Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Maternelle / Actualités maternelle et petite enfance / 6èmes rencontres nationales du GFEN

6èmes rencontres nationales du GFEN

Par cfrenet — publié 17/02/2014 16:20, Dernière modification 20/03/2017 11:37
Les 6èmes rencontres nationales du GFEN « Pour que la maternelle fasse école : du faire au comprendre, l’activité tremplin du développement » se sont déroulées le samedi 1er février 2014 à Paris.

En ouverture, le président Jacques Bernardin revient sur les points forts du rapport des IGEN sur l’école maternelle  qui  seront interrogés lors des travaux d’atelier.

Il insiste sur le devenir « élève» qui aurait initié à l’école maternelle une forme scolaire accentuée.

Devenir élève, Olivier Burger

La préparation des élèves à l’école n’est pas un problème en soi, cependant, c’est dès la maternelle que certains élèves se fourvoient quant à l’objet de travail leur permettant de construire leur rapport au monde et à l’école. Il ne s’agit pas seulement de la question de mise en conformité mais plus largement de l’épanouissement des enfants et du bénéfice réel pour chacun.

Il s’agit d’éviter que des élèves passent à côté des apprentissages et que  certains même, aient réalisé un parcours scolaire de la maternelle à l’université sans avoir éprouvé le rôle transformateur de l’école.

En effet, sans  cette transformation,  sans ce changement de regard sur le monde, en l’absence de l’apprentissage ensemble de ce qui n’est présent qu’à l’école, les élèves tirent peu de profit de ce qui s’y passe.

Devenir élève devrait être  vécu comme un changement de rapport au monde qui n’est plus uniquement objet ou occasion de sentir et d’agir mais également objet de savoir et de connaissance.

Cette expérience est nouvelle pour de nombreux enfants notamment ceux issus de milieux modestes. Elle se vit et s’enseigne.

Devenir élève c’est plus que vivre ensemble c’est aussi apprendre ensemble. Pourtant, le mode d’inscription dans la tâche est différencié  entre ceux qui sont à côté de l’activité, ceux qui réalisent la tâche, investiguent des sensations et enfin ceux qui organisent, rangent pour agir.

Cette évolution nécessite du temps et la capacité à ressaisir, c’est-à-dire passer du mobilisable aux mobilisés. C’est une autre procédure que le réinvestissement. C’est la possibilité d’utiliser ce que l’élève sait déjà  de la situation qu’il est en mesure de repérer :

  • Faire un choix,  repérer que ce qui est utile, ce qui va servir la situation d’apprentissage
  • Repérer ce qu’il y a à apprendre

C’est  par le  langage que cela se construit.

L’importance du langage, Elisabeth Bautier

Lorsque l’on interroge les enseignants de la maternelle sur les situations  d’apprentissage du langage, ils soulignent en général « qu’ils en font tout le temps ». Pourtant, la réalité des effets de cet enseignement  et les actions visant à améliorer les résultats des élèves sont très rarement repérés.

En effet,  il y a plus d’enfants scolarisés, dans une école « expressive » qui laisse une bonne place aux  valeurs d’autonomie et d’épanouissement et très investie pour  faire apprendre  notamment le langage. Pourtant, la dimension de construction de la pensée et de sa personne est peu présente dans ce qui est proposé.  Les enseignants sont rarement formés à analyser précisément ce qui est en jeu dans la question du langage.

Toutes les verbalisations ne se valent pas notamment entre ceux qui parlent de leur vécu et ceux qui l’interrogent : le langage construit la pensée plus qu’elle l’exprime.
L’élève doit également modifier son rapport au langage et percevoir les spécificités en milieu scolaire. Ce déplacement devrait être accompagné par les enseignants.

C’est bien différent de parler du poisson que de parler sur le poisson. « Aurait-on intérêt à parler de ce qui n’est pas proche du vécu ?  A quelles conditions, quels usages du langage permettent des acquis ? Par exemple, parler de Célestine, d’une souris, d’un rongeur ce n’est pas le même travail. C’est parler et penser au-delà de l’univers affectif. On a des émotions avec Célestine mais on n’apprend pas.»

Les apprentissages fondamentaux se font à l’école maternelle. Or, certains éléments du vocabulaire pour apprendre demeurent flous non explicites pour l’élève. Les mots justes comme classer, comparer, trier, sérier...sont rarement utilisés dans des situations renouvelées, récurrentes et systématisées. Le terme « Faire » par exemple, est  redondant dans nos échanges et  ne nous aide pas à construire des ressources langagières pour construire le sens scolaire.
Rien  n’est acquis, rien n’est évident.

Il s’agit de décontextualiser  pour éviter de  faire ici et maintenant.
C’est attirer l’attention des élèves sur ce qu’il y a à apprendre grâce à la langue.

En ce sens, l’écrit permet de se familiariser à ces termes, de mettre des mots sur ce qui est rarement présent ou implicite. Cependant, aujourd’hui,  les albums  de jeunesse sont  plutôt orientés vers les familles favorisées et sont souvent incompris par les enfants des milieux défavorisés car ils contiennent de nombreux implicites (sur ce sujet on peut voir également : vidéo de Véronique BOIRON sur le site du SNUIPP, Apprendre à comprendre la littérature de jeunesse à l’école maternelle : une question de développement et d’enseignement. Il faut être en mesure de déduire ce qui est transmis par la langue en termes  d’intentionnalité et d’états mentaux compris dans le discours… Le rapport au texte mérite lui aussi une transformation.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/02/2018 Ce scénario de formation propose des éléments pour une formation d'enseignants sur la manipulation en mathématiques, en utilisant notamment des vidéos de l'école élémentaire JJ Rousseau d'Argenteuil.
02/02/2018 Le Cycle des Evaluations Disciplinaires Réalisées sur Echantillon (CEDRE) conduit par la DEPP est un outil d’observation des acquis des élèves pour le pilotage d’ensemble du système éducatif. Il couvre les compétences des élèves en référence aux programmes scolaires, il éclaire aussi sur l’attitude et la représentation des élèves à l’égard de la discipline et il interroge les pratiques d’enseignement.
17/01/2018
17/01/2018
16/01/2018 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
16/01/2018 Au cours de l'année 2016-2017, plusieurs dizaines de circonscriptions ont testé des modalités d'accompagnement d'écoles à partir de Narramus. A Lyon, deux circonscriptions ont travaillé ensemble, et sont venues à l'IFÉ témoigner de leurs réussites et de leurs discussions...
16/01/2018 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 6 - Novembre 2017, avec un nouveau chapitre sur l'usage de la photo.
16/01/2018 Ingrid enseigne dans une classe double niveau CP-CE1. Elle organise des ateliers de mathématiques lors de l'accueil du matin. Un peu plus tard dans la matinée, elle travaille les tables de multiplication en classe entière.
16/01/2018 Marie enseigne en CM1 - Séance de mathématiques autour de la construction des nombres décimaux
16/01/2018 Depuis six ans, l’école JJ Rousseau d’Argenteuil, située en REP, a engagé une réflexion collective pour faire réussir ses élèves en mathématiques, et mis en œuvre un travail spécifique autour de la résolution de problèmes. Partant du constat que les élèves peuvent réussir les tâches sans comprendre les enjeux d’apprentissage, ils ont fait le choix de la complexité initiale. Dès le CP, ils travaillent progressivement et simultanément la construction du nombre, les concepts opératoires, les algorithmes de calcul et la catégorisation des problèmes additifs et multiplicatifs. C’est à dire que sans jamais renoncer au sens, ils pratiquent un entrainement intensif des différents types de tâches pour structurer puis automatiser les procédures.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr

Référentiel de l'EP

logoEP.gif A travers un tableau de ressources pour vos formations, l'équipe du centre Alain-Savary vous propose des pistes pour avancer sur la mise en oeuvre du référentiel de l'Education prioritaire.

Accéder au tableau...

Publications

Toutes nos publications

publications

Dernière publication :

Enquête sur le pilotage des réseaux d'Éducation Prioritaire

Analyses, ressources et outils

couv-dossier-piloter-EP 

(PDF - 7,6 Mo - 46 pages)

Vidéos : Les grands témoins du centre

grand-temoin-casUne collection de vidéos, qui va s'enrichir au fil du temps, de chercheurs et de praticiens dont les discours nous semblent pouvoir aider chacun à penser autour des difficultés des élèves, des enseignants et des pilotes dans l'Ecole.

Parcours de formation

parcours hybrides

A travers ces parcours, le centre Alain-Savary propose aux formateurs des ingénieries de formation "hybride" autour d'un sujet. Chacun d'eux comprend à la fois des ressources théoriques pour les formateurs, une proposition d'ingénierie, des supports de travail pour les stagiaires.

Voir les parcours...

Formations

Le calendrier des formations 2017-2018 prévues par le centre Alain-Savary est en ligne

Les formations du Centre Alain Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, (EN et hors EN), qui souhaitent y participer.

Le calendrier avec les dates et le sujet des formations 2017-2018 est en ligne, une description plus précise sera publiée

Voir le calendrier...

Derniers comptes rendus :