Aller au contenu. | Aller à la navigation

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Langages / L'oral à l'école maternelle : et les "petits parleurs" ? / L'oral en maternelle: que dit le prescrit ? ( 2015 à 2021 )

L'oral en maternelle: que dit le prescrit ? ( 2015 à 2021 )

Par Catherine Hurtig-Delattre publié 24/09/2021 14:34, Dernière modification 24/09/2021 14:34
Le programme de la maternelle de 2015 insiste sur l'importance du langage oral. Il est détaillé et complété par les documents d'accompagnement Eduscol, ainsi que par le guide "les mots de la maternelle" édité en septembre 2019. Le BO de mai 2019 "les langues vivantes à l'école maternelle" est également un point de repère. Le programme 2021 "école de la confiance " reprend les domaines et attendus de ce programme et insiste à nouveau sur ce rôle primordial du langage oral.

lA PLACE DU LANGAGE ORAL dans le programme de 2015

BO-CHD-petits parleursL'apprentissage du langage oral est présent dans toutes l'architecture du programme 2015 : il est détaillé dans une partie spécifique et dans les attendus de fin de cycle, mais également dans l'introduction du programme et dans les axes transversaux qui le structurent. Il est donc intéressant de détailler ces apports de manière transversale. C'est la lecture qui est proposée ici. 

Le tableau ci-joint récapitule les différentes modalités de cette place du langage oral dans le programme de 2015:

  • dans l'introduction du programme et des domaines, qui en précisent le cadre éthique et didactique
  • dans chaque axe transversal: "une école qui s'adapte au jeune enfant" "des modalités spécifiques d'apprentissage""une école pour apprendre et vivre ensemble"
  • dans les objectifs du domaine spécifique "langage oral"
  • dans les compétences attendues en fin de cycle 

LE DOCUMENT D'ACCOMPAGNEMENT EDUSCOL

eduscol-oralLe texte de cadrage "langage oral" est un appui précieux pour son éclaircissement des diverses modalités et fonctions du langage oral. Il contient des éléments de guidage théoriques et des recommandations pédagogiques, ainsi qu'un grand nombre de références.

Pour le sujet traité ici, nous attirons l'attention sur :

- La partie 3 "Enseigner l'oral" et en particulier 3-1 "Deux formes de langage à enseigner"
"L'école maternelle a la responsabilité d'accompagner les enfants vers la maîtrise du maniement du langage oral. (..) Le parcours d'apprentissage comporte deux composantes:
- le langage d'action, en situation qui est premier et fondateur (...)
- le langage décontextualisé, ordonné et construit." 

-La partie 4 "les divers rôles de l'enseignant" et en particulier 4-3 "associer les familles

"À partir de son entrée à l’école maternelle, l’apprentissage du langage se construit à l’école et hors l’école, dans une complémentarité qui est à construire et encourager. Le « hors l’école » désigne principalement le milieu familial, mais aussi les temps péri et extra scolaires."

« La coéducation langagière est activée par l’enseignant, dans le but de construire une estime réciproque entre les adultes coéducateurs, dont l’enfant est le premier bénéficiaire. L’enseignant dispose de 3 leviers :  s’intéresser à ce qui se vit à la maison, expliquer aux parents ce qui se vit en classe , stimuler les interactions langagières hors de l’école "

 « Pour les parents dont le français n’est pas la langue première, il convient de les rassurer quant à leur rôle et de les encourager à utiliser « leur » langue pour les échanges du quotidien. Quand leur enfant rapporte un livre de l’école et raconte l’histoire qu’il a mémorisée en français (ou tente de le faire), ils peuvent tout à fait commenter dans la langue de la maison, interroger l’enfant sur des détails qu’il aurait oubliés et que suggèrent les images. Il en va de même pour les chansons, comptines, poèmes que l’enfant a mémorisés. »

 

Le GUIDE "LES MOTS DE LA MATERNELLE"

 

guide-BO-petits parleursCe guide, édité en septembre 2019 par la Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse, "propose de guider les professeurs dans la mise en œuvre de démarches d'enseignement au service des acquisitions lexicales."

Sommaire du guide :

  • Introduction
  • Chapitre 1 : L’apprentissage de la langue
  • Chapitre 2 : Concevoir l’enseignement du vocabulaire à l’école maternelle
  • Chapitre 3 : Mettre en œuvre l’enseignement du vocabulaire dans une classe de maternelle
  • Bibliographie et outils de référence

Extrait de l'introduction: "Le temps de l'école maternelle correspond, dans le développement de l'enfant, à une période d'explosion lexicale. L'école maternelle va créer les conditions pour aider tous les enfants à élargir leur capital lexical et leur capacité à inférer le sens des mots. L'enrichissement lexical implique un enseignement explicite et dirigé de cet apprentissage avec des séquences spécifiques, des activités régulières de classification, de mémorisation de mots, de réutilisation de vocabulaire et d'interprétation de termes inconnus à partir de leur contexte ou de leur morphologie. L'un des défis de l'enseignement du vocabulaire se situe dans cet équilibre qu'il faut trouver entre la compréhension des mots en contexte et la réutilisation efficace des mots appris en dehors du contexte d'apprentissage."

LE B.O. "Les langues vivantes étrangères à l'école maternelle"

 
Prescrit-Langue-etrangereLa "recommandation pédagogique " incluse dans le BO n°22 de mai 2019  se base sur un rapport intitulé “Propositions pour une meilleure maîtrise des langues vivantes étrangères, oser dire le nouveau monde” . Dans ce document, le journaliste Alex Taylor et l’inspectrice générale de l’Education nationale Chantal Manes-Bonnisseau affirment que “les langues vivantes étrangères ouvrent les élèves à la pluralité des cultures et fondent les bases de la construction d’une citoyenneté respectueuse, indispensable à la vie en société et à l’épanouissement de chacun“. 

Les enseignant.e.s de maternelle sont invité.es à développer dans leur classe “des activités ludiques et réflexives sur la langue (comptines, jeux avec les mots, etc.), faisant place à la sensibilité, à la sensorialité, aux compétences motrices, relationnelles et cognitives des élèves“. 

Concrètement, l’éveil à la diversité linguistique recouvre deux volets :


D’une part un éveil à la pluralité des langues et d’autre part, une première découverte d’une langue singulière, dont l’apprentissage permet de poser les jalons d’un parcours linguistique cohérent et en lien avec le cours préparatoire. La démarche consiste à exposer régulièrement les élèves à des temps courts et variés durant lesquels le professeur les met au contact des langues. Ainsi, peu à peu, ces moments où l’on joue, écoute, bouge, répète, parle, chante dans une LVE deviennent des moments familiers et attendus de la vie de la classe.
Une démarche qui se traduit par l’utilisation d’outils, comme la "Boîte à histoires", “permettant de raconter en plusieurs langues des histoires animées en s’appuyant sur des objets qui symbolisent les personnages et les éléments clés, facilite également la mémorisation

Le  volet "éveil à la pluralité des langues", déjà présent dans le programme de l'école maternelle de 2015, peut être mis en lien avec la valorisation des compétences linguistiques plurilingues des élèves et les pratiques linguistiques familiales.
voir "pour aller plus loin" 

LE PROGRAMME DE L'ECOLE MATERNELLE 2021  

couverture cycle 1Ce nouveau programme, édité dans le cadre de "l'école de la confiance" a été détaillé dans l'annexe du BOn°25 du 24-06-2021. Il reprend les priorités et les 5 domaines d'apprentissage du programme de 2015, avec des nuances, quelques modifications et des apports complémentaires.

Pour faciliter la tâche des formateurs et des enseignants, un document Eduscol détaille ces modifications.
On retrouve l'accent mis sur l'importance du langage oral dans l'introduction générale et dans les axes transversaux (voir tableau détaillant le programme de 2015, ci-dessus, toujours opérant avec le programme 2021)

Pour le domaine spécifique  "Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions", on retrouve la division en deux grands chapitres : "oral" puis "écrit". On notera la modification de vocable "langue orale" et "langue écrite" à la place de "langage" -même si ces deux mots sont ensuite employés tour à tour dans le détail des compétences à mettre en oeuvre. Certains chercheurs ont expliqué ce choix par un passage d'un ensemble  ouvert de modalités de communication et d'expression à un système plus strictement codifié, visant prioritairement à l'usage "correct" de la langue française.Mireille Brigaudiot "langue et langage sont dans un bateau" Café pédagogique 17 mai  2021

On retrouve dans le chapitre "langue orale" les cinq compétences développées dans le programme de 2015 sous le titre "langage oral".
- Oser entrer en communication
- Comprendre et apprendre
- Echanger et réfléchir avec les autres
- Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une conscience phonologique

Cette dernière partie est plus développée, avec des apports qui seront particulièrement importants pour la démarche de soutien aux élèves "petits parleurs". Le développement concernant l'éveil à la diversité linguistique renvoie aux apports de Nathalie Blanc et à l'inventaire de ressources pour l'éducation au plurilinguisme.

Enrichir le vocabulaire


"L’école maternelle offre à tous les enfants de nombreuses occasions de découvrir des champs lexicaux variés. L’interaction, les temps rituels, le jeu, les situations vécues, toutes les activités d’apprentissage et les lectures permettent d’augmenter le bagage lexical compris et utilisé par les élèves. Celui-ci est mobilisé et réutilisé lors de temps dédiés à l’enseignement de la langue. L’enseignant est attentif au choix des mots, à leur prononciation, à leur mise en réseau, à leur appartenance à toutes les catégories grammaticales. Il prend soin de faciliter l’emploi, la compréhension et la mémorisation des mots et des expressions en les présentant dans des phrases et des textes. Il donne ainsi à l’élève la faculté d’appréhender la langue de manière méthodique et de commencer à comprendre le monde à travers tous les domaines d’enseignement."

Acquérir et développer la syntaxe

"La syntaxe s’acquiert conjointement avec la construction du lexique. L’appropriation progressive des structures syntaxiques se développe dans le cadre de toutes les activités de la classe, par la pratique de la langue orale et par la fréquentation de la langue écrite, mais aussi lors de courtes activités dédiées. Le professeur accompagne la production de phrases simples et courtes, qui vont se complexifier tout au long du cycle. Il emploie des structures de phrase qu’il veille à faire réutiliser en situation par ses élèves (forme négative, phrases de types interrogatif ou impératif, etc.). En prenant appui sur des objets, des jeux, des imagiers, des albums, des situations vécues dans les différents domaines d’enseignement, l’enseignant organise les apprentissages et adapte les objectifs et les attentes en fonction du développement de chaque enfant. De multiples emplois dans des contextes variés sont requis pour assurer la mémorisation et l’utilisation des mots et des structures par chaque élève."

Acquérir et développer une conscience phonologique

(...) "Dès la petite section, les enfants sont sensibilisés à la composante sonore des mots par de l’écoute active et des jeux (jeux vocaux, comptines chantées, formulettes, chansons, petits poèmes, textes courts, etc.) qui stimulent leur curiosité et leur attention à l’univers des sons. À partir de la moyenne section, l’enseignant pratique ces jeux de sensibilisation aux sons de façon plus régulière. En grande section, les situations d’apprentissage sont régulières et fréquentes." (...)

 

Éveiller à la diversité linguistique

(...) "L'éveil à la diversité linguistique fonde le parcours de l'élève dans ce domaine, étape initiale d'un continuum d'apprentissage qui se poursuivra tout au long de la scolarité. Il constitue le tout premier contact avec la pluralité des langues dans le cadre scolaire. Il est important de valoriser la langue d’origine des enfants multilingues, ou non francophones. Leur présence dans une classe permet à l’enseignant d’éveiller tous les élèves à la diversité linguistique et de leur faire découvrir très tôt que le multilinguisme est une richesse. Les activités conduites ouvrent l’école à la diversité linguistique et culturelle de la France. Par les activités ludiques et réflexives qu’il mobilise, l’éveil à la diversité linguistique contribue au développement de la conscience phonologique et du langage oral, à la consolidation de la maîtrise du français et à l’ensemble des objectifs de l’école maternelle, en faisant place à la sensibilité, à la sensorialité, aux compétences motrices, relationnelles et cognitives des élèves."

Revenir à la page d'accueil en cliquant sur cette icône 

Sommaire-petits parleurs