Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Quelques points-clés issus du rapport CEDRE en fin d'école 2014 pour la formation en mathématiques

Par Florent Lathuilière publié 02/02/2018 16:10, Dernière modification 02/02/2018 21:08
Le Cycle des Evaluations Disciplinaires Réalisées sur Echantillon (CEDRE) conduit par la DEPP est un outil d’observation des acquis des élèves pour le pilotage d’ensemble du système éducatif. Il couvre les compétences des élèves en référence aux programmes scolaires, il éclaire aussi sur l’attitude et la représentation des élèves à l’égard de la discipline et il interroge les pratiques d’enseignement.

evolution resultats CEDRE 2014Infographie: Répartition (en %) des élèves de CM2 par groupe de niveau en 2008 et en 2014 en mathématiques

 

Lecture: Les groupes les plus faibles (< 1, 1 et 2) ainsi que les groupes les plus performants (4 et 5) voient leurs effectifs augmenter tandis que celui du groupe intermédiaire (groupe 3) diminue. Ainsi, 28,6 % des élèves appartiennent au groupe de niveau 3 en 2014, contre 31,3 % en 2008. 

 

  

Extrait de l'échelle de performance en mathématiques 2014

 groupe niveau CEDRE

 

Lecture : Les élèves du groupe 1 représentent 12,6 % des élèves. Ils sont capables de réaliser les tâches des groupes <1 et 1 . L’élève le plus faible du groupe 1 a un score de 159, le score du plus fort est 198.

Le rapport CEDRE et sa synthèse Note d'information du rapport CEDRE en fin d'école primaire: L'essentiel (mai 2015) soulignent qu'en six ans (2008-2014), le score moyen en mathématiques des élèves de fin de CM2 reste stable. Toutefois, le pourcentage d’élèves en difficulté augmente sensiblement, passant de 15 % à 16,3 %. Le rapport donne quelques points-clés qui peuvent outiller les pilotes et les formateurs pour agir.

Des jalons pour identifier les connaissances et les compétences des élèves

Le rapport identifie six groupes de performance. leurs frontières ne sont pas totalement étanches : les élèves d’un groupe donné savent globalement faire les tâches des groupes inférieurs, mais ne réussissent en moyenne qu’une fois sur deux les tâches de leur groupe de référence.

Le rapport montre que le score des élèves est lié à des facteurs socio-démographiques autant que scolaires, et que les garçons réussissent globalement mieux que les filles.

Des notions et des comportements qui peuvent différer selon le support d'évaluation

Les auteurs précisent les écarts possibles de résultats selon que les tâches soient réalisées de type "crayon-papier" ou de type "numérique". Ainsi, tracer un cercle dans les deux environnements ne requiert pas les mêmes compétences. 

Nombres entiers, fractions et nombres décimaux, un apprentissage difficile 

Seuls les élèves du groupe 5 (environ 10% de l'échantilllon) semblent disposer d'une maitrise experte des principes mathématiques qui sous-tendent les écritures chiffrées. En s'appuyant sur les items communs école/collège, le rapport estime que la numération de position n’est pas complètement acquise, même en fin de troisième.

Le centre Alain Savary propose un parcours de formation sur les nombres décimaux.

Extrait de problème demandé aux élèves et deux extraits de traces d'activité des élèves

 

traces eleves CEDRE 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de l'analyse de l'item "la volière" p.55 du rapport: "L'analyse du problème montre les stratégies différentes employées par les élèves et révèle les erreurs significatives. Cet item met en jeu la notion de volume, les nombres décimaux et la mise en oeuvre en autonomie d’une tâche nécessitant plusieurs étapes et plusieurs calculs. L’item « La volière » faisait partie des items très difficiles proposés par les concepteurs de l’évaluation. Les élèves disposaient d’un cadre de recherche vierge pour leur brouillon et la réponse à la question."

La géométrie, difficile passage des aspects perceptifs à ceux intégrant les propriétés géométriques 

C’est à partir du groupe intermédiaire (groupe 3 estimé à 28,6% de l’échantillon et l'ensemble des groupes 3, 4 et 5 à 57,6 %) que des indices donnés par les élèves permettent d’inférer qu'ils opèrent un passage progressif des aspects perceptifs (reconnaître un rectangle, un segment,...) à ceux intégrant les propriétés géométriques (par exemple reconnaître et utiliser la perpendicularité, le parallélisme, l’alignement des points…). 

Grandeurs et mesures : la difficulté s’accroit fortement en contexte de  situation-problème et en présence de nombres décimaux

Les performances des élèves de bas niveau se situent presque exclusivement dans la compétence « identifier » (c'est à dire reconnaître la dimension mathématique d’un énoncé, l’élève choisissant un résultat parmi les propositions d’un questionnaire à choix multiple), mais aussi dans les relations entre grandeurs lorsque celles-ci sont fortement liées au « vécu » des élèves.

Organisation et gestion de données : champ le moins bien réussi, quel que soit le groupe de performance. 

Le champ OGD (Organisation et gestion de données) est celui qui est le moins bien réussi, il est fortement dépendant du support proposé. En ce qui concerne la proportionnalité, les compétences sont en places à partir du groupe intermédiaire, néanmoins les élèves de ce groupe ont du mal à cumuler plusieurs critères ou plusieurs tâches. 

Champs d'enseignement mathématiques jugés "faciles" ou "difficiles" par les enseignants

 champs jugés faciles-difficile CEDRE

Quelques éléments à propos du questionnaire des élèves

Près de huit élèves sur dix portent de l’intérêt et éprouvent du plaisir en mathématiques. Sans surprise, les élèves de bas niveaux ont une perception d'eux-même très basse par rapport aux élèves de plus haut niveau de performance.

Quelques éléments à propos du questionnaire rempli par les enseignants

Le rapport, qui ne prétend pas étudier un échantillon représentatif de la population enseignante, souligne néanmoins que sur l'échantillon étudié, près de huit enseignants sur dix n’ont pas suivi de formation continue dans le domaine des mathématiques, et que la même proportion prépare des séquences de mathématiques avec le manuel de l’élève. Les enseignants trouvent que le plus difficile à enseigner est  la résolution de problèmes et l’organisation et la gestion de données (voir infographie ci-contre).

Le centre Alain Savary propose notamment un parcours de formation sur la résolution de problème au cycle 2 et 3 et les rituels au cycle 2 et 3.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/02/2018 Ce scénario de formation propose des éléments pour une formation d'enseignants sur la manipulation en mathématiques, en utilisant notamment des vidéos de l'école élémentaire JJ Rousseau d'Argenteuil.
17/01/2018
17/01/2018
16/01/2018 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
16/01/2018 Au cours de l'année 2016-2017, plusieurs dizaines de circonscriptions ont testé des modalités d'accompagnement d'écoles à partir de Narramus. A Lyon, deux circonscriptions ont travaillé ensemble, et sont venues à l'IFÉ témoigner de leurs réussites et de leurs discussions...
16/01/2018 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 6 - Novembre 2017, avec un nouveau chapitre sur l'usage de la photo.
16/01/2018 Ingrid enseigne dans une classe double niveau CP-CE1. Elle organise des ateliers de mathématiques lors de l'accueil du matin. Un peu plus tard dans la matinée, elle travaille les tables de multiplication en classe entière.
16/01/2018 Marie enseigne en CM1 - Séance de mathématiques autour de la construction des nombres décimaux
16/01/2018 Depuis six ans, l’école JJ Rousseau d’Argenteuil, située en REP, a engagé une réflexion collective pour faire réussir ses élèves en mathématiques, et mis en œuvre un travail spécifique autour de la résolution de problèmes. Partant du constat que les élèves peuvent réussir les tâches sans comprendre les enjeux d’apprentissage, ils ont fait le choix de la complexité initiale. Dès le CP, ils travaillent progressivement et simultanément la construction du nombre, les concepts opératoires, les algorithmes de calcul et la catégorisation des problèmes additifs et multiplicatifs. C’est à dire que sans jamais renoncer au sens, ils pratiquent un entrainement intensif des différents types de tâches pour structurer puis automatiser les procédures.
16/01/2018 Depuis six ans que les enseignants de l'école élémentaire JJ Rousseau sont engagés dans une démarche collective autour de la résolution de problèmes mathématiques, Kevin, M+, a créé des fichiers d'exercices adaptés à leurs besoins. Au fur et à mesure qu'ils avançaient et amélioraient leur projet, il a consigné leurs intentions, leurs démarches, les recherches utiles, les connaissances acquises, la classification des problèmes, la grammaire de la résolution, les analyses des effets de leurs pratiques, etc.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr