Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Métiers / Pilotes / Enquête sur le pilotage des réseaux d'Éducation Prioritaire / S’outiller pour lire le réel et gagner en efficience / Le regard de l'ergonome / Flore Barcellini : travail collectif, collectif de travail et collaboration

Flore Barcellini : travail collectif, collectif de travail et collaboration

Par Stéphane Kus publié 06/06/2017 11:55, Dernière modification 08/10/2017 17:12
Lors de la formation « Impulser, piloter et coordonner le Réseau d'Éducation Prioritaire pour soutenir l'activité collective inter-métiers » qui s’est tenue à l’IFÉ en juin 2017, Flore Barcellini, Professeure des Universités en ergonomie au CNAM, a présenté quelques règles concernant la qualité du travail collectif et les conditions de développement d’un collectif de travail.
video1
video1
Travail collectif : qu’est-ce qui est réellement commun ? 0:00:00
La « synchronisation cognitive » en vue d’objectifs réellement communs, prend du temps 0:01:17
Désaccords et explications, moteur du travail 0:02:04
L’élaboration d’objectifs communs se réalise dans le faire et dans la contextualisation des problèmes 0:03:59
En amont, recueillir des situations réelles ou être accompagnés 0:05:12
Exemple de modèle : les actions du pilotage 0:05:50
Rôle des pilotes 0:07:55
collectif de travail 0:10:35
Conclusion 0:11:56

On distingue le travail collectif du collectif de travail et préconise de penser les situations de travail qui soutiennent la qualité du travail . Elle propose, plutôt que de « mettre les gens ensemble et leur demander ce qu’ils pensent », de leur donner à voir le travail réel, formaliser les difficultés et les dilemmes des professionnels, pour les aider à repérer, comprendre et transformer, individuellement et collectivement, leur activité.

Travail collectif : qu’est-ce qui est réellement commun ?

Quand des personnes se réunissent autour d’un objectif commun, on parle de travail collectif. L’objectif prescrit est descendant et chaque métier a une certaine représentation de cet objectif. Chacun a une perspective différente, liée à son activité, à ses règles et normes de métier. Il est nécessaire de faire un premier travail dans le groupe, en prenant le risque d’une efficacité moyenne, pour s’aligner, se confronter, se construire un réel commun.

La « synchronisation cognitive » en vue d’objectifs réellement communs, prend du temps

Selon Flore Barcellini, la « synchronisation cognitive » vise à élaborer un objectif vraiment commun, cela ne se décrète pas et cela prend du temps. « Il est illusoire de penser qu’en se contentant de réunir plusieurs métiers, ils vont réellement avoir un objectif commun par la magie du prescrit commun. Il y a donc un travail à conduire, et c’est une vraie activité, de co-élaboration de ce que peuvent être les objectifs communs. Il faut s’expliquer les choses pour avoir des objectifs communs. »

Désaccords et explications, moteur du travail

Il est nécessaire de discuter sur quelque chose de précis, dans des interactions qui visent la clarification, l’explicitation de points de vues. C’est souvent lorsque les situations, dans le micro, donnent lieu à des désaccords, des divergences d’interprétation sur les situations, qu’on va chercher à expliciter, à « régler », à interroger les normes implicites. Le désaccord n’est pas un conflit interpersonnel, mais une source de développement du “référentiel commun”.

Il faut pour cela se mettre dans une posture constructive, se dire « on n’est pas d’accord parce qu’on n’a pas la même représentation du problème, on va essayer de clarifier notre point de vue et de construire un consensus possible ».

L’élaboration d’objectifs communs se réalise dans le faire et dans la contextualisation des problèmes

Cette élaboration d’objectifs réellement communs, ce référentiel commun se construisent dans le faire, dans des interactions autour de choses qu’on essaie réellement de faire ensemble.
Il faut traduire le prescrit (par exemple créer la liaison école-collège) dans le contexte spécifique de chaque école, chaque établissement, chaque réseau.

En amont recueillir des situations réelles ou être accompagnés

Pour engager le travail d’élaboration d’objectifs commun, on peut essayer de regarder ensemble ce qui se passe dans les classes, ou plus simplement ramener dans la réunion l’ancrage du réel, avec l’aide de quelqu’un dont c’est le métier, qui va proposer des modèles sur ce qu’est le travail dans les écoles.

Exemple de modèle : les actions du pilotage

Les ergonomes proposent des « modèles » de l’activité, un objet représenté graphiquement qui permet de faire en sorte qu’on parle de notre compréhension de ce modèle, en s’ y ancrant. Ce ne sont pas des modèles « théoriques », mais des objets intermédiaires qui aident à se représenter ce qu’on cherche à faire ensemble. Il est intéressant de les amener tôt, pour apprendre à parler ensemble du réel, et à construire du référentiel commun (références communes) assez vite.

Rôle des pilotes

La question de la hiérarchie, dans le travail collectif à réaliser, est évidemment une vraie question. Le responsable de service peut être le chef de projet, ou pas. Il peut déléguer, parce qu’il n’est pas compétent sur toutes les questions, sur un projet ou sur un champ, à un coordonnateur ou à un chef de projet qui va s’assurer que les relations de travail soient le plus efficace possible. Mais cela nécessite de se donner des règles, afin qu’on puisse, dans l’espace de travail consacré au projet, enlever sa casquette de chef, qu’on collabore au même niveau, le temps du projet en cours.

Lorsqu’une prescription est conçue, elle n’est jamais recevable telle quelle. Chacun doit redéfinir, incorporer cette prescription pour en faire quelque chose. Mais avant d’avoir été confronté au « faire », réellement, on ne sait pas ce qui sera à faire. Les rôles sont à définir, ils ne sont pas définis a-priori.

« Certes, il faut commencer à se donner des règles, préciser comment chacun voit son rôle… Mais c’est en faisant ensemble que les choses vont s’affiner, les rôles se préciser. Ce processus, il faut admettre qu’il existe, et que les premiers cas qu’on va traiter seront un terrain de jeu pour se construire les règles, presque comme un jeu sérieux sur lequel on va apprendre à s’aligner, en prenant le temps de le faire ».

collectif de travail

Au-delà de ce travail collectif, le sens de « collectif de travail » est beaucoup plus fort : ce sont des personnes qui se sont donnés des règles de travail en commun et qui sont capables de débattre sur ces règles et sur ce qui fait la qualité du travail.

Conclusion

Les collectifs de travail sont souvent informels. Le collectif de travail émerge dans le faire ensemble. Mais il peut y avoir du travail collectif sans que jamais un collectif de travail ne se développe.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
20/11/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 6 - Novembre 2017, avec un nouveau chapitre sur l'usage de la photo.
12/10/2017 Quels sont les savoirs sur l'enseignement du lire-écrire au cycle 2 qui font consensus ? Où sont les discussions ? Peut-on proposer des pistes utilisables pour les enseignants ? Roland Goigoux fait le point à partir des fruits de la recherche Lire-Ecrire qu'il a dirigée, en pointant ce qui lui semble converger (ou pas...) avec d'autres résultats de recherches...
07/10/2017 Nombre de formateurs ont recours à des vidéos ou des photos pour leurs visites-conseils. Eric Demangel et Olivier Boussert, conseillers pédagogiques dans l'Yonne, expliquent comment ils s'y prennent...
06/10/2017 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
06/10/2017 En guise de synthèse...
06/10/2017 Il s’agit d’une intervention-recherche-formation dans un réseau d’éducation prioritaire du bassin littoral Nord marseillais, le réseau Jean Moulin, objet d’une contractualisation opérée entre le Rectorat, l’ESPE d’Aix-Marseille et l’équipe ERGAPE (ERGonomie de l’Activité des Professionnels de l’Education) du laboratoire ADEF (Apprentissage, Didactique, Evaluation et Formation) et des réseaux d’éducation prioritaire marseillais, autour de la problématique concernant les gestes professionnels efficaces en contexte dit « difficile ».
06/10/2017 Un outil synthétique construit à partir des préoccupations des différents métiers qui contribuent au pilotage des réseaux.
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr