Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 6 : Renforcer le pilotage et l'animation des réseaux / Construire et évaluer le projet du Réseau d’Education Prioritaire : une affaire de conception ?

Construire et évaluer le projet du Réseau d’Education Prioritaire : une affaire de conception ?

Par Patrick Picard publié 13/04/2015 11:00, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Depuis plusieurs années, la demande « d’évaluation » des dispositifs et projets mis en œuvre notamment sur les territoires de l’éducation prioritaire monte fortement. Mais le pilotage par indicateurs montre ses limites. Quelques propositions pour concevoir un projet ancré sur les pratiques réelles...

Depuis plusieurs années, la demande « d’évaluation » des dispositifs et projets mis en œuvre notamment sur les territoires de l’éducation prioritaire monte fortement. Le « pilotage par les indicateurs » entend construire des indices mesurables permettant de vérifier le bon usage des moyens publics dans les « projets » locaux mis en oeuvre, dans un contexte où la dépense doit être « rationnalisée » et l’action « efficace ».
Stage CASOr, cette « légitime » demande se heurte dans le réel à un vécu souvent négatif des équipes : la compilation des « indicateurs » est souvent vécue comme peu utile, fortement incertaine, voire masquant les réalités qui ne peuvent donner lieu à « chiffrage ».
La démarche présentée ici tente donc de concilier l’inconciliable :
-    proposer une démarche « faisable » aux acteurs des réseaux d’éducation prioritaire, à partir du référentiel de l’Education prioritaire, mais cohérente avec les contextes locaux
-    outiller les choix et les priorités, pour articuler construction du projet et perspectives de son évaluation.

Des principes pour une évaluation « faisable » ?

Décrire et analyser ce qui se passe dans un projet, une situation, un dispositif, une organisation, ne va pas de soi. Cela demande même souvent des ressources « externes » qui ne sont que trop rarement mobilisables. Mais ce qui peut paraître complexe peut paradoxalement se résumer à une proposition simple : pouvons-nous comprendre mieux, dans ce qu’on fait, ce qui a des effets sur l’engagement et la mobilisation dans les apprentissages, du point de vue des élèves comme celui des maitres ? Que gagne-t-on, et que perd-on, quand on fait telle action ? Quelles sont les actions, les projets, les dispositifs qui sont finalement « utiles » (qui ont des résultats) et « faisables » (qui ne demandent pas un investissement démesuré pour arriver à un résultat, compte-tenu de tout ce que nous avons à faire qui prend du temps et de l’énergie…) ?
Notre proposition est donc de chercher à identifier les choix « efficients » (ceux qui sont d’un bon rapport efficacité/coût).

Des axes de travail possible : observer quoi ?

Avec le recul de quelques décennies de fonctionnement de l’Education Prioritaire, on peut schématiquement proposer plusieurs axes qui permettent de dégager des « observables » plus ou moins factuels :
-    évolution des connaissances des élèves en fonction des axes de travail prioritairement engagés dans les différents cycles du réseau (à partir d’outils d’évaluations communs ou du vécu ordinaire des enseignants dans leur classe)
-    évolution et suivi de la mise en œuvre des « projets » collectifs (a-t-on fait ce qu’on avait dit qu’on ferait ? ce qu’on a fait a-t-il eu l’effet qu’on espérait ?)
-    évolution du travail collectif dans le réseau (liaisons interdegrés, échanges de pratiques et ouverture mutuelle des classes, préparations communes, co-construction des formations, accompagnement, collaborations intermétiers…)
-    évolutions des indicateurs sociaux (population, CSP, niveau de qualification des familles…) et scolaires (incidents, turn-over des enseignants, redoublements, sortie sans diplôme, orientation…)
Evidemment ces cinq axes ne sont que des pistes, plus ou moins faciles à suivre en fonction de l’état de l’expérience du réseau. Si leur caractère systémique est indéniable, il serait contreproductif d’imposer aux équipes qui réaliseront l’évaluation de leur projet de réseau l’utilisation de tous les indicateurs.

Des outils synthétiques pour l'action ?

Ainsi, on pourrait imaginer, dans la construction du projet de réseau comme dans l'évaluation, proposer ce type d'outils que nous avons déjà testés. Evidemment, ils ne valent qu'accompagnés et co-construits avec les acteurs, faute de quoi ils peuvent devenir eux aussi de redoutables outils bureaucratiques vécus par les équipes comme un "document de plus à remplir"...

à partir du référentiel
(priorités choisies)

"c'est quoi le problème"

ce qu'on va faire/a fait Utilité 
faisabilite

pour les élèves pour les enseignants pour les pilotes
(les actions)
de 1 peu utile à 4 très utile
de 1 très difficile à 4 très facile
Axe 1 - oral maternelle            
Axe 1 - production écrite au CP            
Axe 2 - évaluation mesurer les progrès
           
Axe 3 - PRE
           
Axe 4 - continuité cycle 3
           
Axe 5 - centre ressource CAREP
           
Axe 6 - rencontres pilotes
         


 

 

Evidemment, ce type de tableau n'a pas de valeur "en soi". Il ne vaut que par ce qu'il permet de synthétiser le travail collectif et d'être utile pour la réflexion. Ci-dessous une modification réalisée dans un comité de pilotage de réseau :

à partir du référentiel
(priorités choisies)

Ce qu'on a travaillé

Ce que ça nous a demandé/ Ce qui nous a manqué

Efficacité (impact sur les élèves...)

 

Perspectives pour l'année prochaine

Axe 1 - oral maternelle        
Axe 1 - production écrite au CP        
Axe 2 - évaluation mesurer les progrès
       
Axe 3 - PRE
       
Axe 4 - continuité cycle 3
       
Axe 5 - centre ressource CAREP
       
Axe 6 - rencontres pilotes
     


 

 

 

 

Contenus corrélés
StageCAS Detail
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/03/2019 Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.
12/02/2019 La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr