Aller au contenu. | Aller à la navigation

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Langages / L'oral à l'école maternelle : et les "petits parleurs" ? / NATHALIE BLANC ET VERONIQUE BOIRON : apprendre à parler, apprendre à penser

NATHALIE BLANC ET VERONIQUE BOIRON : apprendre à parler, apprendre à penser

Par Florent Lathuilière publié 24/09/2021 14:34, Dernière modification 24/09/2021 14:34
Nathalie Blanc et Véronique Boiron sont toutes les deux enseignantes-chercheuses et spécialistes du langage oral. L'une travaille en sciences de l'Education à l'INSPE de Lyon et au laboratoire ICAR, l'autre en sciences du langage et en didactique du français à l’INSPE d’Aquitaine et au laboratoire LACES. Leurs approches autour d"apprendre à parler pour apprendre à penser" apparaissent comme complémentaires. Nathalie Blanc insiste sur le rôle des interactions et la continuité nécessaire entre le monde linguistique familial et le monde de l'école, particulièrement en contexte plurilingue. Véronique Boiron développe la question de la spécificité du langage oral scolaire et des ruptures nécessaires pour que l'enfant-élève puisse se l'approprier.

NATHALIE BLANC : ROLE DES INTERACTIONS DANS LA CONSTRUCTION DU LANGAGE ORAL

Nathalie BlancMaîtresse de conférences en sciences de l'Education à l'INSPE de Lyon (Université Lyon 1) et au laboratoire ICAR, Nathalie Blanc explique comment on peut s'appuyer sur les apports théoriques  de L.Vigotsky et J.Bruner pour comprendre le rôle des interactions dans la construction du langage et du bilinguisme. La vidéo est extraite de la table ronde "les petits parleurs" (formation "l'oral en contextes, IFE, mars 2019).

 A partir d'extraits de leurs travaux, elle insiste sur les liens entre "apprendre à parler" et "apprendre à penser", en mettant les interactions au cœur de la construction du langage. Tout en précisant que ces deux psychologues n'ont pas travaillé spécifiquement sur l'école maternelle en contexte plurilingue, Nathalie Blanc s'appuie sur leur héritage. Elle montre comment les processus d'interaction,  de ritualisation et  d'étayage sont en oeuvre à l'école maternelle pour permettre à chaque enfant de constituer une "mini-culture" dans sa langue d'origine et dans la langue seconde / de scolarisation.

Pour approfondir :
Rivière V. Blanc N. Observer la multimodalité en situations éducatives : circulations entre recherche et formation. Lyon, ENS , 2019.
Charras E. et Blanc N. « Des situations interactionnelles pour un espace de parole mieux partagé en classe de CP », Revue Repères, 54 | 2016, P 61-78
Revue Diversité n°176"langues des élèves, langue de l'école" Canope 2014
Revue L'autre n°12 "l'enfant plurilingue à l'école" 2011

Player1

Player1
Les interactions dans le lien entre pensée et langage selon L.Vigotsky : exemple pour l'enfant allophone 00:00
L'apport de J.Bruner : notion de format d'interaction, rôle des  rituels, construction culturelle 01:09
Pour aller plus loin : présentation de deux revues concernant le plurilinguisme 02:31

 

VERONIQUE BOIRON : SPECIFICITE DU LANGAGE ORAL SCOLAIRE ET RUPTURES NECESSAIRES

Véronique BoironVéronique Boiron est enseignante chercheure en sciences du langage et en didactique du français et formatrice à l’INSPE d’Aquitaine depuis 2004 et au laboratoire LACES. Elle a collaboré à de nombreux travaux sur le langage oral en maternelle, mais aussi sur l’entrée dans l’écrit, la compréhension des albums et des récits de fiction notamment.

Cette conférence, bien qu'antérieure aux programmes de 2015/2021 (références aux BO de 2008) aborde plusieurs sujets toujours d'actualité  :

  • Les enjeux de l'apprentissage de l'oral à l'école maternelle
  • Les ruptures à haut risque mais nécessaires entre univers familier et univers scolaire
  • Les liens entre apprendre à parler et apprendre à penser
  • En outre elle propose un corpus de verbatim d'élèves de PS et MS, utilisables en formation

 Pour approfondir :

Sommaire-petits parleurs