Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Narramus : un outil pour apprendre à comprendre et à raconter

Par Stéphane Kus publié 23/12/2017 15:55, Dernière modification 29/01/2018 18:38
Au cours d'une journée de formation de formateurs à l'IFE, Sylvie Cèbe et Isabelle Roux-Baron ont présenté les fondements théoriques et les utilisations de leur outil Narramus.

Nouveau : vous pouvez aussi consulter :

ce témoignage de plusieurs formateurs/coordonnateur qui racontent leur expérience dans l'accompagnement de l'outil Narramus

- l'expérience d'une enseignante, Christine, avec Narramus racontée dans le détail sur son site "Objectif Maternelle" (nombreuses vidéos et exemples  sur son blog

 

Conférence donnée à l'IFE lors d'une formation de formateurs, le 1er décembre 2017

Pour Sylvie Cèbe, Isabelle Roux-Baron et Roland Goigoux, proposer aux enseignants des outils conçus avec des pairs peut être une manière efficace de les former, sans attendre d'eux qu'ils aient le temps de concevoir eux-mêmes des outils.

Enseigner la compréhension doit être une priorité dès le cycle 1, parce que les compétences précoces en compréhension d'implicite sont d'excellents prédicteurs de la réussite scolaire. Les recherches sur ce sujet sont récentes (années 80) et unanimes : 20% d'élèves ont une difficulté à entrer dans la compréhension à la fin du cycle 2, contre seulement 4% en décodage. Ils sont souvent issus de milieux défavorisés, du fait de pratiques langagières différenciatrices, même s'il ne faut pas caricaturer les pratiques dans les milieux populaires, qui peuvent être très variées (tous les enfants entendent raconter des histoires...). Ces difficultés sont souvent peu visibles dans les évaluations.

video1

video1
Proposer des outils aux enseignants : une certaine conception de la formation 0:00
L'enseignement de la compréhension, une nécessité 7:23
Tous les enfants naissent cablés pour parler et comprendre : les résultats de la recherche, les programmes 30:38
Les cibles d'enseignement visées par les séances d'enseignement avec  Narramus : le choix d'une approche intégrative 56:30
Quatre objectifs pédagogiques poursuivis par Narramus (dont compétences narratives) 1:08:30
Ritualiser les consignes et les tâches pour nourrir les progrès et le sentiment de compétence 1:14:50


L'école maternelle accueille donc des élèves très différents, et il faut prendre au sérieux la difficulté pour les enseignants pour construire des compétences langagières qui vont permettre d'entrer dans l'écrit. "Parler autour d'albums" est fondamental pour construire la compréhension du monde. Mais acquérir et utiliser du vocabulaire n'est pas automatique : il faut apprendre à le mettre en mémoire, par une action pédagogique volontariste, systématique et incluse dans la pratique de classe. On pourrait faire la même chose à partir du lexique scientifique.

La littérature de jeunesse a cette spécificité de nourrir beaucoup d'implicite, contrairement aux dessins animés. Mais tous les enfants naissent cablés pour parler et comprendre le monde, quel que soit leur bagage. Ils ont donc les moyens d'une entrée pour tous dans la culture, pour peu qu'on ait avec eux les mêmes exigences que les familles les plus cultivées ont pour leurs enfants.

Narramus propose ce que demandent les programmes, en identifiant précisément les cibles d'apprentissage : apprendre à traiter l'information du texte en focalisant son attention sans la disperser, en dissociant texte-images, fabriquer un film dans sa tête, faire les apports lexicaux et grammaticaux nécessaires, mais aussi apprendre à sérier, à catégoriser, à inférer, à raconter, à relater une série d'événements. Le choix fait par Narramus est d'engager des "conversations scolaires" autour d'albums, dans une perspective intégrée, plutôt qu'en enseignant successivement les différentes compétences. 

A cette fin, huit types de tâches et de consignes structurent les séances afin de stabiliser les formats d'enseignement et d'aider élèves et enseignants à préciser ce que chacun a à faire durant les différentes phases du travail, en inscrivant le travail dans la durée, condition indispensables pour que les élèves apprennent à faire ce qu'ils ne savent pas encore faire, développent le plaisir des progrès et du sentiment de compétence...

 

video2

video2
Compétences lexicales et syntaxiques dans Narramus : synthèse des connaissances de la recherche 0:00
Transposition des connaissances de la recherche dans les activités pédagogiques proposées 7:04
Exemples de tâches lexicales et syntaxiques proposées dans Narramus 15:40
Enseigner aussi le sens des verbes, le vocabulaire des émotions... 22:43
Apprendre à mémoriser ce qui a été appris, grâce à l'explicitation et à la catégorisation 27:25
L'impact des activités de rappel et de la mise en scène 45:40

Pour que les élèves deviennent capables de réutiliser du vocabulaire, il est utile de le faire utiliser en contexte, mais aussi les intégrer dans un maximum d'activités, y compris gestuelles, multiplier les explications avant et après la lecture du texte, multiplier les illustrations et les associations d'idées. Si les enfants "apprennent" spontanément dix mots par jours, encore faut-il soigner la phase de compréhension en multipliant les liens entre le mot et les catégories sémantiques auxquelles il est relié.

Narramus propose de nombreuses tâches qui visent à ces apprentissages, sans oublier d'enseigner également le sens des verbes ou le vocabulaire qui permet de décrire les émotions. Du matériel spécifique peut être fabriqué à partir des ressources du DVD, qui peuvent nourrir des moments de jeux ou d'accueil auto-organisés.

D'autres tâches visent à favoriser la mise en mémoire des acquisitions, par l'explicitation de la mise en catégorie qui favorise l'encodage mémoriel. Les lectures, les racontages, les rappels de récit, les mises en scène favorisent également la réactivation des mots appris. Des extraits vidéos peuvent également être un moyen de vérifier la compréhension.

 

video3

video3
Les compétences inférentielles, pour déduire ce que le texte ne dit pas 0:00
Comprendre les bonnes raisons qu'ont les personnages de faire ce qu'ils font 3:35
Compétences narratives en production : six bonnes raisons de développer la narration 19:03
Exemples de tâches pour apprendre à raconter, dans Narramus 23:05
Un outil renforcé par l'inventivité des enseignant.e.s 30:20

Les compétences inférentielles peuvent être précoces si on les nourrit. Attribuer des "états mentaux" aux personnages de la littérature facilite la compréhension en permettant de "se mettre à la place" du personnage et comprendre les blancs du texte. Souvent les élèves qui comprennent mal ne comprennent pas les motivations des personnages, au-delà de ce qu'ils font, et ne comprennent pas l'écart entre ce que sait le lecteur et ce que savent les protagonistes du récit.

Concernant les compétences narratives en production, apprendre à raconter une histoire semble une compétence qui peut être considérablement développée. Elle finalise la tâche d'écoute, renforce l'intentionnalité de la mise en mémoire du lexique, facilité les apprentissages lexicaux, incite à expliciter les illustrations et prépare à un passage à l'écrit. 

Dans Narramus, ces compétences peuvent être travaillées quand l'enseignant raconte, avec ou sans accessoires, quand ils réécoutent le CD de l'histoire, quand ils racontent sous le contrôle progressif des illustrations, ou en petits groupes avec la maquette, ou quand chacun s'entraine à son tour. Les reformulations en cascadent favorisent la mise en structure de l'histoire.

Les deux premières années d'expérimentation et de diffusion de l'outil montrent l'importance de la manière dont les enseignant.e.s organisent l'espace scolaire au service de ces apprentissages et fabriquent de nombreux outils complémentaires, au-delà de ce qui peut apparaitre comme contraignant dans la méthode.

 

narramus

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
30/03/2018 Suite à la présentation du dispositif associatif "Faciliter le langage aux enfants", Cécile Goï, professeur d'université et didacticienne en FLS/FLE à l'université de Tours, analyse les enjeux des constructions de l'altérité dans les relations avec les familles en situation de migration récente.
28/03/2018 Sylvia est enseignante en CE1, elle conduit une séance de résolution de problèmes, en co-enseignement avec le Maître +.
26/03/2018 Pourquoi enquêter sur les religions, les discriminations et le racisme en milieu scolaire ?
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr