Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Produire de l'écrit au CE1 : des écritures longues

Par Patrick Picard publié 23/04/2015 20:45, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Ce travail a été réalisé par Christelle Jouffroy avec sa collègue "maitre+", Sylvie Daviot, dans le cadre du travail de production écrite lancé sur le REP+ (priorité 1 du référentiel de l'Education Prioritaire)

Le réseau Planoise, à Besançon, a fixé plusieurs priorités pour la première année de fonctionnement dans le cadre de la refondation de l'Education Prioritaire, dont la production d'écrit.

VoleurdePouleA partir du travail collectif installé dans le réseau, plusieurs enseignantes ont décliné des propositions pédagogiques, notamment grâce à l'appui des maîtres supplémentaires et de ressources de formation, dont celles proposées par le Centre Alain-Savary autour du travail des enseignants des Mureaux

 Vous trouverez ci-dessous le détail de ce qui a été réalisé en classe pour y parvenir (ce qui a été fait au préalable, les habitudes de prise de parole des élèves, les objectifs pédagogiques, la démarche de chaque séance, les difficultés rencontrées). Merci à Christelle, Coralie et Edith pour ces documents

Télécharger la démarche pédagogique complète (document PDF 0,5 Mo)

Télécharger le support élève ( PDF 13 Mo)

Un panel des  productions réalisées par cette classe de CE1 à partir du Voleur de Poule (Béatrice Roriguez) :

Eleves de CE1
REP+ Planoise Besançon
Inaho : très grande difficulté à l'oral. Inaho manque cruellement de lexique. Elle peine à aller au bout de ses phrases parce qu'elle n'a pas les mots. Grâce à la phase orale qui lui apportait le lexique qui lui manquait, elle a réussit à aller au bout de l'histoire. 
Chomi : élève qui a eu du mal à se contenir (il aurait pu écrire 1000 histoires différentes avec ces images) mais avec la contrainte de systématiquement relire le début de son texte avant de continuer, il a réussit à mener une et une seule histoire jusqu'au bout.
Ruis : bon élève mais qui n'aimait pas du tout écrire. Il a écrit son texte quasiment seul avec très peu d'erreurs.
Mibrah : malgré un maintien au CE1, Mibrah est encore en difficulté. Il ne s'intéresse à rien (ou très peu de choses) mais est passionné (le mot n'est pas trop fort : il est super content dès qu'il voit Sylvie, la maîtresse 'plus') par la production d'écrits. Sa lecture est hésitante et laborieuse (souci d'ordre orthophonique) mais il utilise tous les outils à sa disposition pour écrire correctement.
 
Fratiro : malgré un maintien au CE1, Fratiro avait de grandes difficultés en décodage à cause de troubles d'ordre orthophonique (suspicion de dyslexie) C'est l'élève qui m'a le plus surpris cette année : il s'est accroché et le fait d'écrire tous les jours et d'avoir des outils pour le faire lui a vraiment permis d'entrer en lecture (+ le fait de lire des histoires tous les jours) Il est maintenant capable de décoder la plupart des mots et s'il confond encore les sons, il utilise ses connaissances pour choisir. Miléna :Miléna  avait beaucoup de mal à se lancer dans les activités. Au début, elle ne faisait qu'écrire les idées des copains, formulées dans la phase orale. Petit à petit, elle a commencé à utiliser les mots mais en formulant différemment et, sur la fin, elle demandait même l'orthographe de certains mots pour écrire des phrases qui n'avaient pas été dites.
Mike : élève qui n'a pas de difficultés scolaire mais qui présente de grandes difficultés de comportement : il a investit le projet et a été au bout de son texte, même si, sur certaines séances, c'était plus difficile que d'autres, notamment, la dernière (il a beaucoup de mal avec les séparations et apparemment, c'est aussi valable quand il faut finir un projet...) Maline : élève qui est arrivée au CE1 avec de grandes difficultés en décodage (correspondance graphie-phonie non installées, mots-outils non maitrisés ce qui rendait sa compréhension des phrases, même courtes, extrêmement difficile) Dans l'écriture de cette histoire, elle était tellement enthousiaste qu'attendre la fin de la phase orale pour écrire créait chez elle une énorme frustration : elle écrivait en cachette. Nous avons du travailler sur le fait de prévoir sa phrase entièrement dans sa tête avant d'écrire pour qu'elle arrête d'écrire au kilomètre...

 

 

Contenus corrélés
VoleurdePoule
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/03/2019 Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.
12/02/2019 La recherche Lire-Écrire a montré que le temps consacré à l’étude de la langue au CP a un impact positif sur la lecture et l’écriture. Fort de ce constat, un groupe de travail pluri-catégoriel s’est constitué afin d’élaborer des scénarios de formation sur cette question. Patrice Gourdet, maître de conférence en sciences du langage, enseignant-chercheur au sein du laboratoire EMA, à l'université de Cergy-Pontoise, est intervenu à l'Institut Français de l'Éducation, lors de la formation «Former au Lire-Écrire-Comprendre» en octobre 2018.
04/02/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr