Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / Actualités / Écoles et quartiers... un quizz interactif

Écoles et quartiers... un quizz interactif

Par Stéphane Kus publié 12/06/2013 20:00, Dernière modification 14/04/2016 12:05

Consigne : lisez attentivement ce texte puis choisissez parmi les 3 réponses proposées sa date de publication. Vous pourrez ensuite retourner l'écran de votre ordinateur pour découvrir la bonne réponse.

 

Depuis quelques années, les notions de projet éducatif, de projet de zone, de liaison école et quartier font leur chemin. C'est principalement dans les zones ou les villes à dominante ouvrière qu'elles sont traduites en actes. Cet ouvrage collectif s'est intéressé à ces nouvelles façons d'aborder l'échec (ou la réussite) scolaire. Jusque-là, chaque institution concernée par l'échec et les difficultés d'apprentissage ne recherchait que des solutions à l'intérieur de ses propres murs. L'École a multiplié les classes spéciales, les structures d'aide psycho-pédagogique, les groupes de niveau, les séquences de soutien... Les services psycho-médicaux ont répondu pendant des décennies par des rééducations et des psychothérapies individuelles. Et puis, au début des années 1980, vint le temps des approches dites localisées ou territoriales. La politique des zones d'éducation prioritaires puis celles du développement social des quartiers ont préconisé le partenariat, la collaboration entre les diverses instances éducatives s'adressant à un même public, la mise en cohérence et l'articulation des actions engagées sur un même territoire. Simultanément, une forte demande de participation est exprimée par de nombreux « partenaires » de l'École : parents, collectivités locales, professionnels de l'éducation, entreprises. 

(...)

L'expression « quartier populaire » est souvent synonyme de zone défavorisée, site en difficulté, poche de pauvreté. Elle peut aussi parfois désigner un ensemble de ressources et de mobilisations locales : élus, services municipaux, équipes de professionnels, associations, équipements, entreprises.

Mais il ne suffit pas de faire appel à des forces - financières, matérielles, humaines - extérieures à l'Education nationale pour renverser le cours des choses. 

(...)

En examinant les relations école/quartier poulaire, nous nous sommes d'abord attachés aux conditions de la réussite scolaire dans les zones d'habitat social. Mais nous avons été aussi amenés à observer l' impact de l'action scolaire et pédagogique sur l'environnement. Nous avons ainsi commencé à étudier le rôle de l'école dans le (re)développement des quartiers fragiles ou défavorisés.

(...)

Pour nous, « travailler autrement » c'est deux choses : s'engager sur la voie de la pédagogie socio-cognitive et participer au processus de développement du quartier. Les enseignants sont alors des socio-pédagogues, c'est-à-dire des professionnels travaillant en équipe, collaborant avec des intervenants extérieurs, dialoguant avec les usagers, agissant en complémentarité avec les instances éducatives et culturelles sur un espace bien plus vaste que celui de la salle de classe. 

(...)

On voit même naître de nouveaux postes reconnus (plus ou moins selon les endroits) par les autorités de l'Education nationale (...) Réciproquement, de « nouveaux métiers » de l'éducation apparaissent à l'initiative de municipalités, d'équipes du développement des quartiers, d'organismes sociaux ou d'associations (...) Le développement et la mise en réseau de ces nouvelles qualifications, dans et hors l'Education nationale, nous semblent des facteurs capitaux de l'efficacité pédagogique dans les zones populaires.

Comment les stratégies école/quartier, comment les nouvelles professionnalités que nous venons de présenter peuvent-elles se consolider et se généraliser ? On ne saurait parler de stratégie (quelle approche, quelles orientations, quelles façons de faire et de penser) en omettant la logistique (quelles mesures pour soutenir les initiatives, quel accompagnement du changement). Un peu partout, nous avons vu et nous ne sommes pas les seuls des acteurs locaux surchargés de travail, essoufflés, démobilisés, se plaignant du manque de moyens et de reconnaissance institutionnelle. C'est toute la question immense du management - comment gérer ces transformations institutionnelles, comment organiser le travail, comment faire fonctionner le système autour de nouvelles priorités - que nous aborderons ailleurs. Contentons-nous ici de quelques brèves remarques.

  • «Travailler autrement » se réduit vite à « travailler plus » si l'on ne dispose pas de moments et de lieux de rencontres, d'échanges, de concertation, d'évaluation et de formation conjointes.
  • « Travailler autrement » ne concerne pas les seuls praticiens du terrain. Cette formule vaut également pour les services adminis-tratifs et les personnels d'encadrement. Le fait que les circulaires ministérielles incitent à établir des projets d'établissement, des programmes de zone, des contrats de ville implique que l'admi-nistration se transforme en administration de projets. Elle ne peut plus se contenter de gérer les postes et les moyens comme il y a plus d'un demi-siècle ; elle devrait être de plus en plus le garant, la force d'appui et la régulatrice des projets locaux et des actions école/quartier. Cela suppose en particulier que les notions de projet et de contrat ne soient pas réservées aux acteurs de terrain mais deviennent les règles du fonctionnement administratif.
  • « Initiatives locales », « approches localisées » des processus scolaires, « autonomie » des établissements font partie du voca-bulaire des décideurs de l'Education Nationale depuis quelques années. Mais dans les sites difficiles, lorsque les relais institutionnels font défaut, les dérives sont fréquentes : isolement des innovateurs, activisme tous azimuts, écoles à petite vitesse déconnectées des objectifs nationaux. Une gestion molle de ces politiques nouvelles conduirait dans les faits à abandonner ces terrains à leur sort et à se reposer sur la seule bonne volonté des acteurs locaux. La mobilisation de l'ensemble de « la machine » Éducation nationale - notamment au niveau des échelons et structures intermédiaires - nous semble l'une des clés du succès.

Mais ce n'est pas la seule. Pour « renverser la vapeur » dans les quartiers défavorisés, il ne suffit pas d'innover, de transformer les usages organisationnels et administratifs, de généraliser les procédures contractuelles entre « gens du terrain » et « pouvoirs institutionnels », d'engager les différentes structures de l'Éducation nationale dans le « soutien » aux opérations école/milieu local. Les « zones difficiles », souvent rejetées et dénigrées, ont besoin de plus. Pour changer leur image de marque, pour leur redonner de la vitalité, des changements structurels « spectaculaires » paraissent indispensables.

(...)

Réponse A : 1998

Réponse B : 2012

Réponse C : 1989

 
réponse
titre auteurs éditeurs
 

lire le texte intégral

 

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
07/01/2019 Vous êtes toujours plus nombreux à visiter le site du centre Alain-Savary, et c’est pour nous un moteur supplémentaire pour 2019. Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez aux ressources publiées.
04/01/2019
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Émilie et Élisabeth conduisent le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elles en font une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
04/01/2019 Émilie travaille en atelier avec un groupe de cinq élèves de PS et MS volontaires. Ils ont des cubes emboitables et doivent reconstruire une tour de la même hauteur que celle que la maitresse a cachée sous la boite.
04/01/2019 Comme chaque mardi en fin de journée, Émilie et Élisabeth décloisonnent leurs classes. Les élèves de PS sont réunis dans la salle d'Élisabeth qui conduit un atelier avec cinq d'entre eux. Trois monstres veulent partir en vacances, le tapis volant sera-t-il adapté à la situation ?
04/01/2019 Comme chaque mardi sur ce créneau horaire, les vingt-cinq élèves de MS d'Émilie et Élisabeth sont réunis pour une séance de résolution de problème. Les enseignantes alternent pour conduire ces séances qui ont lieu deux fois par semaine. Aujourd'hui c'est Émilie qui conduit l'activité pendant qu'Élisabeth travaille la situation "des monstres" avec les élèves de PS...
04/01/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017, Élisabeth et Émilie conduisent la même activité en "miroir", chacune dans sa classe. Elles ont fabriqué les supports de travail ensemble, scénarisé l'activité ensemble, leurs objectifs d'apprentissage sont les mêmes, etc. Comparaison de deux manières de faire.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
17/07/2018 Responsable du service "Veille & Analyses" de l'IFÉ, Olivier Rey précise à quelles conditions il lui semble possible de réformer le système éducatif. Il s'appuie sur le dossier qu'il a réalisé, pour rendre accessibles les résultats des recherches internationales sur la question.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr