Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / Les journées d'étude 2014-2015 / Conclusion : L'accompagnement à la scolarité, travailler sur le réel pour avancer vers le souhaitable

Conclusion : L'accompagnement à la scolarité, travailler sur le réel pour avancer vers le souhaitable

Par Stéphane Kus publié 07/07/2015 17:15, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Journées d'étude "Questions vives du partenariat et réussite éducative. Quelles collaborations locales et institutionnelles pour améliorer l’accompagnement à la scolarité ?"

 

"Historiquement le partenariat dans les quartiers prioritaires s’est construit autour de dispositifs qui venaient financer des actions "en plus" pour ceux qui auraient "moins". Le problème de ce "plus", c’est qu’il n’interroge que rarement le fonctionnement ordinaire des institutions de "droit commun", que ce soit l’école ou les services éducatifs mis en place par les collectivités. On passe du coup beaucoup de temps "partenarial" à construire des actions qui tentent de panser les inégalités produites par les institutions, en se préoccupant rarement de penser la manière dont on pourrait réduire ces inégalités produites en faisant évoluer leurs fonctionnements ordinaires. Par exemple, que d’énergie dépensée depuis plus de trente ans autour de l’accompagnement à la scolarité et de "l’aide aux devoirs", sans que les devoirs, comme pratique produisant de l’inégalité de réussite scolaire, soient interrogés."

Voici ce que nous écrivions en conclusion du rapport du séminaire 2012-2013.

Ces journées d'étude ont donc pris comme objet de travail cette "vieille" question de l'accompagnement à la scolarité en essayant de tenir le pari de prendre en compte à la fois les difficultés des enfants et de leurs parents dans leur rapport à l'école, les difficultés des (nombreux) professionnels qui travaillent à les "accompagner", et les difficultés des responsables de chaque institution à piloter ensemble ce que chacun fait sur cette question, pour sortir de la seule "gestion" de l'existant et lui redonner son sens initiale de lutte contre les inégalités scolaires.

Ces deux jours ont certes esquissé ce que pourrait être un "souhaitable" de l'accompagnement à la scolarité :

  • avec une école qui se ré-approprierait la question des devoirs sous la forme d'un apprentissage progressif du travail personnel par les élèves tout au long de leur scolarité ;
  • avec des accompagnants formés qui pourraient aider les enfants des milieux populaires à construire un rapport personnel et "désirable" aux savoirs de l'école dans des activités de découverte et de partage non-scolaires ;
  • avec des accompagnants qui pourraient à la fois soutenir les parents dans leur rapport à l'école et soutenir les enseignants dans leur relations aux parents ;
  • avec différents métiers d'éducateurs (enseignants, animateurs, ATSEM, référents de la Réussite Educative, etc.) qui peuvent travailler à comprendre comment les autres peuvent contribuer différemment à un même objectif collectif de réussite scolaire.
Mais le souhaitable ne se réalise jamais par le seul pouvoir performatif d'un décret ou d'un dispositif. Il demande aux différents responsables locaux de travailler aussi à comprendre les raisons qui font que le réel est ce qu'il est :
  • la sous-traitance des devoirs à l'extérieur de la classe renvoie à des problèmes structurels de l'organisation de l'école (articulation entre exigences des programmes, modalités dominante de travail des enseignants et des élèves dans une organisation du temps contrainte), tout autant qu'à des enjeux relationnels avec les familles (les attendus supposés réciproques des parents et des enseignants sur ce que l'autre devrait faire) ;
  • l'externalisation et l'individualisation du traitement de la difficulté scolaire renvoie à la difficulté des enseignants (et des cadres et formateurs de l'institution scolaire) à comprendre la nature des difficultés scolaires (notamment des élèves de milieu populaire) et à sortir des modèles éducatifs de type "diagnostic/remédiation" ;
  • les logiques de recherche de financements, dans un contexte où les moyens se raréfient et se précarisent à travers les appels à projets, peuvent transformer les dispositifs en guichets lorsque le sens et de la réflexion partagée qu'ils sont censés porter font défaut ;
  • l'agenda politique des réformes, comme pour celle des rythmes, peut parfois se faire au détriment de la concertation et de la préparation bien en amont des changements à opérer.
  • les logiques institutionnelles et professionnelles sont difficiles à décloisonner - et c'est aussi en partie normal - ce qui fait que le travail en partenariat est souvent vécu comme à la marge, voire en plus, du travail ordinaire.

C'est aussi en se donnant les moyens de comprendre et de se dire pourquoi chacun fait ce qu'il fait, qu'on a des chances d'arriver à construire collectivement les conditions pour faire un peu mieux ce qu'on n'arrive pas encore à faire :

"N’importe quel travailleur, n’importe qui d’entre nous sent que le désir brûle de ce côté là : dans l’effort pour chercher ensemble à faire ce qu’on n'arrive pas encore à faire, à dire ce qu’on n'arrive pas encore à dire." 

Yves Clot, Re-créer le travail, Intervention aux États généraux de la Culture. Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 15 Novembre 2004


S. Kus, juillet 2015

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
22/09/2017 Présentation des premiers résultats de l’enquête ReDISCO réalisée en 2016 et 2017 en France, en collège. Éléments de comparaison avec le Brésil, le Québec et la Suisse. Recherche subventionnée par la Dilcrah, l’université Lyon 2 et l’ENS-Ifé.
22/09/2017 Deux équipes pluridisciplinaires en lycée professionnel, avec des contextes contrastés, se sont mis au travail sur la question des relations avec les parents de leurs élèves. Qui sont ces parents ? Pourquoi et pour quoi chercher à entrer en relation avec eux ? Comment s’y prendre ?
22/09/2017 Suite à la présentation de dispositifs et de récits d'expériences dans deux lycées professionnels, Aziz Jellab, sociologue et inspecteur général de l'Éducation nationale analyse les enjeux des relations avec les familles et donne des pistes de travail pour les équipes.
23/08/2017 « Ce qui se joue de plus intéressant dans le développement langagier c’est ce qui se fait en dehors des activités pointées « langage » dans le continuum des domaines d’apprentissage ». Entre langage ordinaire, langage scolaire et langages disciplinaires, Yves Soulé,  formateur à l’ESPÉ de Montpellier en didactique du langage, déplie les difficultés que l’enseignement de l’oral représente et propose des pistes de formation pour les formateurs, dans une conférence qui s’est tenue le 23 mars 2017 à l’IFÉ.
23/08/2017 A partir de son expérience de formateur dans l'enseignement spécialisé, Baptiste Caroff considère que c'est l'observation précise et collective des situations perturbées qui peut donner aux enseignants des clefs pour agir efficacement sur le climat de classe et les apprentissages.
25/07/2017 Cet écrit est un texte collectif né du bilan de la formation des enseignants surnuméraires (M+) sur le département du Puy-de-Dôme (63), communiqué par Marc Daguzon, enseignant-chercheur à l'ESPE de Clermont-Auvergne. Pour ces enseignants, le point fort du dispositif est dans l'espace ouvert pour questionner chacun de ceux qui y participent (maîtres titulaires, M+ et accompagnateurs du dispositif) sur ses pratiques au jour le jour et de les mettre en question. Et ils en parlent bien...
03/07/2017 Au-delà des constats récurrents sur les problèmes posés par les devoirs à la maison aux élèves, à leurs parents, aux accompagnateurs, mais aussi (et on en parle moins) aux enseignants, les nouveaux programmes prescrivent de manière cohérente entre le cycle 2, le cycle 3 et le cycle 4, l’apprentissage progressif en classe de l’autonomie dans le travail personnel des élèves. Ce texte propose d’esquisser quelques pistes pour les formateurs afin qu’ils puissent accompagner les équipes à intégrer progressivement dans le réel des classes ces nouvelles prescriptions. Version 2 - juillet 2017
03/07/2017 Le centre Alain-Savary propose cinq grandes directions que les formateurs peuvent utiliser quand ils conçoivent une formation. Nombre de formateurs nous disent que cet outil leur est utile. Pour autant son usage ne va pas de soi. Tour d’horizon des points de vigilance pour le formateur.
03/07/2017 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 5 - Juillet 2017, avec un nouveau chapitre sur les cinq directions pour la formation continue.
18/06/2017 Améliorer l’école pour qu’elle fasse mieux réussir tous les élèves ? Assurément. Mais comment ? Appliquer « les pratiques qui ont fait leurs preuves » ? Anthony Bryk, président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, aux Etat-Unis, propose une synthèse explosive : un modèle systémique qui converge avec d’autres résultats énoncés par Hopkins, Snow, Spillane, Scott, Levin & Fullan sur les conditions de l’action publique efficace. Une proposition dans laquelle de nombreux courants de recherche francophone pourraient se retrouver...
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr