Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Education prioritaire / Ressources / Axe 1 : Maîtriser le lire, écrire, parler et enseigner plus explicitement / Lire, écrire, parler pour apprendre dans toutes les disciplines / Roland Goigoux, enseigner la lecture et l'écriture au cours préparatoire : questions vives

Roland Goigoux, enseigner la lecture et l'écriture au cours préparatoire : questions vives

Par Stéphane Kus publié 12/10/2017 16:10, Dernière modification 17/10/2017 07:51
Quels sont les savoirs sur l'enseignement du lire-écrire au cycle 2 qui font consensus ? Où sont les discussions ? Peut-on proposer des pistes utilisables pour les enseignants ? Roland Goigoux fait le point à partir des fruits de la recherche Lire-Ecrire qu'il a dirigée, en pointant ce qui lui semble converger (ou pas...) avec d'autres résultats de recherches...

Nous synthétisons ci-dessous le propos de Roland Goigoux dans chacun des neuf chapitres de la conférence.

Si les vidéos ne démarrent pas, n'hésitez pas à recharger la page dans votre navigateur, ça devrait s'arranger...

Comme pour toutes les vidéos de notre site, vous pouvez télécharger des MP3 pour écoute sur support audio mobile.

 

1. que signifie recommander une méthode "de type syllabique" ?

video2

Enseigner la lecture de type syllabique signifie :

- étudier de manière explicite les correspondances grapho-phonémiques (entre les lettres et les sons)
- pratiquer la combinatoire
Lors de la recherche lire-écrire, les chercheurs ont observé que les enseignants consacrent 3h10 en moyenne par semaine chaque année dans les CP de France aux activités de déchiffrage. 47 % d’entre eux enseignent en partant des phonèmes et 53% en partant des graphèmes. Mais le choix de l’approche n’y a pas d’effet significatif sur les apprentissage des élèves.
Il y a aujourd’hui un consensus scientifique à propos de l’enseignement de la lecture dans les trois univers de recherche que sont les neurosciences, les sciences du comportement et les sciences de l’intervention : plus les élèves accèdent rapidement au déchiffrage, plus ils ont accès à la lecture autonome des textes.

Si les neurosciences ont permis de visualiser les différentes connexions neuronales mobilisées lorsque l’enfant déchiffre en utilisant la voie directe ou indirecte, elles n’expliquent en rien comment l’enseignant doit agir en classe.
En évoquant la recherche lire-écrire et quelques-uns de ces résultats, Roland Goigoux réaffirme la complexité de l’acte de lire qui ne se cantonne pas à la simple tâche de déchiffrage, comme il va le préciser dans les chapitres suivants.

Pour aller plus loin :

Stanislas Dehaene, sur eduscol ou dans l'émission France culture (09/2017) « les chemins de la philosophie »

Roland Goigoux présente la recherche Lire-Ecrire sur la radio-web de l'IFE

Le rapport IGEN Delahaye-Grard grande pauvreté et réussite scolaire

2. qu'est-ce qu'une méthode syllabique ? Forces et faiblesses

video2

Il faut faire la distinction entre une méthode "de type syllabique" et une méthode syllabique stricte. Cette dernière est définie par leurs auteurs par plusieurs principes, notamment : une approche graphémique, qui part de la lettre et y attribue une valeur sonore conventionnelle ; ne jamais faire déchiffrer aux enfants des mots qui comporteraient des graphèmes non encore étudiés ; ne pas faire mémoriser de mots entiers dont les phonèmes n'ont pas encore été étudiés ; déchiffrer à haute voix de plus en plus vite ; la lecture de mots et de textes entièrement déchiffrables. Les auteurs expliquent que la compréhension va découler de cette automatisation progressive.
R. Goigoux est donc réservé sur cette approche. Les neurosciences montrent que l’enfant apprend d’autant mieux qu’il est actif et attentif, et qu'il peut apprendre par analogie. Toutes les activités qui sollicitent activité et attention de l’enfant seront plus efficaces. Il est donc cohérent de faire du déchiffrage une véritable activité de découverte stucturée, de tâtonnement guidée, d’expérimentation régulée. Ainsi, l’enseignement par analogie a toute sa place dans l’enseignement du déchiffrage. Loin du jeu des devinettes, l’enseignement par analogie est une activité d’analyse et de déduction. On est loin des oppositions binaires entre "globale" et "syllabique".

Pour aller plus loin sur les méthodes phonémiques :

L'ouvrage « Apprendre à lire » de J.-P. Terrail

Le manuel "je lis, j’écris"

 

3. la méthode syllabique stricte a-t-elle fait la preuve de sa supériorité ?

video3

Quatre études françaises nourrissent ce débat dans les dernières années. Celle de Gentaz (2013), avec un protocole scientifique incontestable (pré-tests et post-tests) conclut à la non-supériorité des résultats d’un groupe de 40 classes entrainées au décodage sur un groupe témoin. L’étude de Dauviau (2015) et celle de Garcia & Oller (2016) vont dans le sens d’une efficacité de l’approche syllabique stricte, mais leur méthodologie de recherche n'est pas valide sur le plan scientifique. L’étude Lire-Ecrire (2015) dans 131 classes ne conclut pas à une supériorité attestée d’une approche sur l’autre. Elle postule que c’est une combinaison complexe de variables qui contribue à l’efficacité de l’enseignement (étude du code/compréhension de l’écrit/écriture/étude de la langue/acculturation/lecture à haute voix, mais aussi climat de classe, engagement dans le travail, feed-backs immédiats, explicitation, utilisation efficace du temps en interaction avec un adulte…). Dans cette recherche, aucun « effet-manuel » n’est suffisant pour expliquer les variations d’effet-classe. C’est sans doute pour partie lié au fait que les enseignants utilisent très différemment les manuels.

Pour aller plus loin

• Gentaz, E., Evaluation quantitative d’un entraînement à la lecture à grande échelle pour des enfants scolarisés en réseaux d’éducation prioritaire : apports et limite

• Deauviau, J., Lecture au CP : un effet-manuel considérable. Rapport de recherche

• A propos de Garcia, S. et Oller, A., Réapprendre à lire. De la querelle des méthodes à l’action pédagogique

• Une conférence de S. Garcia et A. Oller en 2015

• Rapport LireEcrire et sa synthèse

• typologie des tâches (document à télécharger)

Blog de Luc Cédelle, journaliste

4. comment planifier l'étude du code grapho-phonémique ? selon quel tempo ?

video4

Un tempo suffisamment rapide :
Selon les observations réalisées dans les 131 classes, à la fin des neuf premières semaines de classes, les enseignants ont étudié en moyenne 11,4 correspondances grapho-phonémiques avec de fortes disparités : certaines classes en ont étudiées 6 quand d’autres en ont étudiées 20.

Les résultats de la recherche montrent que toutes les planification du tempo ne se valent pas : y compris quand les élèves sont faibles, le tempo doit être suffisamment soutenu (14 sur neuf semaines) pour qu’ils soient confrontés à des situations de décodage qui soient stimulantes et réussies. Les enseignants qui ont un tempo trop lent pénalisent les élèves en difficulté.

Etudier des correspondances fréquentes

Plus les correspondances étudiées sont fréquentes, plus le support sera facile à déchiffrer. A l’inverse plus les correspondances étudiées sont rares, plus le support sera difficilement déchiffrable. On peut utiliser des tableaux de fréquences dans l’ordinaire de la classe et s’y référer. Conséquence : il est souhaitable de donner aux élèves, dans les activités où on leur demande de décoder, des textes « suffisamment déchiffrables » pour ne pas pénaliser les élèves en difficultés (voir plus loin « quels textes choisir ? »

A l’école des albums

• Stanislas Dehaene, Apprendre à lire

Planification proposée par Liliane Sprenger-Charolles

Planification proposée par Jérôme Riou avec l'outil Anagraph

 

5. comment choisir les textes-supports à l'enseignement de la lecture ?

video5

Le logiciel gratuit réalisé par J. Riou et une équipe scientifique de l'IFE et de l'université de Clermont, à partir de la recherche Lire Ecrire, Anagraph, permet un retour réflexif sur les pratiques. Après avoir indiqué les correspondances graphèmes-phonèmes étudiées, ainsi que les mots-outils, le logiciel est capable de renvoyer le coefficient de lisibilité du texte étudié, mais aussi d’extraire des documents utiles pour le travail avec les élèves.
Les programmes 2015 précisent déjà qu’il est utile de distinguer les textes utilisés pour les activités de décodage de textes plus complexes, lus par l’adulte, intéressants pour acculturer les élèves et développer les activités de compréhension. On peut faire certaines activités avec certains textes simples, comme des gammes, et utiliser d’autres supports écrits pour d’autres activités de compréhension, à partir de textes plus résistants.

Anagraph, sur le site de l'IFE

• un document pour le relevé des correspondances grapho-phonémiques utilisé par l'équipe de recherche lire-Ecrire

 

6. pourquoi les activités d'encodage sont-elles si importantes ?

video6

Réaliser des encodages écrits, ce peut être des temps de dictée, de recomposition de mots ou phrases à partir d’étiquettes, ou des temps de production d’écrit autonome. Dans les classes observées dans Lire-Ecrire, le temps moyen de ces différentes activités est d’environ 54 mn, avec une très forte diversité (de 20 mn à 90 mn). On peut dire que c’est trop peu, pour une activité qui semble efficace à partir d’une pratique d’au moins une heure par semaine (soit un quart d’heure par jour…). Mixer les différents types d’activité (écrire sous la dictée des mots ou syllabes enseignées ; produire des petits textes écrits à partir de corpus) permet à la fois d’aller chercher en mémoire ce qui a été installé et de mobiliser ce qui est connu pour des nouvelles écritures.

 

7. comment articuler l'enseignement de la copie, de la calligraphie et de l'encodage ?

video7

Les compétences en calligraphie et en copie sont elles aussi très différemment enseignées selon les classes. La copie « avec modèle » peut cacher des habiletés très différentes : en début de CP, certains élèves lèvent 8 fois la tête pour copier trois petites phrases, quand d’autres lèvent la tête 28 fois !
Si la calligraphie semble être assez bien acquise par la plupart des élèves, la liaison entre les lettres ou la ponctuation oubliée montrent la nécessité d’y consacrer du temps spécifique en classe, pour que les différentes petites difficultés ne se cumulent pas.
Il est donc efficace d’enseigner progressivement la copie différée (sans modèle) dans laquelle on ne redonne le modèle que quand l’élève le demande, pour apprendre à copier vite et sans se tromper. La présence du maître dans ces temps de copie, pour nourrir des feed-back précis, semble déterminante lors de ces apprentissages, notamment pour ceux qui sont les plus en difficultés en début de CP, pour développer des performances orthographiques.
Ces pistes sont développées dans des outils comme Scriptum.

 

8. comment concevoir l'enseignement de la production écrite ?

video8

En fin de CP, l’évaluation des compétences en production écrite, dans l’enquête Lire-Ecrire, à partir d’une histoire en quatre images, montre que les élèves arrivent à produire un texte segmenté, lisible, comportant au moins trois des quatre informations essentielles. Mais nombre de classes y passent un temps limité, reportant ces tâches au CE1. Il est nécessaire de faire écrire souvent, même très peu, en les aidant à « se préparer » à tracer. Il est utile pour les élèves de savoir ce sur quoi ils peuvent s’appuyer dans les outils de la classe, savoir ce qui peut aider, faire la phrase "dans leur tête" pour mettre en mots à l’oral ce qu’on va écrire. Ils peuvent alors mieux commencer à « transcrire », mais aussi apprendre à relire ce qu'ils ont effectivement écrit, en bénéficiant là encore de feed-back immédiats de l'enseignant qui explicite, attire l’attention sur les accords, le fonctionnement de la langue… Les enseignants peuvent également se préoccuper de la question du destinataire de l’écrit, de la valorisation de la production par une mise en page, une édition sur traitement de texte par exemple.

Mais il ne faut pas que cette complexité amène à renoncer à mener ces activités qui nécessitent de prévoir, planifier, énoncer, transcrire, éditer, observer... Souvent les enseignants craignent que le « projet d’écriture » soit coûteux en temps, et finalement ne puisse être mis en pratique que trop rarement. R. Goigoux invite à oser faire simple, à prendre à la charge de l’enseignant certaines de ces tâches pour faciliter un travail de production « faisable », alternant chantiers de grande ampleur, d’aventures collectives, et d’autres moments plus ordinaires, répétés, ritualisés, permettant de gagner en automatisation et en confiance des élèves dans leur capacité à réussir, sans charger trop la barque...

Pour aller plus loin
La plateforme des linguistes de Grenoble sur les textes produits par les élèves dans la recherche Lire Ecrire (inscription requise, gratuite, sur validation de l'équipe de recherche)

La conférence sur le site Lire Ecrire sur ce que veut dire écrire en CP : types de tâches, profils de classe et progrès des élèves - Catherine Brissaud (Université Grenoble Alpes) et Martine Dreyfus (Université de Montpellier)

Une typologie d'écrits en début de CP qui peut aider à évaluer l'état de maitrise de compétence d'un élève.

Des pratiques de l’encodage aux Mureaux, du cycle 1 au cycle 3

 

Suite et fin de la conférence : la compréhension

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/10/2017
12/10/2017 Quels sont les savoirs sur l'enseignement du lire-écrire au cycle 2 qui font consensus ? Où sont les discussions ? Peut-on proposer des pistes utilisables pour les enseignants ? Roland Goigoux fait le point à partir des fruits de la recherche Lire-Ecrire qu'il a dirigée, en pointant ce qui lui semble converger (ou pas...) avec d'autres résultats de recherches...
07/10/2017 Nombre de formateurs ont recours à des vidéos ou des photos pour leurs visites-conseils. Eric Demangel et Olivier Boussert, conseillers pédagogiques dans l'Yonne, expliquent comment ils s'y prennent...
06/10/2017 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
06/10/2017 En guise de synthèse...
06/10/2017 Il s’agit d’une intervention-recherche-formation dans un réseau d’éducation prioritaire du bassin littoral Nord marseillais, le réseau Jean Moulin, objet d’une contractualisation opérée entre le Rectorat, l’ESPE d’Aix-Marseille et l’équipe ERGAPE (ERGonomie de l’Activité des Professionnels de l’Education) du laboratoire ADEF (Apprentissage, Didactique, Evaluation et Formation) et des réseaux d’éducation prioritaire marseillais, autour de la problématique concernant les gestes professionnels efficaces en contexte dit « difficile ».
06/10/2017 Un outil synthétique construit à partir des préoccupations des différents métiers qui contribuent au pilotage des réseaux.
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr