Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Vidéo 2 Accueil des débutants en Éducation Prioritaire : « je croyais qu’il allait se retourner vers moi ! »

Par Stéphane Kus publié 06/06/2017 14:55, Dernière modification 14/11/2017 11:39
Cet extrait caractérise une situation de travail qui rassemble les pilotes dans un COPIL autour d’un ordre du jour chargé. Nous avons retenu le moment où le Principal, suite à la présentation de quelques traces relatant les difficultés que rencontrent quotidiennement les enseignants novices depuis le début de l’année dans l’établissement, confie au FEP la responsabilité de revoir et corriger le dispositif d’accueil des enseignants débutants en EP... sans imaginer que l'IA-IPR référente pourrait avoir son mot à dire.

« j’aimerais que tu/nous fasses une proposition de protocole pour l’an prochain….mais qui prend en compte un temps tutorés/tuteurs … ça je pense que c’est important, un vrai temps pédagogique tutorés/tuteurs […]…on est d’accord ? », dit le principal.

L’affaire semble conclue lorsque l’IA-IPR demande au Principal de s’associer à la conception de ce dispositif : « ...moi, je propose de m’associer à Jean-Pierre…. s’il veut bien». Une requête immédiatement acceptée par le Principal qui se voit contraint de justifier sa commande par la difficulté que les FEP ont rencontrées jusque-là pour intégrer les projets du réseau en matière de formation : « …euh…bien sûr, alors moi quand je dis…..euh….Jean Pierre, il est bien évident que ….euh….parce que je veux, j’ai aussi cette idée que les formateurs REP+ ont eu du mal à trouver leur place et maintenant que la place elle y est, je la défends d’accord…».

Cet situation a soulevé de nombreux points d’achoppement entre les membres de ce collectif, leur permettant de réengager de nouvelles possibilités d’actions, notamment fonctionnement du comité de pilotage. En effet, au fur et à mesure de l’avancement de ce travail, il est apparu nécessaire que le COPIL parvienne à surmonter la dimension formelle de l’organisation du travail de la ligne hiérarchique.

Plus précisément, l’extrait retenu a permis d’interroger les rapports hiérarchiques et les manières dont ces rapports pourraient se constituer comme ressource et non comme contrainte inhibitrice de l’action collective. Pour illustrer ce point de vue nous avons retenu la réponse de l’IA-IPR qui, confrontée aux images de son activité lors de ce COPIL, pose et se pose la question des conditions d’un pilotage collectif efficace et des formes de travail coopératif pour surmonter les réalités du terrain : « ... est-ce que le copilotage, c’est possible ? ... On peut se poser la question de la faisabilité d’un copilotage à trois … » surtout lorsque de telles disparités de temps et d’espaces de travail existent entre les pilotes (entre autres choses, l’échelle du collège pour le Principal, de la circonscription pour l’IEN et de l’académie pour l’IA-IPR).

Derrière cette question, se cache probablement un sentiment de remise en cause de la place qu’elle occupe dans ce copilotage. Une place dans un espace qui n’est pas seulement physique mais aussi symbolique et intersubjectif et où s’expriment autant l’identité des acteurs en présence, leurs savoirs, leurs compétences que leurs rapports à leur métier et à celui des autres… Ce qui ne manque pas d’interroger l’organisation du travail au sein de ce COPIL :

  • Qui fait quoi dans ce collectif inter-métiers où prédomine du flou, de l’incertain, de l’indéterminé et où chacun des pilotes, malgré une volonté de coopération, cherche à conserver sa spécificité et son autonomie ?
  • Comment se répartissent les tâches entre des pilotes principaux (assis les uns à côté des autres sur la vidéo 2) et des formateurs qui, en face des pilotes principaux, assistent à cette séance de travail. 

Nous retenons ici l’action d’assister au trois sens du terme, assister en tant qu’ils sont simplement et uniquement présents, en tant qu’ils prennent part, soutiennent en secondant le travail des pilotes (c’est le cas du FEP qui devra proposer une ingénierie de formation lors de la prochaine réunion, voir Vidéo 2), ou encore pris dans le sens de suppléer voire secourir (le cas du FEP qui devra, en plus de ses propres missions, assurer pendant une année entière les missions de sa collègue du 1er degré qui ne peut assurer la responsabilité d’un réseau supplémentaire, voir vidéo 3). Des manières de concevoir le travail d’organisation qui n’ont pas manqué de questionner le travail collaboratif, comme le révèle les propos de l’IPR référent : « il passe commande à JP… pour améliorer la formation des néo … et moi j’émets l’idée de m’associer ... à ce moment-là je me suis dis ça : comment il appréhende mon rôle au sein du réseau ?... moi je m’attendais à ce qui se retourne vers moi … ce n’est pas par défiance que j’ai mis le pied dans la porte, c’est pour signifier à Dominique que moi, dans mes missions d’IPR référent, il y la mission de la formation. Donc… j’aimerais bien être associée à cette réflexion…»

L’extrait retenu n’a pas vocation à mettre l’accent sur un éventuel conflit de personnes. Il a pour but de rompre le cercle vicieux du « silence organisationnel », celui qui conduit les professionnels à garder pour eux leurs points de vue et leurs préoccupations par rapport aux questions organisationnelles, provoquant des insatisfactions voire des désengagements du travail.

En confrontant les points de vue, en encourageant les débats, le travail entrepris avec le comité de pilotage a donc également porté sur la question de la connaissance et de la reconnaissance du et au travail. Pas celle qui se limite à la seule reconnaissance par les autres, ses pairs et sa hiérarchie. Mais également la reconnaissance qui permet, au professionnel, de connaitre, faire reconnaitre et se reconnaitre dans le travail qu’il fait ou qu’il va faire, avec l’idée que « être reconnu dans ce qu’on fait, c’est aussi être reconnu pour ce qu’on peut et veut devenir d’autre » (Hubault & Bourgeois, 2004). Nous avons travaillé ici la compréhension du point de vue de l’autre, cela en vue de pouvoir se situer dans le co-pilotage avec lui : la reconnaissance comme organisateur de la santé des professionnels.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr