Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

Le regard du géographe

Par Stéphane Kus publié 06/06/2017 14:55, Dernière modification 06/10/2017 15:43
La schématisation et la cartographie sont des représentations de l’espace à un instant T. Elles reflètent les réseaux étudiés l’année durant laquelle nous avons procédé aux enquêtes. Nous avons constaté que ces documents ne sont pas systématiquement mis à disposition des personnels, or étant donné les changements parfois fréquents qui interviennent sur ces territoires, cela apparaît comme une ressource maîtresse pour la mémoire du réseau. De telles représentations pourraient faciliter l’appréhension du réseau par tous les personnels et les usagers, de tous les problèmes que sa géographie soulève, et de son histoire, c’est-à-dire des différentes manières dont ces problèmes ont été affrontés.

Une mise en carte des territoires

carto-réseauxNous avons collecté les données sur la géolocalisation des établissements du ou des réseaux« Un réseau est un ensemble de noeuds ou de lieux relies entre eux par un certain nombre d’infrastructures » (Plassard, 2003) concernés, pour cela nous nous sommes appuyés sur les fonds de carte disponibles sur le Géoportail de l'IGN et sur lesquels peuvent figurer diverses informations administratives (limites communales, départementales…) ainsi que les axes routiers et ferroviaires. L’ensemble de ces indications permettait ainsi, d’une part de situer notre terrain d’étude (en particulier lors des restitutions par académies), d’autre part de rendre compte de la diversité des territoires en REP/REP+ (espaces ruraux/urbains, degré d’accessibilité des structures, distances entre les collèges et les écoles) et enfin de permettre une compréhension simplifiée des périmètres d’actions de chacun des pilotesmise en lumière de l’étendue des réseaux à parcourir, par exemple par un Inspecteur, dans un département (particulièrement vaste dans les zones rurales) .

Une mise en schéma des territoires : représentation des secteurs de recrutement

À une échelleSelon Jacques Lévy, il s’agit « [d’] un rapport de taille entre des réalités géographiques ». (Lévy, Lussault, 2003) plus fine, l’intérêt d’observer un territoire reste de pouvoir identifier chaque couche, chaque échelonSelon Roger Brunet il s’agit « [d’] un niveau d’observation ». (Brunet, Ferras et Théry, 1993) afin de comprendre comment chacun s’articule et influe sur les autres. Dans cette visée nous avons étudié et représenté les aires de recrutement des collèges choisis. Par cette schématisation nous avons pu rendre compte de la complexité des réseaux qui implique parfois des difficultés à gérer les flux d’élèves. Dans des espaces très urbanisés il s’agit par exemple de faire traverser une autoroute à des enfants pour qu’ils se rendent à l’école. En parallèle dans les espaces ruraux il convient d’organiser des transports scolaires afin d’amener les enfants dans des écoles constituées en groupements intercommunaux. C’est-à-dire que certaines classes (Cycle 1-Cycle 2) vont se situer dans une commune A et que le Cycle 3 va se trouver dans une commune b, puisque le manque d’effectifs ne permet de maintenir deux écoles avec un cursus entier/complet. (cf. l'exemple 1 ci-dessous)

Protocole de recherche

Ce travail a été effectué en trois temps avant de parvenir au schéma final (à un instant T). Tout d’abord nous avons observé et recueilli des témoignages oraux lors de réunions de pilotage du réseau. À partir de ces narrations nous avons mis en schémas et en cartes ce que nous avons compris des espaces étudiés.

Nous avons confronté les informations recueillies lors des réunions et des entretiens d’autoconfrontation à celles disponibles sur Géoportail grâce aux fonds de cartes sur le thème Education et Recherche. Ils recensent les établissements scolaires sur un territoire et permettent de géolocaliser les réseaux de notre étude.

GEOPORTAIL MEN   GEOPORTAIL CGET

Les données proviennent à la fois du MEN (Ministère de l’Education Nationale) pour la localisation des établissements scolaires, du CGET (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires) pour la géographie des territoires prioritaires, et de l’IGN (Institut national de l’information Géographique et forestière) pour le fond cartographique.

La dernière étape a consisté à exposer aux acteurs nos schématisations et à les modifier en fonction de leur vécu/de leurs perceptions afin que le schéma final traduise au mieux le point de vue des personnels engagés sur le terrain et le nôtre (observateur extérieur de la situation à un instant T).

Nous proposons à la fin de cette sous-partie deux schématisations anonymées de deux réseaux, après les trois phases d’écoute, de réalisation des schémas et de retouches/reprises. Afin de respecter l’anonymat des personnes, nous ne communiquons pas le fond de carte porteur d’indications géographiques.

Grâce à ces représentations de deux types (cartes du territoire physique, schéma du réseau étudié), il nous a été possible de qualifier chaque réseau d’après son organisation et d’obtenir de ce fait une catégorisation, que nous avons mise à l’épreuve de trois académies à ce jour :

  • rural/urbain
  • récent/ancien
  • dispersé/resserré
  • monocéphale (un collège tête de réseau)/bicéphale (deux collèges têtes de réseau)
  • REP/REP+

NB : ZEP/REP : un changement de dénomination qui change l’approche des espaces considérés. Le passage de la Zone d’Education Prioritaire au Réseau d’Education Prioritaire a eu une incidence également spatiale dans la mesure où on ne s’intéresse plus à un espace dans sa dimension zonale, mais on adopte une approche réticulaire (tout ce qui se rapporte au réseau) qui détermine le réseau comme sa matrice.

Schématiser les liens entre réseau et territoire pour comprendre les contraintes

Exemple 1 : Un REP qui a du mal à se représenter et se vivre

SCHÉMA RÉSEAU 1

Ce schéma a été réalisé par l’équipe de pilotage pour le présenter au conseil école collège. La configuration de ce réseau est complexe. Le territoire du réseau est éclaté sur trois secteurs de recrutement de collège. De plus, le collège REP (collège E) recrute des élèves dans de nombreuses écoles (en vert) hors du réseau. Par conséquent, ces écoles qui sont concernées par le conseil école collège ne sont pas concernées par le projet de réseau et des écoles du réseau sont concernées par le conseil école collège d’autres collèges (collèges F et C). 

Les territoires et les instances ne se superposent pas : cette complexité crée des malentendus dans la manière dont les acteurs de l’équipe de pilotage se représentent l’espace de leurs actions :

Parole de pilotes :

Principal de collège « Le dernier conseil de réseau qu'on a fait : tous ceux qui étaient membres institutionnels on ne les a pas vus et certaines écoles ne se sentaient pas concernées, on ne les a pas vues non plus. A côté de ça, je me dis, c'est un peu frustrant parce que les écoles avec lesquelles on travaille beaucoup (il montre le schéma) elles n'étaient pas là. Pour nous, en fait, travailler sur le conseil école collège c'est plus parlant, ça correspond plus à une réalité que le conseil de réseau qui est plus formel, en fait. Je ne devrais pas dire ça mais le conseil de réseau, je m'en fiche un peu. Ça n'est pas notre quotidien, ça n'est pas notre réalité. »

IEN : « Je n'arrive pas à m'imaginer comment en travaillant sur des temps et des espaces différents on va pouvoir créer une unité et une politique de réseau. »

IEN 2 : « Ma difficulté, c'est de trouver les espaces et la cohérence pour faire travailler des enseignants en éducation prioritaire en inter-degrés. Pour moi, IEN de la circonscription, c'est une question constante : savoir où et dans quel espace je les fais travailler. »

Coordo : « Je suis coordonnateur d'un réseau qui n'existe pas. (...) Les écoles ont été consultées pour écrire un projet de réseau, elles sont invitées au conseil de réseau une fois par an et les directeurs viennent parce qu'ils sont gentils. (...) Le travail commun sur le CEC, c'est le travail des programmes. »

Exemple 2 : un petit REP (1 collège et 5 écoles) dans un Quartier Prioritaire – Politique de la ville

SCHÉMA RÉSEAU 2

Le schéma proposé ci-dessus est une traduction graphique des indications données par les acteurs lors les entretiens menés avec l’équipe de pilotage du réseau ainsi que le site internet de la circonscription. Il apparaît que le REP étudié rassemble uniquement/seulement un collège et 5 écoles. Le choix a été fait, par le principal du collège d’inclure dans le réseau, hormis les 3 écoles REP, l’école DIF et une école hors REP (dite ordinaire), ce qui permet de ne faire qu’une seule instance : le comité de pilotage du REP se confond avec le conseil écoles/collège.

Paroles de pilotes :

Principal : « on essaie de développer les mêmes actions pour toutes les écoles, même celle qui n’est pas en REP, c’est important pour la mixité du collège »
IEN : « en conseil de réseau le principal inclut systématiquement les directeurs des 5 écoles sachant que nous avons 3 écoles en REP, une en DIFF et une en cadre ordinaire parce que les deux écoles hors REP sont très parties prenantes des projets. Ce fonctionnement est ancien notamment parce que deux des écoles qui ont des publics très différents sont très proches géographiquement. »

En effet, le schéma permet de prendre conscience du fait que le territoire support de ce réseau, s’étend en grande partie sur un Quartier Prioritaire de la Politique de la ville. D’après l’INSEE il s’agit de : « territoires d'intervention du ministère de la Ville, définis par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 ».
Notre travail avec les pilotes, dont 2 sur 5 étaient nouveaux, a permis d’alimenter les documents de synthèse sur le réseau qui sont, avec les paroles des acteurs, des passeurs de mémoire. Ils facilitent, en partie, le passage de témoin entre pilotes.

Bibliographie

  • Brunet, Roger/Ferras, Robert/Théry, Hervé, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris 1993.
  • Lévy, Jacques/Lussault, Michel, Le dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris 2003.
  • Plassard, François, Transport et territoire, Paris, 2003.
Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
22/05/2018 "Écrire c'est à la fois calligraphier, copier, encoder et produire" explique Bernadette Kervyn, maitre de conférence à l'université de Bordeaux lors de son intervention en formation de formateurs à l'IFÉ en novembre 2017. Partie prenante de la recherche Lire et Ecrire, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture : encodage, copie différée et production d'écrits.
07/05/2018 Lors de son intervention à l'Institut Français de l'Education, Marie-France Bishop, professeure des universités en sciences de l'Education, spécialiste de didactique du français, à l'université de Cergy Pontoise s’est exprimée sur les résultats de la recherche Lire et Ecrire en ce qui concerne la compréhension en lecture. Marie-France Bishop décline les résultats de la recherche selon trois points de vue, celui des élèves, celui des enseignants et celui des formateurs : - Qu’est-ce que la recherche a observé des difficultés des élèves en compréhension de lecture ? - Qu'est-ce que la recherche a montré de ce que les enseignants enseignent de la compréhension ? - Quelle formation mettre en place pour que la compréhension soit enseignée à tous les élèves de façon efficace ?
04/05/2018 Le 5 et 6 avril 2018 a eu lieu le colloque international EVASCOL sur le thème « École, migration, itinérance : regards croisés ». Ce fut l’occasion d’interroger la place de l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques dans des contextes variés, et plus singulièrement la place de l’histoire et la culture/les cultures des mathématiques. La question d'enseignement à des élèves en situation d'allophonie (EANA=élève allophone nouvel arrivant) permet de travailler les langages qui sont au cœur de l'enseignement et l'apprentissage de la discipline. Tout en prenant en compte la nécessité de différentes modalités de prise en charge des élèves allophones dans une école inclusive, cette question de la confrontation à l'histoire et la culture des mathématiques par la médiation des langages touche tous les élèves, ainsi le propos de cet article cible tous les élèves.
25/04/2018 Le Centre Alain Savary produit des ressources, organise des séminaires et des formations sur la thématique des relations École-Familles. Lors de ces travaux nous avons eu l'occasion de travailler à plusieurs reprises avec l'Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP). L'ouvrage ci-dessous donne un nouvel écho d'une démarche que conduit cette association : les Universités populaires de parents (UPP).
10/04/2018 Réunis à l'IFé pour la deuxième session de la formation "Gérer les élèves "perturbateurs", concevoir des formations pour soutenir les enseignants", les stagiaires ont travaillé - à partir de leur vécu de formateurs et d'accompagnants, de témoignages de formateurs, et d'analyses de vidéos de situations de classe - pour identifier les freins et leviers pour construire des formations.
04/04/2018 Michel Ramos est enseignant/formateur à la faculté d'éducation de l'université de Montpellier (partenaire de l'ESPE) depuis plusieurs années. Il travaille avec ses étudiants et avec les enseignants stagiaires, à partir de vidéos de séquences courtes mettant en scène des enseignants, débutants ou chevronnés. Il témoigne de la difficulté, pour les formateurs comme pour les enseignants, de conduire un travail d'analyse et affirme la nécessité de se doter d'outils collectifs pour se prémunir de la tendance au jugement.
30/03/2018 Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr