratique du théâtre est connue pour aider l'élève à identifier puis acquérir des compétences telles que "aptitude au dialogue", "réactivité". Pour Sylvie Plane, l’enseignant peut aider ses élèves, dans toutes les disciplines, à s’approprier les codes et les fonctionnements des interactions afin de comprendre, de pratiquer et de s'améliorer. 

Quelques pistes de travail

Les enseignements explicites disciplinaires de l’oral sont connus en langues vivantes et en français (récitation, exposé). Il existe des dispositifs dédiés en Suisse et des modules au Canada qui peuvent fournir des pistes de travail intéressantes pour l'enseignant. Pour favoriser le travail de l’oral dans toutes les disciplines, l’enseignant amène progressivement ses élèves à passer du registre quotidien au registre scolaire. Par un processus d'étage, il fournit le lexique et les connaissances de l’écrit et de l’oral. Il peut aussi rendre visibles les compétences langagières par divers exercices et projets. La progressivité est un élément essentiel de son travail didactique.

 

 
    

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
23/01/2020 Le collège Gambetta en REP à Saint-Etienne dans l'académie de Lyon, accompagné par le centre Alain Savary, a mis en place un observatoire du dispositif Devoirs faits, à l'issue de la première année de mise en oeuvre. Cet observatoire a permis d'analyser le pilotage et l'organisation du dispositif. Cet article rend compte des discussions inter-métier sur les enjeux du travail personnel de l'élève. Il présente les outils utilisés pour observer différentes dimensions du dispositif
14/01/2020 Vous êtes toujours plus nombreux à visiter le site du centre Alain-Savary, et à venir aux formations organisées à l'Ifé. Nous vous remercions pour votre confiance. L’équipe du centre Alain-Savary vous souhaite une excellente année riche en découvertes, partages et échanges professionnels.
06/01/2020 Sylvie Guffond est CPD en Haute-Savoie, chargée de mission pour accompagner les formateurs RMC du plan Villani-Torossian, pour l'Académie de Grenoble, depuis la rentrée de septembre 2018. En mars 2019, à l'IFÉ, elle explique comment s'organise l'accompagnement des formateurs RMC, comment ces derniers accompagnent les enseignants et les équipes dans les écoles, et les collaborations en circonscription.
16/12/2019 La boite à outils "compréhension" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de la compréhension au cycle 2. " Le cadre théorique" a une finalité de clarification des notions abordées. Les autres ressources constituent des supports de la formation : scénario de formation, canevas d'enseignement, banque de textes, etc...
16/12/2019 La boite à outils "Etude de la langue" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle issue du groupe "maitrise de la langue" de l'Essonne Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans la mise en place d’une démarche réflexive sur la langue soit en lien avec un travail de lecture et de compréhension, soit au sein d’une séance décrochée.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
18/06/2019 Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr