Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Métiers / Enseignants surnuméraires / Evaluer PDMQC, oui, mais comment ? Pistes concrètes

Evaluer PDMQC, oui, mais comment ? Pistes concrètes

Par Patrick Picard publié 04/04/2017 17:45, Dernière modification 10/04/2018 14:50 expiré
Les échéances de la vie publique font monter les questions sur l’avenir du dispositif « plus de maitres que de classes ». Elles renforcent la demande d’évaluation de ce dispositif, de son impact, de son efficacité. Le Centre Alain-Savary a réuni un groupe de travail qui ose proposer quelques pistes qui puissent être discutées entre écoles et circonscription. En espérant qu'elles soient utiles et utilisables...

Le Comité National de Suivi « Plus de maitres que de classes » a rappelé les difficultés de l’exercice : absence de groupes-témoins, enchâssement de PDMQC dans des dimensions de réformes plus globales (éducation prioritaire, programmes…), impact fort de l’accompagnement des circonscriptions (ou pas…). Il a rappelé quelques principes et l’importance d’une utilisation « raisonnée » de l’évaluation (évaluation des progrès des élèves sur les apprentissages réellement enseignés, mais aussi prises d’information sur les évolutions du travail collectif destiné aux élèves). On peut résumer ces propositions sur la formule suivante : apprendre à se servir des dimensions évaluatives pour être le support de l’activité collective (du sommatif au formatif…) pour les équipes.

Une équipe de travail a été constituée par le Centre Alain-Savary, réunissant des universitaires, des inspecteurs, des formateurs, des acteurs de terrain. Elle a cherché à définir des axes concrets de réflexion qui, s'ils ne constituent pas un « mode d’emploi » utilisable, pourraient permettre aux équipes de choisir des pistes qui leur sembleraient adaptées à leurs contextes…

Ce texte constitue une première trace des cinq axes retenus par ce groupe de travail.

Axe n°1 : apprendre à lire le réel collectivement, construire des « observables partagés »

Axe n°2 : évaluer le travail des élèves et leurs résultats à partir des attendus de fin de cycle,  en prenant appui sur l’observation des productions/évaluations des élèves

Axe n°3 : évaluer l’évolution du travail des enseignants (dans la dyade) et les organisations choisies

Axe n°4 : évaluer la manière dont s’articule le travail commun entre l’école, le réseau et la circonscription, le département

Axe n°5 : évaluer les changements dans les modalités d’accompagnement  des équipes

Nous vous invitons à nous faire remonter vos témoignages et expériences à patrick.picard(at)ens-lyon.fr

Propositions d'axes de travail pour évaluer PDMQC

Axe 1. « apprendre à lire le réel collectivement, construire des « observables partagés » dans le but de :

  • identifier les « problèmes » d’apprentissage ou d’enseignement, soit via un contrôle des connaissances à partir d'une ou plusieurs tâches données aux élèves, à un moment donné, en fin d'apprentissage (donc à caractère sommatif), soit en observant l'élève au travail ou bien en analysant une de ses productions (caractère plus formatif de l'évaluation). Cela peut être réalisé selon les quatre étapes suivantes :
    1. Décrire l’activité réelle de l’élève  (ce que fait l’élève, ce qu’il met en œuvre pour répondre à la consigne)
    2. Comprendre ce que fait l’élève (pourquoi  l’élève fait ce qu’il fait, comment il investit ce qui a été enseigné)
    3. Analyser le travail de l’élève (identifier ses réussites, ses difficultés)
    4. Reconfigurer les apprentissages (du point de vue des contenus didactiques et de l’organisation pédagogique)
  • donc mieux comprendre quelle « question vive » se pose ( ce qu’on aimerait faire et qui est difficile à faire quand on ne l'a jamais fait seul, et  que permet progressivement le M+) ;
  • en construire la « documentation » (les savoirs à partager, issus des pratiques et de la recherche)  pour trouver des leviers d’action possibles ;
  • et en déduire des décisions sur ce qu’on organise pour que favoriser les progrès, pragmatiquement, « à plusieurs niveaux » (dans les classes, dans l’école et avec le M+).

Axe 2. Evaluer le travail des élèves et leurs résultats à partir des attendus de fin de cycle : en prenant appui sur l’observation des productions/évaluations des élèves :

  • Identifier collectivement ce qu’on a enseigné et dans quelles proportions (langue orale et lexique, compréhension, production d’écrit, numération, résolution de problèmes…)
  • Se donner les moyens de mesurer le progrès (évaluations identiques réitérées)
  • Définir des échelons de maitrises de compétences ?       
  • Interroger les élèves sur leurs procédures suite à la réalisation de tâches
  • Ne pas mettre trop d’énergie sur ce qu’on sait déjà, utiliser les évaluations existantes
  • Organiser le rendu-compte de l’évaluation selon plusieurs pistes :

Axe 3. Evaluer l’évolution du travail des enseignants (dans la dyade) et les organisations choisies :

  • Observer les modalités de travail des enseignants et les configurations choisies en fonction des buts.
  • Observer les modalités de collaboration entre M+ et enseignant (M+ « pollinisateur de pratiques » ou « caméléon » qui doit se fondre dans la pratique de chaque enseignant ? Maitre « ordinaire » ou « personne-ressource » qui amène de nouveaux contenus ou formats pédagogiques ?
    • Quels espaces collectifs d’échanges de pratiques des M+ ?
    • Quels espaces de communication M+/MC sur ce qui se fait (contenus, manières de faire) et ne se faisait pas avant ?
  • Mesurer les évolutions de préoccupations dans la dyade (notamment leur regard sur les activités des élèves
  • Comprendre comment les questions passent de la dyade à l’école (ou pas) pour développer la culture professionnelle du groupe d’enseignants

Axe 4. Evaluer la manière dont s’articule le travail commun entre l’école, le réseau et la circonscription, le département…

  • Modalités d’accompagnement par la circonscription et leur résultat
  • Modalités de pilotage entre l’école (le directeur) et la circonscription (le département ?) 
  • Organisation de la concertation/formation sur des objets d’enseignement/apprentissage précis qui posent problème aux enseignants (et non sur le dispositif)
  • Avantages/inconvénients de travailler aussi en formation en mixant avec les écoles qui n’ont pas de dispositif PDQMC pour mesurer les écarts de préoccupation ? les évolutions de pratiques/ d’enseignement ?

Axe 5. Evaluer les changements dans les modalités d’accompagnement  des équipes

  • Observer le partage du travail et des expériences entre les écoles, les circo, le département… mais aussi entre les métiers (M+, maitres des classes, CPC, IEN, RASED, directeur, coordo, formateurs éducation prioritaire...), sur les difficultés et réussites rencontrées, pour construire ensemble des indicateurs permettant de réguler les stratégies d’accompagnement/formation
  • Observer/questionner la relation entre les formations locales et le comité de pilotage départemental (s’il existe), la cohérence entre le pilotage Education Prioritaire et le pilotage PDMQC

A suivre... avec vous ?

 

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
21/07/2020 Novembre 2019, Aurélia Truong-Quang formatrice Éducation Prioritaire dans l'académie de Créteil, rattachée à deux réseaux du Val de Marne, présente le cheminement et les questionnements auxquels elle a été confrontée avec l'équipe de formateurs afin de mettre en place un accompagnement dans la durée en mathématiques.
28/06/2020 Muriel Grandclément, Nathalie Roussel, Roselyne Siard et Cécile Xercavins sont enseignantes et formatrices RMC dans l’Académie de Lyon. Leur mission de formation a débuté en septembre 2018 dans le cadre de la mise en œuvre du plan Villani-Torossian. Collectivement, elles ont conçu une démarche pour enseigner la résolution de problèmes arithmétiques au cycle 2. Genèse et présentation de cet outil
26/06/2020 « Ramener le réel en formation » à partir d’enregistrements de classe favorise l’étude des interactions verbales. Leur écoute et leur transcription permettent de comprendre le fonctionnement des échanges sociocognitifs par le biais de l’observation et l’analyse de (micro)phénomènes.
23/06/2020 Ce module a été co-conçu par une équipe pluri-catégorielle : conseillère pédagogique de la circonscription de Tyrosse Côte Sud, maitre de conférence de l'université de Bordeaux et chargés d'études du centre Alain Savary. Il est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 6 heures sur la préparation de l'écriture avec les élèves.
05/06/2020 Ce module est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 6 heures sur l'encodage de phrases au CP. Il a été conçu par une équipe pluri-catégorielle : enseignants, conseillers pédagogiques et inspectrice de l'éducation nationale de la circonscription de Lormont et du Pôle formation, maitre de conférences de l'université de Bordeaux.
Enquête Ifé sur l'activité des professionnel-le.s de l'enseignement  pendant le confinement 15/05/2020
27/03/2020 Le séminaire «Relations École-familles» IFÉ-Centre Alain Savary a organisé en décembre 2018 une session de travail entre enseignants, formateurs, chercheurs et coordonnateurs sur la question controversée de «faire entrer des parents dans la classe» en cycles 3 et 4. Retour sur les dispositifs présentés et la discussion à partir de ces présentations.
17/02/2020 Ce module a été conçu par une équipe pluri-catégorielle composée de conseillers pédagogiques des circonscriptions de Libourne 2, Langon et Pessac (académie de Bordeaux) et d'une maitre de conférence de l'université de Bordeaux. Il a été réalisé avec la participation et l'aide d'enseignants de ces circonscriptions ainsi que de la circonscription de la Réole. Il est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 3 heures sur la dictée à l'adulte auprès d' enseignants de CP.
04/02/2020 La boite à outils "écriture" a été conçue par une équipe pluri-catégorielle. Différentes ressources sont proposées aux formateurs pour accompagner les enseignants dans l'enseignement de l'écriture.
23/01/2020 Le collège Gambetta en REP à Saint-Etienne dans l'académie de Lyon, accompagné par le centre Alain Savary, a mis en place un observatoire du dispositif Devoirs faits, à l'issue de la première année de mise en oeuvre. Cet observatoire a permis d'analyser le pilotage et l'organisation du dispositif. Cet article rend compte des discussions inter-métier sur les enjeux du travail personnel de l'élève. Il présente les outils utilisés pour observer différentes dimensions du dispositif
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr