Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Produire de l'écrit au CE1 : des écritures longues

Par Patrick Picard publié 23/04/2015 20:45, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Ce travail a été réalisé par Christelle Jouffroy avec sa collègue "maitre+", Sylvie Daviot, dans le cadre du travail de production écrite lancé sur le REP+ (priorité 1 du référentiel de l'Education Prioritaire)

Le réseau Planoise, à Besançon, a fixé plusieurs priorités pour la première année de fonctionnement dans le cadre de la refondation de l'Education Prioritaire, dont la production d'écrit.

VoleurdePouleA partir du travail collectif installé dans le réseau, plusieurs enseignantes ont décliné des propositions pédagogiques, notamment grâce à l'appui des maîtres supplémentaires et de ressources de formation, dont celles proposées par le Centre Alain-Savary autour du travail des enseignants des Mureaux

 Vous trouverez ci-dessous le détail de ce qui a été réalisé en classe pour y parvenir (ce qui a été fait au préalable, les habitudes de prise de parole des élèves, les objectifs pédagogiques, la démarche de chaque séance, les difficultés rencontrées). Merci à Christelle, Coralie et Edith pour ces documents

Télécharger la démarche pédagogique complète (document PDF 0,5 Mo)

Télécharger le support élève ( PDF 13 Mo)

Un panel des  productions réalisées par cette classe de CE1 à partir du Voleur de Poule (Béatrice Roriguez) :

Eleves de CE1
REP+ Planoise Besançon
Inaho : très grande difficulté à l'oral. Inaho manque cruellement de lexique. Elle peine à aller au bout de ses phrases parce qu'elle n'a pas les mots. Grâce à la phase orale qui lui apportait le lexique qui lui manquait, elle a réussit à aller au bout de l'histoire. 
Chomi : élève qui a eu du mal à se contenir (il aurait pu écrire 1000 histoires différentes avec ces images) mais avec la contrainte de systématiquement relire le début de son texte avant de continuer, il a réussit à mener une et une seule histoire jusqu'au bout.
Ruis : bon élève mais qui n'aimait pas du tout écrire. Il a écrit son texte quasiment seul avec très peu d'erreurs.
Mibrah : malgré un maintien au CE1, Mibrah est encore en difficulté. Il ne s'intéresse à rien (ou très peu de choses) mais est passionné (le mot n'est pas trop fort : il est super content dès qu'il voit Sylvie, la maîtresse 'plus') par la production d'écrits. Sa lecture est hésitante et laborieuse (souci d'ordre orthophonique) mais il utilise tous les outils à sa disposition pour écrire correctement.
 
Fratiro : malgré un maintien au CE1, Fratiro avait de grandes difficultés en décodage à cause de troubles d'ordre orthophonique (suspicion de dyslexie) C'est l'élève qui m'a le plus surpris cette année : il s'est accroché et le fait d'écrire tous les jours et d'avoir des outils pour le faire lui a vraiment permis d'entrer en lecture (+ le fait de lire des histoires tous les jours) Il est maintenant capable de décoder la plupart des mots et s'il confond encore les sons, il utilise ses connaissances pour choisir. Miléna :Miléna  avait beaucoup de mal à se lancer dans les activités. Au début, elle ne faisait qu'écrire les idées des copains, formulées dans la phase orale. Petit à petit, elle a commencé à utiliser les mots mais en formulant différemment et, sur la fin, elle demandait même l'orthographe de certains mots pour écrire des phrases qui n'avaient pas été dites.
Mike : élève qui n'a pas de difficultés scolaire mais qui présente de grandes difficultés de comportement : il a investit le projet et a été au bout de son texte, même si, sur certaines séances, c'était plus difficile que d'autres, notamment, la dernière (il a beaucoup de mal avec les séparations et apparemment, c'est aussi valable quand il faut finir un projet...) Maline : élève qui est arrivée au CE1 avec de grandes difficultés en décodage (correspondance graphie-phonie non installées, mots-outils non maitrisés ce qui rendait sa compréhension des phrases, même courtes, extrêmement difficile) Dans l'écriture de cette histoire, elle était tellement enthousiaste qu'attendre la fin de la phase orale pour écrire créait chez elle une énorme frustration : elle écrivait en cachette. Nous avons du travailler sur le fait de prévoir sa phrase entièrement dans sa tête avant d'écrire pour qu'elle arrête d'écrire au kilomètre...

 

 

Contenus corrélés
VoleurdePoule
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
23/08/2017 « Ce qui se joue de plus intéressant dans le développement langagier c’est ce qui se fait en dehors des activités pointées « langage » dans le continuum des domaines d’apprentissage ». Entre langage ordinaire, langage scolaire et langages disciplinaires, Yves Soulé,  formateur à l’ESPÉ de Montpellier en didactique du langage, déplie les difficultés que l’enseignement de l’oral représente et propose des pistes de formation pour les formateurs, dans une conférence qui s’est tenue le 23 mars 2017 à l’IFÉ.
23/08/2017 A partir de son expérience de formateur dans l'enseignement spécialisé, Baptiste Caroff considère que c'est l'observation précise et collective des situations perturbées qui peut donner aux enseignants des clefs pour agir efficacement sur le climat de classe et les apprentissages.
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr