Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Métiers / Formateurs / Organiser une formation hybride : à quelles conditions ?

Organiser une formation hybride : à quelles conditions ?

Par mjampy — publié 11/10/2013 11:00, Dernière modification 14/04/2016 12:05
La formation hybride, notamment entre présentiel et à distance, se développe dans le discours institutionnel mais aussi dans la pratique, pour différentes raisons (coût, souplesse, mais aussi intérêt didactique). Cependant la mise en place d’une formation hybride n’est pas sans soulever de questions ni poser des problèmes. Cette modalité renvoie à des questions vives : personnalisation des formations, posture de formateur, place de l’outil technique dans la formation. Durant deux jours, une cinquantaine de formateurs et d'universitaires ont planché sur la question à l'IFE. Résumé...

      

     Cette formation de formateurs est partie d'un postulat fort des participants : la réussite de l'intégration de modalités hybrides dans l'activité des formateurs dépend de leur appropriabilité, c'est-à-dire du degré de compatibilité qu'elles offrent avec l'activité normale, quotidienne de formation. En effet, ce qu'on appelle trop souvent "résistance au changement" relève bien souvent de l'impossibilité pour les professionnels de faire fonctionner les nouveaux outils proposés de manière pérenne, dans les contraintes réelles de leur travail "ordinaire".

     Conférences et ateliers ont ainsi permis à la cinquantaine de formateurs présents de déterminer, en lien avec leurs contextes d'intervention, les conditions d'efficience de plusieurs modalités de formation hybride : c'est-à-dire les moyens de gagner en efficacité (effets produits sur les formés) et/ou en économie (coût financier mais surtout temps de travail nécessité).
    

Pour ce faire, une "grammaire" commune a été proposée (et enrichie) pour mettre en forme de façon intelligible scénarios et parcours de formation à partir de "composants élémentaires" souvent mise en oeuvre (voir le modèle téléchargeable). 

             Image - Grammaire

     Ce fut notamment l'occasion de souligner que "l'hybridation" peut être de plusieurs natures :

- "technologique", certes, notamment en alternant des moments de travail "à distance" sur des outils numériques (première colonne ci-dessus) avec des moments de présentiels

- mais aussi "en action", c'est à dire faisant naviguer la formation entre la mise à distance et le "terrain professionnel", notamment par des relevés, observations, accompagnements in-situ (seconde colonne).

Les participants ont confronté leurs expériences sur la façon de répondre à des besoins/problèmes/attentes professionnels par des modalités hybrides de formation, et ont mis à l'épreuve le modèle proposé. Ci-dessous l'exemple de "l'évolution hybride" d'un parcours de formation à destination de professeurs documentalistes dans l'académie de Nancy-Metz (voir aussi le modèle téléchargeable avec fiche explicative) :

             Diapo copier-coller

     Suite à l'intervention de Guillaume Serres et Frédéric Boissonnet (ESPE Clermont Auvergne) sur les apports, les limites et les pièges de la formation hybride à travers l'exemple du master MEEF de l’ESPE de Clermont-Ferrand, ce travail a également permis d'identifier quelques critères de conception "robustes" à remplir systématiquement pour se prémunir d'un certain nombre d'écueils dans la mise en oeuvre d'une formation hybride, dans trois phases-clés de la conception :

  1. Prévoir : Élaborer un cahier des charges précis, notamment pour le choix de la “plateforme-support”, du package général : Multi-supports ? Multi-environnements ? Nature interactive ? Nature collaborative ? Gestion des formats écrits, audio, vidéo ? Réinvestissement possible à plus long terme ? Transmission possible à des pairs ? Etc.
  2. Concevoir et médiatiser : Interroger les 4 critères ergonomiques de base de la conception d'un dispositif : 1) l'utilité (à quel besoin répond-il ?) 2) l'utilisabilité (est-il assez simple et familier pour que l'utilisateur ne soit pas en difficulté ?) ; 3) l'acceptabilité (pose-t-il un problème d'intégrité déontologique, éthique..?) ; 4) l'appropriabilité (peut-il s'insérer durablement dans les pratiques de l'utilisateur ?)
  3. Accompagner : Quel type et quelle charge d'accompagnement le dispositif appelle-t-il ? Le formateur a-t-il les ressources nécessaires, par exemple pour administrer, modérer, animer, synthétiser et restituer un travail en forum ? (cf. par exemple l'expérience de Guillaume Serres et Frédéric Boissonnet.)

     L’exposé de Gilles Aldon (IFÉ - ENS de Lyon) a notamment insisté sur la nécessité de ne pas confondre "ressources", "parcours" et "scénarios" de formations : il a défini sept grandes étapes dans la construction d'un parcours, en insistant sur le fait que l'utilisation de nouveaux outils ne dispense absolument pas les formateur d'interroger les modèles de formation auxquels il se réfère (béhaviouriste, constructiviste, didactique...), nécessitant d'articuler le praxis et le logos. "En tout état de cause, le formateur est un "broker" à la frontière de plusieurs communautés (recherche, métier...) pour créer des liens entre elles" a-t-il conclu.


    Éric Sonzogni (conseiller pédagogique, Haute-Savoie) a précisé les problèmes que soulève la formation hybride : d’abord celle de l’inégale maîtrise des TUIC et des moyens techniques disponibles disparates, notamment en terme de débit de connexion internet.

Mais au-delà, il a pointé la pression sur l’institution, à la fois en matière de formation des formateurs ou de différenciation des parcours des formés (jusqu’à l’individualisation ?). Selon son expérience, les modalités de validation de la formation, la nature des échanges entre formés ou les productions collectives contribuent à définir des buts communs aux acteurs. Il a souligné les potentiels de la formation hybride, si elle arrive à mobiliser et responsabiliser davantage les formés, à ouvrir des espaces d’échanges et à favoriser la production de ressources et leur diffusion.


    Serge Leblanc (Université de Montpellier) a dressé une typologie des formations hybrides :

- présentiel enrichi par des supports multimédias

- présentiel amélioré par du travail en amont ou en intersession

- présentiel alterné

- présentiel allégé ou réduit

Il est revenu sur l’exemple de Néopass@ction comme outil de formation hybride qui peut être un  levier de la transformation de l’activité des enseignants et de leurs formateurs.

 

Pour Patrick Picard, reprenant quelques tensions professionnelles du travail du formateur, la question des nouveaux outils et modalités de formation ravive des questions de métier que les formateurs doivent collectivement travailler pour développer l'efficacité de leur travail, pour eux comme pour ceux qu'ils forment, dans cinq dimensions :

- apprendre à lire le réel de la classe pour mieux identifier les questions vives posées par les formés

- faire connaitre le prescrit pour ne pas en rester aux idées préconçues, et permettre la "traduction" de ce qu'on demande de faire

- partager progressivement les différents modèles de référence, les théories qui permettent de lire le réel sous différents angles

- oser les outils, les essais de déplacements minuscules, les essais-erreurs, les retours en arrière, les compromis opératoires

- et surtout pouvoir accompagner dans la durée, permettre les allers-et-retours dans différents contextes, pour gagner en confiance et pouvoir faire des retours d'expérience.

Du travail en perspective, donc, pour les sessions à venir...

 

Mots-clés associés : , ,
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
23/08/2017 « Ce qui se joue de plus intéressant dans le développement langagier c’est ce qui se fait en dehors des activités pointées « langage » dans le continuum des domaines d’apprentissage ». Entre langage ordinaire, langage scolaire et langages disciplinaires, Yves Soulé,  formateur à l’ESPÉ de Montpellier en didactique du langage, déplie les difficultés que l’enseignement de l’oral représente et propose des pistes de formation pour les formateurs, dans une conférence qui s’est tenue le 23 mars 2017 à l’IFÉ.
23/08/2017 A partir de son expérience de formateur dans l'enseignement spécialisé, Baptiste Caroff considère que c'est l'observation précise et collective des situations perturbées qui peut donner aux enseignants des clefs pour agir efficacement sur le climat de classe et les apprentissages.
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr