Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

L'étude de la langue au service du lire-écrire au CP

Par Frédérique Mauguen publié 12/02/2019 17:30, Dernière modification 12/02/2019 19:24
La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.

Les résultats de la recherche lire-Écrire dans le domaine de l'étude de la langue

 

videopgourdet

videopgourdet
Plan de la conférence 0:00
Le cadre général de la recherche Lire-Écrire 1:33
L'étude de la langue dans la recherche 4:02
Les résultats 7:14
Une exploration de la recherche: la morphologie au CP et CE1 10:57
Étude de la langue et performances en lecture et écriture 19:50
Une ressource pour aller plus loin 24:47
Perspective pour la formation des enseignants 25:11

Le cadre général de la recherche Lire-Écrire

La recherche Lire-Écrire est d'abord d'une étude quantitative: 131 classes de CP ont été observées, soit 2507 élèves dans 28 départements et 13 académies, dans une démarche de va-et-vient permanent entre le réel des classes et les questions didactiques dans le domaine du lire-écrire. Les liens entre les performances initiales et les performances finales des élèves ont été étudiés.

L'étude de la langue dans la recherche

Lors de la mise en place de la recherche Lire-Écrire, un groupe de travail s’est formé autour de l’étude de la langue au CP, avec l'idée de poursuivre cette observation au CE1. Les questions de fond ont porté sur les pratiques d'enseignement de la grammaire, les liens tissés entre l’étude du fonctionnement de la langue et l’enseignement de la lecture-écriture, ainsi que sur les effets de l’introduction des premières notions grammaticales. Trois tâches ont été définies, proposées aux élèves et observées par les enquêteurs : des tâches portant sur le lexique décontextualisé , des tâches portant sur la syntaxe, des tâches d’organisation de la phrase  et des tâches de morphologie, d’orthographe des mots.

Les résultats

À l’issue des trois semaines d’observation, on constate que sept heures et vingt-deux minutes en moyenne par semaine sont consacrées à l’enseignement du français. Sur les 131 classes le temps cumulé à faire de l’étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique) augmente entre février et mai avec des disparités selon les tâches :

  • Le temps consacré au lexique augmente.
  • Celui consacré à la syntaxe diminue très légèrement.
  • Le temps consacré à la morphologie grammaticale augmente avec un saut quantitatif entre novembre et les deux autres semaines d'observation en février et mai.

Au-delà de cette tendance générale, si on analyse de manière plus fine les résultats, classe par classe, on constate une très grande hétérogénéité des pratiques par rapport à l’ensemble des taches en étude de la langue: le temps consacré à l'enseignement du lexique dans une classe peut être faible alors même que  le temps consacré à la morphologie est important.

Une exploration de la recherche: la morphologie au CP et CE1

Le groupe de travail « étude de la langue » s'est intéressé plus particulièrement à la morphologie grammaticale (EL3). Dans ce domaine, on retrouve une hétérogénéité de pratiques très forte : 60% des classes consacrent moins de dix minutes par semaine à la morphologie  tandis que 5% des classes y consacrent plus de trente minutes par semaine.

Dans la recherche Lire-Écrire, les compétences morphologiques n'ont pas été évaluées en début d’année. En revanche, en fin de CP, la dictée suivante a été proposée aux élèves: « Les lapins courent vite. ».

Environ 80% des élèves à la fin du CP ne gèrent pas la question des accords du pluriel, que ce soit au niveau du nom ou au niveau du verbe. Pour Patrice Gourdet, ce résultat signifie qu’on ne peut pas attendre de "rendement morphologique" à court terme.

En fin de CE1, cette autre dictée a été proposée : « En été, les salades vertes poussent dans les jardins. Les jeunes canetons picorent le blé avec la poule noire.». Les marques du pluriel des noms, des adjectifs et des verbes ont été évaluées.  21% des élèves marquent les pluriels des noms sans erreur, 8% accordent les adjectifs sans erreur, 6% marquent les pluriels des verbes sans erreur. Ces chiffres indiquent qu'il faut du temps à un élève pour gérer le pluriel. 

Étude de la langue et performances en lecture et écriture

La recherche Lire-Écrire a également montré que l'enseignement de l'étude de la langue a un impact positif sur le lire-écrire :

  • Le lexique a un impact positif sur le code, la compréhension et l’écriture.
  • La syntaxe a un impact positif sur l’écriture.
  • La morphologie a un impact positif sur la compréhension et l’écriture.  

L'impact positif du temps consacré à l’étude de la langue sur les performance en lecture-écriture est d’autant plus fort que les élèves sont faibles.

Au-delà de cet effet temps, deux autres éléments ont été observées dans les pratiques enseignantes: la façon dont l'enseignant construit le savoir sur la langue (comme par exemple la marque du pluriel dans le groupe nominal)  et la circulation de la parole. 

Patrice Gourdet distingue deux types de transmission du savoir sur la langue:

- une transmission réflexive, qui s'appuie sur une vigilance métalinguistique de l'enseignant qui, par son questionnement , fait réfléchir les élèves sur la langue (Pourquoi y-a-t-il un "s"?);

- une transmission non réflexive, avec peu de tissage de la part de l'enseignant qui valide ou invalide les réponses des élèves.

Concernant la circulation de la parole, il différencie : circulation transitive (circulation de la parole entre élèves) et circulation intransitive (majorité d'échanges directs entre le maitre et chaque élève).

Si on croise ces deux focales, on observe les tendances suivantes : les classes où la transmission est réflexive et transitive sont des classes plus efficaces dans l'apprentissage du lire-écrire alors que les classes où la transmission est non réflexive et intransitive obtiennent les moins bons résultats.

Perspective pour la formation des enseignants

En conclusion, le temps consacré à l’étude de la langue a un effet significatif et positif sur les résultats des élèves en lecture et écriture. Le temps consacré à la morphologie grammaticale a un effet significatif et positif en compréhension et en écriture (avec un palier de 90 minutes par semaine environ) et le temps consacré à la syntaxe a un effet significatif et positif en écriture.

Parallèlement, les enseignants de CP au sein des classes les plus performantes proposent avant tout un rapport à la langue plus réflexif. Pour Patrice Gourdet, faire réfléchir les élèves sur la langue demande à l’enseignant d'être lui-même dans une posture réflexive vis à vis de la langue. Telle est la piste suivie par ce groupe pluri-catégoriel pour construire des scénarios de formation.

Mots-clés associés : , ,
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
17/07/2018 Responsable du service "Veille & Analyses" de l'IFÉ, Olivier Rey précise à quelles conditions il lui semble possible de réformer le système éducatif. Il s'appuie sur le dossier qu'il a réalisé, pour rendre accessibles les résultats des recherches internationales sur la question.
02/07/2018 Faut-il travailler des catégorisations de problèmes en formation et/ou dans la classe avec les élèves ? Si oui, lesquelles ? Intérêts/limites de ce travail ? Et la schématisation, quel rôle joue-t-elle dans l'enseignement de la résolution de problèmes en mathématiques ? Ces questions préoccupent les formateurs et les enseignants. Le Centre Alain Savary a sollicité les points de vue de chercheurs en didactique des mathématiques et en psychologie cognitive pour tenter de comprendre où sont les controverses.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr