Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 4 : Favoriser le travail collectif / Françoise Lantheaume : Coordination, régulation, coopération : quels défis pour les métiers en Éducation Prioritaire ?

Françoise Lantheaume : Coordination, régulation, coopération : quels défis pour les métiers en Éducation Prioritaire ?

Par Stéphane Kus publié 20/09/2015 15:55, Dernière modification 15/04/2016 10:11
"Il vaut mieux soutenir l'existant que de prescrire l'idéal". Au-delà de la prescription du "travail collectif", comment soutenir et aménager les conditions de celui-ci ? Intervention à la formation "Le travail collectif en REP+" en octobre 2014.

player1

player1  
Tout travail est collectif 0:00:00
Les différentes formes de travail collectif 0:07:08
La question spécifique de la coordination 0:14:17
 Le travail collectif, une ressource VS une contrainte 0:25:00
Le choc des groupes professionnels 0:32:05
Une spécificité du travail collectif en Education prioritaire ? 0:36:28

Tout travail est collectif

Françoise Lantheaume indique en introduction que l’enseignant travaille en collectif, même dans sa classe, car tout travail est social. Par ailleurs, les organisations contemporaines réclament de plus en plus de travail collectif. Mais il existe différentes formes de travail collectif.

 

Les différentes formes de travail collectif (7’ )

  • La coopération qui nécessite trois conditions : la volonté de coopérer, des moyens pour communiquer, le partage d'un objectif commun qui n'est pas toujours préalable à la coopération. Sur cette base peut se définir un référentiel opératif commun.
  • La régulation qui permet la création d’un langage opératif.
  • La coordination qui est le niveau le plus explicite permet la planification, l’agencement des actions de façon cohérente et efficace. Toutefois, plus il y a de coopération, plus il faut de coordination.
  • La concertation qui est l’instrument de la coopération et de la collaboration.

Tout ceci nécessite des compétences de communication (savoir débattre), de formalisation (car il y a souvent perte de la mémoire de ce travail collectif), ainsi qu'une prudence proche de la sagesse car travailler à plusieurs nécessite également de la modestie.

Il faut réfléchir aux conséquences du travail collectif, à cause de la porosité accrue entre temps et lieux professionnels et temps et lieux personnels.

Le travail collectif : une ressource VS une contrainte ? (24’’55’)

Les attentes de tout travailleur sont dans l’ordre : l’autonomie, l'utilité, la reconnaissance, le salaire. Pour beaucoup d'enseignants, le travail collectif ne répond pas à ces critères et constitue davantage une contrainte qu’une ressource. Pourtant, c’est une occasion de solidarité, une occasion de confronter des manières de faire ajustées au contexte. Il est vrai que le travail collectif peut aussi être dangereux en raison des relations  de pouvoir qui peuvent s'y développer, notamment dans le cadre d'un fonctionnement avec des professionnels différents.

Le choc des groupes professionnels (33’)

Il y a de plus en plus de non enseignants dans l’Ecole (AVS….). Chaque groupe professionnel a son histoire, certains sont en voie de constitution. Les conceptions de l’éducation et de l’autonomie du sujet ne sont pas les mêmes selon les groupes. Le réel est multiple et congruent, ce qui explique les divergences dans le travail collectif des groupes professionnels.

Existe-il une spécificité du travail collectif en Education Prioritaire ? (36’34)

Il y a une exigence plus forte de travail collectif en Education Prioritaire car il y a nécessité de construire des équivalences entre professionnels (voir par exemple, sur ce thème, le parcours de formation sur le travail commun des enseignants et des animateurs). L’Education Prioritaire accueille souvent des jeunes enseignants qui recherchent du collectif. Dans ces établissements les liens avec les familles peuvent être difficiles ce qui nécessite un travail collectif. Cependant le travail collectif prescrit à tendance à donner lieu à multiplication des contrôles. Le travail invisible prend une part de plus en plus importante en Education Prioritaire, il est invisible notamment à la hiérarchie. Des fois le travail collectif nécessite d’être caché avec le risque de mettre en danger l’individu.

En définitive, pour Françoise Lantheaume,  il vaut mieux soutenir l’existant plutôt que de prescrire l’idéal.

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
13/11/2019 Cette boite à outils propose aux formateurs des ressources et des scénarios de formation à partir des apports de la recherche Lire-Ecrire.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
16/09/2019 Marie-Odile Maire-Sandoz, membre de l’équipe du centre Alain Savary, a partagé avec ses collègues de l’INRP puis de l’IFE, de 2004 à 2019, sa force de travail et ses convictions.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
18/06/2019 Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.
28/05/2019 Dans la filiation d'Henri Wallon et de Lev Vygotski, Jean-Yves Rochex, professeur en Sciences de l'éducation à l'Université Paris 8 Saint-Denis, définit le rôle de l'école dans le développement de l'enfant, ainsi que des concepts utiles à l'enseignement et à la formation des enseignants : expliciter, triple autorisation, norme et normativité, zone proximale de développement (ZPD), etc.
12/04/2019 Ce module de formation propose d'analyser avec un groupe d'enseignants une pratique de résolution de problème en Moyenne Section. À partir d'une photo et d'un extrait vidéo, le collectif est amené à repérer dans ce que fait la maitresse, ce qui peut outiller les élèves pour construire du langage mathématique et structurer la pensée. Comment distinguer les buts de la tâche, des objectifs d'apprentissage ? Quels sont les "savoirs invisibles" qui sont nécessaires pour réussir la tâche ?
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr