Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Métiers / Enseignants / Anagraph : un nouvel outil pour les enseignants de CP

Anagraph : un nouvel outil pour les enseignants de CP

Suite aux résultats de l'enquête LireEcrireCP, réalisée dans 130 classes, Jérôme Riou et une équipe de l'IFE ont conçu un outil pour aider les enseignants à appréhender facilement la lisibilité d'un texte support d'apprentissage, en fonction des enseignements réalisés dans la classe.

1. Quelles sont les deux fonctions essentielles que les enseignants de CP peuvent attendre de l'outil que vous mettez à leur disposition ?

La plateforme Anagraph offre aux enseignants la possibilité de calculer la part directement déchiffrable par les élèves des textes qu’ils utilisent comme supports d’apprentissage de la lecture, elle leur donne ainsi accès à une variable didactique influente sur le plan de la réussite scolaire (Lire et Écrire, Goigoux (dir), 2016). Elle leur permet également de connaitre la liste, le nombre et la valeur des graphèmes contenus dans les textes et, par conséquent, d’adapter leur planification de l’étude du code.

2. Après les tests d'utilisation que vous avez menés, quelles fonctionnalités avez-vous améliorées à la demande des enseignants ?

Dans un premier temps, nous nous sommes concentré sur l’ergonomie de la plateforme. Nous avons par exemple regroupé l’ensemble des correspondances graphophonémiques et des graphèmes muets sur une seule page, les enseignants préférant utiliser la barre de défilement verticale plutôt que les boutons qui permettaient de naviguer d’une page à l’autre. Puis, ce sont les usages qui nous ont permis d’envisager d’autres fonctionnalités, par exemple celle qui consiste à faire apparaitre les graphèmes muets non enseignés en gris, comme c’est le cas dans certains manuels de lecture. Dans notre esprit, il ne s’agit pas de « souffler » la valeur des graphèmes aux élèves, même si nous comprenons que certains enseignants trouvent un intérêt à cet artifice pour conduire leur activité, mais plutôt d’identifier avec facilité et rapidité les marques morphosyntaxiques qui pourraient faire l’objet d’une étude spécifique.

3. Quel a été le cheminement qui vous a fait concevoir cet outil ?

Dans le cadre de nos travaux de thèse, nous avons fait de la part déchiffrable des textes une de nos questions de recherche. Afin d’évaluer son influence sur les apprentissages des élèves, nous devions identifier dans environ 130 textes de lecture les graphèmes que les enseignants avaient explicitement étudiés. Nous avons donc cherché à automatiser ce travail qui allait s’avérer extrêmement long et fastidieux. Mais nous n’avons eu ni le temps ni les moyens de concevoir un tel outil dans un délai compatible avec l’avancée de nos travaux. Plus tard, lorsque nous avons établi que la part déchiffrable des textes influençait significativement et positivement les apprentissages, notamment ceux des élèves qui avaient obtenu des résultats faibles à l’entrée du cours préparatoire, notre avons réactivé notre projet initial en en transformant la finalité. 

anagr

Nous avons décidé de créer un outil à destination des enseignants afin qu’ils puissent prendre en compte la part déchiffrable des textes qu’ils utilisent en situation de lecture collective et effectuer des choix éclairés.

4. Va-t-il pouvoir bénéficier d'une conception continuée dans l'usage à partir des retours qui vont vous être faits par les utilisateurs ?

Oui, bien entendu, dans la mesure où les propositions que nous recevons sont partagées par un grand nombre d’utilisateurs et qu’elles apportent une réelle plus-value à la préparation et à la conduite de l’activité d’enseignement, nous essaierons de les opérationnaliser. Nous restons donc attentifs aux demandes et aux suggestions des enseignants et nous ferons en sorte d’y répondre favorablement dans la limite de nos contraintes techniques et temporelles.

5. Quels métiers avez-vous rassemblé pour concevoir la plateforme ?

La conception de la plateforme nous a conduit à croiser des connaissances issues de plusieurs univers de recherche. Nous nous sommes notamment appuyé sur les travaux de linguistique et de synthèse de la parole. Nous avons développé Anagraph avec l’aide de deux experts en développement informatique, Philippe Daubias (Ifé) et Yvonnick Fesselier (Ifé), une ingénieure d’étude, Claire Guiraud (Ifé) et un infographiste, Guillaume Roussel (Ifé). Elle est un des produits du partenariat conclu entre l’Institut français de l’éducation (Ifé) et le laboratoire ACTé (Activité Connaissance Transmission éducation) de l’Université Clermont-Auvergne (UCA).

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/04/2017 Les nouvelles modalités d'accompagnement des enseignants induites par le protocole "PPCR" vont se mettre en place progressivement. Le Centre Alain-Savary cherche à comprendre les questions professionnelles posées aux uns et aux autres. Enquête collaborative dans une circonscription du premier degré dans l'Est de la France...
04/04/2017 Les échéances de la vie publique font monter les questions sur l’avenir du dispositif « plus de maitres que de classes ». Elles renforcent la demande d’évaluation de ce dispositif, de son impact, de son efficacité. Le Centre Alain-Savary a réuni un groupe de travail qui ose proposer quelques pistes qui puissent être discutées entre écoles et circonscription. En espérant qu'elles soient utiles et utilisables...
22/03/2017 La demande d'innovation est omniprésente dans les discours publics. Au risque d'être à rebrousse-poil, un point de vue qui tente de chercher les conditions d'une transformation efficace du travail en tenant compte du réel...
20/03/2017 A vos agendas ! Les formations du Centre Alain Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, (EN et hors EN), qui souhaitent y participer.
07/02/2017 En Haute-Savoie, une équipe de formateurs et une équipe de recherche ont construit, avec le soutien de la Direction Académique, une action conjointe pour apprendre ensemble comment accompagner des écoles engagées dans "Plus de maitres que de classes". Elles en rendent compte dans un article à plusieurs voix, sans masquer les difficultés, mais en soulignant la force des regards croisés sur les difficultés des élèves et des enseignants.
06/02/2017 Une des formes récurrentes et concrètes des relations entre les enseignants et les parents d’élève est l’entretien individuel. Bien qu’ayant pris place dans le référentiel professionnel des enseignants, ce dispositif est peu formalisé par l’institution et très peu étudié par la recherche.
20/01/2017 Marceline Laparra et Claire Margolinas, respectivement didacticiennes du français et des mathématiques, signent un livre “Les premiers apprentissages scolaires à la loupe” aux éditions De Boeck. Elles s’attachent à analyser, à travers l’observation d’activités courantes à l’école maternelle, les concepts-clés qui contribuent à expliquer les difficultés et les réussites dans les premiers apprentissages : la littératie, l’oralité et l’énumération. Compte-rendu de lecture.
17/01/2017 Les relations entre enseignants et parents, souvent mises en question, ne relèvent pas seulement de postures éthiques, mais aussi de "gestes professionnels" à travailler collectivement. Submergée par la gestion des conflits entre enseignants et parents, la circonscription de Vienne-Nord (38) a décidé il y a plus de cinq ans d'en faire une axe prioritaire et de développer un projet de formation et d'accompagnement pluriannuel.
17/01/2017 Suite à la présentation de la démarche de transformation des relations École-Familles au niveau d'une circonscription et d'une école primaire de Vienne (38), Jacques Bernardin, docteur en sciences de l'éducation et président du GFEN, analyse les éléments saillants du processus.
17/01/2017 Comment évaluer l'impact du dispositif "Plus de maître que de classes" ? S'il ne saurait suffire à lui même, le vécu des acteurs est un facteur à prendre en compte... Témoignage de Valérie Motti, maîtresse+ à Bayonne, sur l'importance du dispositif pour le collectif, là où elle travaille.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr