Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Partenariats / Les journées d'étude 2014-2015 / Conclusion : L'accompagnement à la scolarité, travailler sur le réel pour avancer vers le souhaitable

Conclusion : L'accompagnement à la scolarité, travailler sur le réel pour avancer vers le souhaitable

Par Stéphane Kus publié 07/07/2015 17:15, Dernière modification 14/04/2016 12:05
Journées d'étude "Questions vives du partenariat et réussite éducative. Quelles collaborations locales et institutionnelles pour améliorer l’accompagnement à la scolarité ?"

 

"Historiquement le partenariat dans les quartiers prioritaires s’est construit autour de dispositifs qui venaient financer des actions "en plus" pour ceux qui auraient "moins". Le problème de ce "plus", c’est qu’il n’interroge que rarement le fonctionnement ordinaire des institutions de "droit commun", que ce soit l’école ou les services éducatifs mis en place par les collectivités. On passe du coup beaucoup de temps "partenarial" à construire des actions qui tentent de panser les inégalités produites par les institutions, en se préoccupant rarement de penser la manière dont on pourrait réduire ces inégalités produites en faisant évoluer leurs fonctionnements ordinaires. Par exemple, que d’énergie dépensée depuis plus de trente ans autour de l’accompagnement à la scolarité et de "l’aide aux devoirs", sans que les devoirs, comme pratique produisant de l’inégalité de réussite scolaire, soient interrogés."

Voici ce que nous écrivions en conclusion du rapport du séminaire 2012-2013.

Ces journées d'étude ont donc pris comme objet de travail cette "vieille" question de l'accompagnement à la scolarité en essayant de tenir le pari de prendre en compte à la fois les difficultés des enfants et de leurs parents dans leur rapport à l'école, les difficultés des (nombreux) professionnels qui travaillent à les "accompagner", et les difficultés des responsables de chaque institution à piloter ensemble ce que chacun fait sur cette question, pour sortir de la seule "gestion" de l'existant et lui redonner son sens initiale de lutte contre les inégalités scolaires.

Ces deux jours ont certes esquissé ce que pourrait être un "souhaitable" de l'accompagnement à la scolarité :

  • avec une école qui se ré-approprierait la question des devoirs sous la forme d'un apprentissage progressif du travail personnel par les élèves tout au long de leur scolarité ;
  • avec des accompagnants formés qui pourraient aider les enfants des milieux populaires à construire un rapport personnel et "désirable" aux savoirs de l'école dans des activités de découverte et de partage non-scolaires ;
  • avec des accompagnants qui pourraient à la fois soutenir les parents dans leur rapport à l'école et soutenir les enseignants dans leur relations aux parents ;
  • avec différents métiers d'éducateurs (enseignants, animateurs, ATSEM, référents de la Réussite Educative, etc.) qui peuvent travailler à comprendre comment les autres peuvent contribuer différemment à un même objectif collectif de réussite scolaire.
Mais le souhaitable ne se réalise jamais par le seul pouvoir performatif d'un décret ou d'un dispositif. Il demande aux différents responsables locaux de travailler aussi à comprendre les raisons qui font que le réel est ce qu'il est :
  • la sous-traitance des devoirs à l'extérieur de la classe renvoie à des problèmes structurels de l'organisation de l'école (articulation entre exigences des programmes, modalités dominante de travail des enseignants et des élèves dans une organisation du temps contrainte), tout autant qu'à des enjeux relationnels avec les familles (les attendus supposés réciproques des parents et des enseignants sur ce que l'autre devrait faire) ;
  • l'externalisation et l'individualisation du traitement de la difficulté scolaire renvoie à la difficulté des enseignants (et des cadres et formateurs de l'institution scolaire) à comprendre la nature des difficultés scolaires (notamment des élèves de milieu populaire) et à sortir des modèles éducatifs de type "diagnostic/remédiation" ;
  • les logiques de recherche de financements, dans un contexte où les moyens se raréfient et se précarisent à travers les appels à projets, peuvent transformer les dispositifs en guichets lorsque le sens et de la réflexion partagée qu'ils sont censés porter font défaut ;
  • l'agenda politique des réformes, comme pour celle des rythmes, peut parfois se faire au détriment de la concertation et de la préparation bien en amont des changements à opérer.
  • les logiques institutionnelles et professionnelles sont difficiles à décloisonner - et c'est aussi en partie normal - ce qui fait que le travail en partenariat est souvent vécu comme à la marge, voire en plus, du travail ordinaire.

C'est aussi en se donnant les moyens de comprendre et de se dire pourquoi chacun fait ce qu'il fait, qu'on a des chances d'arriver à construire collectivement les conditions pour faire un peu mieux ce qu'on n'arrive pas encore à faire :

"N’importe quel travailleur, n’importe qui d’entre nous sent que le désir brûle de ce côté là : dans l’effort pour chercher ensemble à faire ce qu’on n'arrive pas encore à faire, à dire ce qu’on n'arrive pas encore à dire." 

Yves Clot, Re-créer le travail, Intervention aux États généraux de la Culture. Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 15 Novembre 2004


S. Kus, juillet 2015

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
18/06/2019 Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.
28/05/2019 Dans la filiation d'Henri Wallon et de Lev Vygotski, Jean-Yves Rochex, professeur en Sciences de l'éducation à l'Université Paris 8 Saint-Denis, définit le rôle de l'école dans le développement de l'enfant, ainsi que des concepts utiles à l'enseignement et à la formation des enseignants : expliciter, triple autorisation, norme et normativité, zone proximale de développement (ZPD), etc.
12/04/2019 Ce module de formation propose d'analyser avec un groupe d'enseignants une pratique de résolution de problème en Moyenne Section. À partir d'une photo et d'un extrait vidéo, le collectif est amené à repérer dans ce que fait la maitresse, ce qui peut outiller les élèves pour construire du langage mathématique et structurer la pensée. Comment distinguer les buts de la tâche, des objectifs d'apprentissage ? Quels sont les "savoirs invisibles" qui sont nécessaires pour réussir la tâche ?
12/04/2019 Comment s'emparer des erreurs des élèves dans les situations d'apprentissages ? Pour en faire quoi ? Ce module de formation traite de la question des régulations didactiques au cœur des séances d'apprentissage au cycle 1.
12/04/2019 Quelles consignes pour favoriser quelles activités cognitive et langagière des élèves ? Que faut-il expliciter ou laisser dans l'ombre ? Quels indicateurs langagiers (verbaux et non verbaux) prélever pendant la séance pour savoir si les élèves sont en train d'apprendre, savent déjà, sont encore loin des objectifs d'apprentissages ciblés ? Ce module tente de répondre à ces questions en analysant l'activité conjointe d'une enseignante de PS et celle de ses élèves.
11/04/2019 Comment accompagner une équipe de collège REP+ pour mieux gérer les situations de crise dans la classe mais aussi au sein de l’établissement ? Marie-Bénédicte Duprat et Éric Jourdain, FEP en Corse, présentent le dispositif des "cafés pédagogiques"
08/04/2019 Les deux inspections générales ont commis un rapport sur la formation continue des enseignants du 2nd degré publié en mars 2019. Le document s’organise en deux parties : d’abord un ensemble de constats et de points critiques sur l’état de la formation, ensuite une proposition d’orientation nette vers un changement de paradigme : d’une formation (descendante et hors-sol) vers le développement professionnel et personnel des enseignants en contexte.
01/04/2019 Clémence Jacq est chargée d'études à la Chaire UNESCO-IFÉ. Avec Luc Ria, ils ont construit cette grille pour en faire un outil au service du pilotage. Conçue à partir d'éléments théoriques et de l'observation d'un collectif émergeant dans un collège REP+, cette grille permet de comprendre et analyser les conditions de la transformation d'un collectif de professionnels pour orienter leur travail.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr