Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / le séminaire 2009-2011 / les notions d’ethnicité et de diversité dans les pratiques professionnelles et éducatives

les notions d’ethnicité et de diversité dans les pratiques professionnelles et éducatives

Par Stéphane Kus publié 15/10/2013 11:50, Dernière modification 14/04/2016 12:05
séance 3 du séminaire (22/10/2010). Problématique : enfants, élèves et territoires, comment en parler sans étiqueter ni stigmatiser ? Intervenant : Jean-François Bruneaud, Maître de conférences en sciences de l'éducation, Bordeaux 2

Introduction d'Anne-Marie Benhayoun, centre Alain-Savary

Enfants, élèves, territoires, comment en parler ? Quels termes utiliser pour désigner les quartiers et leurs habitants : adultes, parents, enfants, élèves ? Quels mots pour pointer les lieux, les personnes, les situations ? Comment ne pas étiqueter ou stigmatiser ? Comment parler des identités culturelles ?

Il n'est pas toujours facile de qualifier les élèves et les établissements d'Education Prioritaire, les enfants et leurs lieux de vie. Comment dire qu'ils sont à la fois semblables aux autres mais aussi différents. On parle de quartiers "pauvres", "difficiles", "immigrés", "populaires", d'écoles "ethnicisées"... Les mots nous aident à comprendre le monde et à partager cette compréhension ; grâce à eux, nous pouvons caractériser les lieux, les personnes, les situations, les problèmes. Mais dans le même mouvement, les mots rendent opaque, font naître des représentations et provoquent des réactions, interagissent avec la réalité et contribuent à la transformer. Leur pouvoir d'évocation peut avoir un effet positif ou négatif. Par exemple, le risque de dépréciation automatique par assimilation à une catégorie sociale "posant problème" est très présent avec ses conséquences : humiliation, découragement, révolte... Révolte ou, au contraire, résignation d'un côté, incompréhension voire sidération de l'autre, le conflit n'est peut-être pas très loin... les accusations de racisme non plus.

La question des mots qui catégorisent et peuvent stigmatiser pose donc un vrai problème aux sociologues, aux professionnels de l'éducation mais aussi aux habitants et aux élèves. Ces situations sont difficiles à théoriser car les mots sont lourds : ils interrogent notre idéal républicain commun et nos identités culturelles singulières.

Nous devons donc rester vigilants sur le choix des mots et être conscient de leur impact. 

Voici donc le problème soumis à la réflexion dans cette séance : ouvrir un espace d'échange afin de parler des notions d'ethnicité, d'immigré, de multiculturalisme...

Le regard du chercheur, Jean-François Bruneaud. Une mise au point sur les termes d’ethnicité, d’ethnie et de diversité.

Jean-François Bruneaud est l'auteur du livre Chronique de l'ethnicité quotidienne chez les maghrébins français, L'harmattan 2005  

La question de l’ethnicité est traitée tardivement en France, à partir de 1995. Il s’agit d’éviter une question hautement politisée qui interroge la modèle français d’intégration.

L’ethnicité est un mode de différenciation sociale (comme le sexe ou les CSP) basé sur l’origine réelle ou supposée et sur le sentiment d’appartenance à une communauté qui a des racines profondes.

On trouve 2 grands courants de pensée pour définir ce terme :

  • Les théories naturalistes : le besoin d’appartenir à un groupe est considéré comme naturel, inné, primordial, inscrit dans les gènes. Mais alors un chinois, par exemple, élevé au Sénégal, reste-t-il chinois ? Ces idées ont alimenté les théories raciales et racistes du XIX° siècle.
  • Les théories sociales : toutes ont en commun la contestation du primordialisme et appréhendent l’ethnicité comme le résultat d’un processus de construction sociale et politique. Les théoriciens anglo-saxons tels que Robert Park et Milton Gordon développent un   paradigme assimilateur. Pour Horace Kallen, les groupes ethniques peuvent à la fois préserver leur culture et participer à la vie globale de la société. D’autres théoriciens identifient une nouvelle ethnicité permettant, de manière stratégique, la mobilité sociale ou l’obtention de droits (constitution de groupes de pression). Les théories marxistes de l’ethnicité entrent dans cette catégorie en plaçant la notion de classe sociale au centre de la définition.

Par ailleurs, dans son ouvrage la théorie des frontières ethniques, Frédérik Barth considère que la culture ne définit pas les groupes ethniques puisque un groupe ethnique peut survivre même si sa culture se modifie significativement.

Les identités ethniques se construisent dans des situations d’immigration, colonisation, esclavage, annexion ; en ce sens, ce sont des constructions sociales à partir de contacts prolongés entre groupes humains différents. Les frontières ethniques se construisent, quant à elles, à partir de marqueurs symboliques différenciateurs : culture, religion, langue, phénotype. « On ne nait pas ethnique, on le devient ».

On peut se demander si les ethnies existent vraiment. Ce terme représenterait un groupe d’individus rapprochés par une culture commune (ex : maghrébins, antillais). Mais les maghrébins, par exemple, ne parlent pas tous la même langue.

Le terme de maghrébins a été créé en France, il y a 20-25 ans, dans un processus d’ethnicisation et de catégorisation d’une population donnée. Il désigne des populations venues du nord-ouest de l’Afrique.

Le terme de diversité n’est pas un concept. Cette notion ne peut fonctionner qu’accompagnée d’un adjectif. Une forme, sans doute politiquement correcte, de reconnaissance des particularismes pour tenter de lutter contre les discriminations.

Le terme d’immigré désigne les personnes nées hors du territoire national et qui résident maintenant en France, même si elles ont acquis la nationalité française.

Traces des débats : questionnements et réponses

Question 1 : question d’une coordonnatrice de PRE

Comment prendre en compte la différence, les particularités de chaque culture dans un accompagnement individuel, sans plaquer des stéréotypes ? Faut-il les valoriser (sans magnifier) ou ne pas les mettre en évidence (sans les gommer) ?

Eléments de réponse :

Les propos de l’intervenant nous invitent à prendre en compte les différences culturelles mais sans les considérer comme des entités figées, plutôt comme des phénomènes socialement construits et en dynamique perpétuelle. La concentration sur des territoires urbains de populations issues de l’immigration, la fuite des classes moyennes de ces mêmes quartiers, l’impossibilité des populations les plus déshéritées à s’en sortir, créent des territoires et des écoles ethniques. Les pratiques culturelles et religieuses sont alors plus visibles : ainsi, la culture peut être une conséquence de l’ethnicité.

On peut partir de l’individu en intégrant les différences culturelles dans une pluralité de composantes qui caractérisent cette personne. Un être humain se définit par son sexe, son âge, son niveau social, sa personnalité et par bien d’autres composantes encore. La dimension culturelle est une composante importante de la construction de l’individu et elle prend un relief particulier suivant l’âge de la personne, son sexe, son lieu de vie...à décliner sans modération.

Cette réponse propose d’appréhender les situations concrètes dans un certain état d’esprit. Il est difficile d’aller plus loin, tant les situations sont spécifiques et singulières.

Question 2, Entretien avec Philippe Vanzetti, principal au collège Mermoz de Lyon (69)

Comment agir dans un conflit interethnique entre élèves ?

Votre intervention durant le séminaire fait écho à un problème qui préoccupe l’ensemble des professionnels de l’éducation : « comment agir dans un conflit interethnique entre élèves » ?

Je suis parti du conflit entre 3 élèves d’origine tchétchène assistés d’un frère aîné et un élève d’origine maghrébine. Un règlement de compte banal entre un grand frère qui prend la défense d’un des « petits » de la famille qui lui-même se plaint de moqueries et insultes à son égard. Menaces, coups...c’est un grand classique !
J’engage mon travail à partir du triangle que représentent l’école, les professeurs, la famille et bien évidemment l’élève . Et j’essaie d’agir sur 2 leviers principaux, ceux qui dépendent le plus étroitement de mes activités professionnelles dans le cadre de ma fonction de chef d’établissement : les enseignants d’un côté et les parents avec l’enfant de l’autre.

Je pars du principe qu’il ne faut pas taire l’évènement mais le traiter à sa juste mesure en impliquant les parents le plus tôt possible. Je les reçois donc très vite dans mon bureau avec pour objectifs : calmer « le jeu » et rappeler la loi ainsi que les principes de base du vivre ensemble. Cela peut paraître dépassé, voire désuet, mais si l’école ne le fait pas, qui le fera ? D’ailleurs, il s’agit plutôt de rappeler ce qui est bon pour vivre ensemble. Les parents de l’élève en question sont arrivés dans mon bureau très « remontés » et agressifs. Mais, il se passe quelque chose dans l’espace où je les accueille, dans mon bureau. Regardez : il y a une table de salle à manger de style années 30 et un carillon de la même époque ... Ecoutez : toutes les 15 minutes, il rappelle l’heure discrètement...l’effet est saisissant ...les parents et leurs enfants se calment presque instantanément. Alors, on peut s’écouter ; je laisse d’abord la charge émotive s’exprimer car il faut que les paroles puissent trouver un espace-temps pour dire l’émotion. Sans cela, l’enfant et ses parents ne seront pas en mesure de bien m’entendre. Alors vient mon tour, je l’ai dit : rappeler la loi et les codes du bien vivre ensemble me paraissent indispensables.

Vous parlez aussi du « levier » professeurs ?

Je demande aux enseignants de mettre les élèves en action, de créer quelque chose pour transcender l’opposition et mettre les élèves en dynamique de travail. Je prends souvent l’exemple du conflit franco-allemand d’après-guerre. Pour dépasser les haines encore bien présentes, on a créé la CECA, Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier. Les gouvernements et les entreprises se sont mis au travail et ont œuvré au redressement de la France. C’est pareil avec les élèves, il faut les mettre au travail scolaire et rappeler l’exigence première : faire ses devoirs ! Au sens double du terme : réaliser les exercices demandés et apprendre ses leçons en faisant son « métier d’élève » dans les différentes disciplines scolaires. Mais aussi faire ses devoirs en termes de responsabilité individuelle et collective.

Qu’entendez-vous par là, avez-vous un exemple à nous proposer ?

Je peux vous donner l’exemple du travail réalisé au collège par deux classes de 5° à l’occasion du vingtième anniversaire des droits de l’enfant. Une équipe pluridisciplinaire s’est composée, ce qui est fondamental pour montrer aux enfants que les adultes parlent d’une même voix :

  • le professeur d’arts plastiques, ou comment apprendre à participer à un projet culturel et artistique.
  • le professeur d’éducation physique et sportive, ou comment permettre à chaque collégien, valide ou handicapé, de s’épanouir dans la mesure de ses possibilités.
  • le professeur d’espagnol ou comment s’informer sur la situation des enfants dans le monde et surtout en Amérique Latine.
  • le professeur d’éducation civique, ou comment préparer les enfants à vivre ensemble dans un esprit de compréhension et tolérance.

Pendant plusieurs semaines, les élèves ont ainsi œuvré à la réalisation d’une plaquette illustrant certains articles de la déclaration universelle des droits de l’enfant. Ce travail leur a permis de développer des savoirs et des compétences scolaires précises mais aussi d’engager un travail de socialisation avec le soutien de diverses associations et du centre social du quartier.

En conclusion, quelle attitude adopter face à ces conflits sensibles ?

Il y a sans doute des manières de faire très différentes d’un établissement à l’autre et d’un individu à l’autre en fonction de sa propre histoire personnelle et culturelle. En ce qui me concerne je m’appuie sur 3 piliers :

  • encourager l’approche pluridisciplinaire des enseignants.
  • Organiser l’expression la plus libre possible pour les acteurs concernés.
  • Rester centré sur l’essentiel : l’exigence scolaire et l’apprentissage de la socialisation.

Pour aller plus loin

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr