Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Produire de l'écrit au CE1 : des écritures longues

Par Patrick Picard publié 23/04/2015 20:45, Dernière modification 14/04/2016 11:31
Ce travail a été réalisé par Christelle Jouffroy avec sa collègue "maitre+", Sylvie Daviot, dans le cadre du travail de production écrite lancé sur le REP+ (priorité 1 du référentiel de l'Education Prioritaire)

Le réseau Planoise, à Besançon, a fixé plusieurs priorités pour la première année de fonctionnement dans le cadre de la refondation de l'Education Prioritaire, dont la production d'écrit.

VoleurdePouleA partir du travail collectif installé dans le réseau, plusieurs enseignantes ont décliné des propositions pédagogiques, notamment grâce à l'appui des maîtres supplémentaires et de ressources de formation, dont celles proposées par le Centre Alain-Savary autour du travail des enseignants des Mureaux

 Vous trouverez ci-dessous le détail de ce qui a été réalisé en classe pour y parvenir (ce qui a été fait au préalable, les habitudes de prise de parole des élèves, les objectifs pédagogiques, la démarche de chaque séance, les difficultés rencontrées). Merci à Christelle, Coralie et Edith pour ces documents

Télécharger la démarche pédagogique complète (document PDF 0,5 Mo)

Télécharger le support élève ( PDF 13 Mo)

Un panel des  productions réalisées par cette classe de CE1 à partir du Voleur de Poule (Béatrice Roriguez) :

Eleves de CE1
REP+ Planoise Besançon
Inaho : très grande difficulté à l'oral. Inaho manque cruellement de lexique. Elle peine à aller au bout de ses phrases parce qu'elle n'a pas les mots. Grâce à la phase orale qui lui apportait le lexique qui lui manquait, elle a réussit à aller au bout de l'histoire. 
Chomi : élève qui a eu du mal à se contenir (il aurait pu écrire 1000 histoires différentes avec ces images) mais avec la contrainte de systématiquement relire le début de son texte avant de continuer, il a réussit à mener une et une seule histoire jusqu'au bout.
Ruis : bon élève mais qui n'aimait pas du tout écrire. Il a écrit son texte quasiment seul avec très peu d'erreurs.
Mibrah : malgré un maintien au CE1, Mibrah est encore en difficulté. Il ne s'intéresse à rien (ou très peu de choses) mais est passionné (le mot n'est pas trop fort : il est super content dès qu'il voit Sylvie, la maîtresse 'plus') par la production d'écrits. Sa lecture est hésitante et laborieuse (souci d'ordre orthophonique) mais il utilise tous les outils à sa disposition pour écrire correctement.
 
Fratiro : malgré un maintien au CE1, Fratiro avait de grandes difficultés en décodage à cause de troubles d'ordre orthophonique (suspicion de dyslexie) C'est l'élève qui m'a le plus surpris cette année : il s'est accroché et le fait d'écrire tous les jours et d'avoir des outils pour le faire lui a vraiment permis d'entrer en lecture (+ le fait de lire des histoires tous les jours) Il est maintenant capable de décoder la plupart des mots et s'il confond encore les sons, il utilise ses connaissances pour choisir. Miléna :Miléna  avait beaucoup de mal à se lancer dans les activités. Au début, elle ne faisait qu'écrire les idées des copains, formulées dans la phase orale. Petit à petit, elle a commencé à utiliser les mots mais en formulant différemment et, sur la fin, elle demandait même l'orthographe de certains mots pour écrire des phrases qui n'avaient pas été dites.
Mike : élève qui n'a pas de difficultés scolaire mais qui présente de grandes difficultés de comportement : il a investit le projet et a été au bout de son texte, même si, sur certaines séances, c'était plus difficile que d'autres, notamment, la dernière (il a beaucoup de mal avec les séparations et apparemment, c'est aussi valable quand il faut finir un projet...) Maline : élève qui est arrivée au CE1 avec de grandes difficultés en décodage (correspondance graphie-phonie non installées, mots-outils non maitrisés ce qui rendait sa compréhension des phrases, même courtes, extrêmement difficile) Dans l'écriture de cette histoire, elle était tellement enthousiaste qu'attendre la fin de la phase orale pour écrire créait chez elle une énorme frustration : elle écrivait en cachette. Nous avons du travailler sur le fait de prévoir sa phrase entièrement dans sa tête avant d'écrire pour qu'elle arrête d'écrire au kilomètre...

 

 

Contenus corrélés
VoleurdePoule
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr