Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Mathématiques / Rapport Villani-Torossian. Où en est-on ? Quels conseils pour poursuivre ?

Rapport Villani-Torossian. Où en est-on ? Quels conseils pour poursuivre ?

Par Frédérique Jarre publié 18/06/2019 17:15, Dernière modification 19/06/2019 11:04
Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.

player1

player1
Qu'est-ce que le rapport Villani-Torossian ? 00:00
L'hypothèse de l'effet cumulatif au centre du rapport 06:31
Quatre principes pour construire une ingénierie de formation "intelligente" 20:37
Reconquérir l'entrée disciplinaire en formation 42:16
Questions du public 1:18:00

Qu’est-ce que lE rapport Villani-Torossian ?

Le rapport sur l'enseignement des mathématiques en France, co-rédigé par Cédric Villani, député de l'Essonne, et Charles Torossian, inspecteur général de l'éducation nationale a été remis au ministre de l'Éducation nationale le lundi 12 février 2018.

Charles Torossian explique que ce rapport aborde l’enseignement des mathématiques et son efficacité ainsi que la formation initiale et continue des enseignants. Il aborde également les questions de pilotage et pointe une difficulté de notre système éducatif concernant l’encadrement intermédiaire.

Il précise que dans le cadre de l’Ecole de la confiance, l’éducation nationale doit faire confiance aux professeurs, en les outillant pour qu’ils s’occupent des élèves, mais sans être trop prescriptive. Cet outillage doit permettre aux enseignants de se situer temporellement (entrevoir l’avenir) et spatialement (établissement, équipe pédagogique, formation, …) et concerne aussi les chefs d’établissement et les pilotes pédagogiques qui représentent les courroies de transmission du système.

L’hypothèse de l’effet cumulatif au centre du rapport

Pour Charles Torossian, ce qu'il est important de comprendre, c’est que le système éducatif est un système multiplicatif, c’est-à-dire cumulatif. De la petite section de maternelle à la licence, le système se découpe en 18 strates. Les contenus d’enseignement, et la manière dont l'enseignement des mathématiques est dispensé, ont un impact sur l’année suivante, et ainsi de suite tout au long de ces 18 années : " Si un peu plus de 2% d'efficacité sont perdus chaque année, on aboutit à une perte d'efficacité de près de 40% à la fin de la licence. En revanche si 2% sont gagnés par an, on arrive à un gain de 40% en fin de cycle. C’est ce phénomène, qu'on ne peut observer qu’au bout d’un temps long, qui explique la baisse spectaculaire des résultats en mathématiques ces trente dernières années. Ces phénomènes cumulatifs sont liés par exemple au rallongement des récréations, au temps de mise au travail des élèves, surtout en éducation prioritaire".

L’objectif du rapport est de reconquérir un peu d’efficacité de l’enseignement des mathématiques dans chacune de ces 18 strates, selon la théorie des « petits pas ». Il ne contient donc pas une mesure essentielle, mais plusieurs mesures importantes. Par exemple, pour le niveau licence, le rapport propose de « réconcilier » les étudiants avec les mathématiques avant qu’ils entrent en master MEEF en créant de nouvelles unités d’enseignement. Pour le niveau collège, une mesure concerne le moment de la séance où la trace écrite doit être mise en place, etc.

Quatre principes pour construire une ingénierie de formation « intelligente » en mathématiques

Charles Torossian défend quatre idées fortes pour renforcer la formation des enseignants en mathématiques :

  • Déterminer le seuil de temps à partir duquel la formation devient efficace. Les effets de la formation ne sont pas linéaires. Celle-ci devient efficace à partir d’un seuil qui est fonction du temps. En-dessous, elle n’est pas efficace. Par conséquent, il est important de trouver le point de seuil lorsqu’on construit une ingénierie de formation. Selon Charles Torossian, ce point de seuil est atteint à partir de 5 jours par an de formation en mathématiques (9 demi-journées recommandés dans le rapport Villani-Torossian). Les réseaux d’éducation prioritaire renforcés disposent du temps nécessaire pour atteindre ce seuil, à condition de ne pas se disperser dans le choix des thématiques.
  • Concevoir ces jours de formation sur un temps long. Par exemple, planifier 45 jours de formation sur 5 ans plutôt que 9 jours par an pendant 5 ans pour ne pas créer de tensions systémiques sur le terrain entre les disciplines.
  • Former une cohorte d’enseignants tous les ans. L’idée n’est pas d’avoir 5 jours de formation en mathématiques par an, mais de former 20% d’une cohorte tous les ans, pour « garder l’intelligence dans le système », stabiliser l’ingénierie de formation et absorber le turn-over des personnels.
  • Constituer un corps intermédiaire solide pour s’occuper de la formation continue décentralisée et permanente des enseignants en mathématiques. Pour que l’ingénierie de formation telle que définie ci-dessus fonctionne, la mesure 14 du rapport préconise aussi d’augmenter dans les mêmes proportions le taux de personnels intermédiaires. Ils constituent les forces pour construire et mettre en œuvre ces formations. Actuellement, le ratio est d’un formateur qualifié pour mille enseignants dans le premier degré. L’objectif, en recrutant des référents mathématiques de circonscription à hauteur d’un demi temps plein par circonscription, est d’augmenter ce rapport jusqu'à un formateur qualifié pour deux-cents enseignants.

Reconquérir l’entrée disciplinaire en formation

Concernant les enseignants du premier degré, le rapport préconise une formation qui ne soit pas de l’information, mais de l’accompagnement. Charles Torossian insiste sur le fait que l’entrée disciplinaire doit être privilégiée. "L’accompagnement disciplinaire a besoin d’experts, ce qui manque actuellement dans les circonscriptions". C’est pourquoi il est favorable, par exemple, à la création d’un Cafipemf mathématiques.

Il estime que l’ancienneté dans le métier doit être prise en compte également. En effet, les enseignants débutant dans le métier (les 5 premières années) n’ont pas les mêmes besoins en formation que les enseignants expérimentés. Leur besoin prioritaire est la gestion de classe. "L’accompagnement de l’entrée dans le métier doit être dissociée de l’accompagnement disciplinaire".

Le rapport préconise également un changement de point de vue en formation : que l’objet central ne soit plus l’élève, mais le professeur. Il est nécessaire d’amener les enseignants à faire un pas de côté par rapport aux élèves et à avoir un regard réflexif sur les mathématiques d’abord, puis sur l’enseignement des mathématiques ensuite. En effet, l’entrée disciplinaire en formation permet, selon Charles Torossian, une meilleure assise didactique et pédagogique.

Enfin, Charles Torossian conclut son exposé en expliquant que les formations devraient être envisagées hors temps scolaire et les objets de formation définis en fonction des demandes de terrain qui émergent lors des accompagnements d'équipes. Ces demandes peuvent être recensées en regroupant des enseignants de plusieurs écoles, afin qu'ils s’autorisent à parler de leurs difficultés.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
13/11/2019 Cette boite à outils propose aux formateurs des ressources et des scénarios de formation à partir des apports de la recherche Lire-Ecrire.
08/11/2019 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 7 - octobre 2019, enrichie notamment d'un chapitre consacré à l'usage de l'audio et d'un guide d'entretien d'autoconfrontation.
05/11/2019 À partir de situations réelles dans et hors la classe, cette ressource vise à outiller les formateurs sur la question du travail personnel de l'élève.
16/09/2019 Marie-Odile Maire-Sandoz, membre de l’équipe du centre Alain Savary, a partagé avec ses collègues de l’INRP puis de l’IFE, de 2004 à 2019, sa force de travail et ses convictions.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
28/05/2019 Dans la filiation d'Henri Wallon et de Lev Vygotski, Jean-Yves Rochex, professeur en Sciences de l'éducation à l'Université Paris 8 Saint-Denis, définit le rôle de l'école dans le développement de l'enfant, ainsi que des concepts utiles à l'enseignement et à la formation des enseignants : expliciter, triple autorisation, norme et normativité, zone proximale de développement (ZPD), etc.
12/04/2019 Ce module de formation propose d'analyser avec un groupe d'enseignants une pratique de résolution de problème en Moyenne Section. À partir d'une photo et d'un extrait vidéo, le collectif est amené à repérer dans ce que fait la maitresse, ce qui peut outiller les élèves pour construire du langage mathématique et structurer la pensée. Comment distinguer les buts de la tâche, des objectifs d'apprentissage ? Quels sont les "savoirs invisibles" qui sont nécessaires pour réussir la tâche ?
12/04/2019 Comment s'emparer des erreurs des élèves dans les situations d'apprentissages ? Pour en faire quoi ? Ce module de formation traite de la question des régulations didactiques au cœur des séances d'apprentissage au cycle 1.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr