Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ecole-Familles / Dispositifs et pratiques / Nouer des liens avec les parents d'élèves allophones

Nouer des liens avec les parents d'élèves allophones

Par Marie-Odile Maire Sandoz publié 30/03/2018 09:45, Dernière modification 05/06/2018 17:01
Françoise Estival est une professeure des écoles expérimentée qui exerce dans la Drôme. Depuis 2002 elle a une mission d’accueil et d’accompagnement de parcours de scolarisation d’élèves allophones nouvellement arrivés au sein du dispositif UPE2A. Dès le départ, cette enseignante a rapidement constaté que le temps dédié à l’apprentissage de la langue française et celui de l’accompagnement dans le processus d’acculturation à l’école étaient bien insuffisants. Elle a alors fondé une association Faciliter le langage aux enfants (FLE).

estivalL’association Faciliter le langage aux enfants (FLE) existe depuis une quinzaine d’années. Si l’intention d’origine était de pallier les manques de l’institution scolaire, ce qu’il en est advenu dépasse ce qui peut être fourni par l’école. Le principe fondateur est le lien avec l’enfant, le lien avec la famille : « C’est un lien dans la difficulté à faire des liens quand on arrive, c’est une possibilité de socialisation. » 

Le dispositif associatif

Tous les élèves allophones nouvellement arrivés sur la circonscription de Françoise Estival, quelles que soient leurs origines migratoires, leur raison de migrer ou leur origine sociale, en bénéficient. Concrètement cela se passe après la classe en trois temps, sur la base du volontariat : goûter, reprise des apprentissages en binôme – un adulte/un enfant –,  activités collectives pour favoriser la socialisation.

L’accompagnement se fait dans l’école où est scolarisé l’élève avec son parent qui le rejoint, autant que faire se peut, au moment de la prise en charge de son enfant par le bénévole. Pourquoi à l'école ? Quand le bénévole allait dans la famille, il était happé par de multiples problèmes familiaux et il n’avait plus le temps de s’occuper de l’enfant. Une convention a donc été signée entre l'association, la commune et l'éducation nationale.

lectureL’association ne se substitue pas aux parents. Elle lance les pistes pour qu'ils s’emparent à leur mesure de la scolarité de leur enfant à travers tous les outils proposés. L’adulte dédié est un bénévole qui établit une relation avec l’enfant différente de celles de l’enseignant et des parents, c’est « un accueillant du pays ». "Son travail d’étayage est une traduction vers un autre codage culturel. Il a une position d’intermédiaire, de médiateur, de passeur. Il occupe une place de tiers entre école et famille, c’est une personne ressource qui joue un rôle d’interface entre deux mondes".

Comme il ne s’occupe que d’un seul enfant, il lui est possible de faire un lien spécifique avec la famille. En effet, les parents en situation de migration récente ont besoin, comme leurs enfants, de temps pour apprendre à communiquer en français et se familiariser avec les exigences des institutions françaises en l’occurrence, ici, du système scolaire avant de pouvoir assurer de nouveau le suivi de leurs enfants : « ils ont été parents d’élève ailleurs et ils vont continuer à l’être ici ».

La plupart des bénévoles sont des étudiants et de jeunes retraités qui ne viennent pas forcément de l’éducation nationale. Le recrutement s’effectue par bouche à oreille, après une rencontre individuelle avec la présidente de l’association, des temps d’observation, puis un engagement si affinité.

Françoise Estival, outre les aspects organisationnels, forme les bénévoles à la didactique du français langue seconde (FLS) et assure la cohérence pédagogique entre les apprentissages et l’accompagnement scolaire. Elle travaille aussi à l’intérêt pour les écoles de prendre au sérieux le travail des bénévoles. Ainsi, lorsque des équipes éducatives se réunissent, les parents, s’ils le souhaitent, peuvent être accompagnés du bénévole. "C’est au bénéfice tant des professionnels que de l’enfant et de ses parents".

Avant tout nouer des liens par la reconnaissance

arbrePour reprendre les mots du sociologue Pierre Périer, « les conditions de possibilité pour construire la confiance nécessaire », pour avancer dans le processus, « passe par un acte de reconnaissance ». En effet, parfois, l’école attend que les parents viennent à l’école sous certaines conditions, à travers certains filtres et normes, au risque d'un effet de jugement de conformité - ou non - selon les attitudes des parents. 

La démarche de l’association FLE, qui consiste d’aller vers les parents, est un acte de reconnaissance de leur légitimité, condition préalable à la construction d’une relation de confiance. Concrètement, il s’agit d’aller vers le parent là où il en est de ses connaissances sur l’école française : s’il ne sait pas ce que veut dire CE1 on va lui expliquer, un cahier du jour, ce que signifie d’avoir 8/10, et tout ce qui concerne la culture scolaire locale. Le parent a le droit de savoir, explique FE, et on va lui expliquer. Les familles ont besoin de savoir ce à quoi elles doivent s’attendre avec l’école, avoir en main le plus d’éléments possibles de la connaissance de l’école. Des choses toutes simples, déterminantes au moment de l’accueil puis tout au long du chemin car l’école n’est pas facile à comprendre, il y a souvent des contradictions.

Symboliquement, c’est une approche de la rencontre qui prend en compte le parent réel, sans jugement et l’accompagne et le rend légitime dans son rôle de parent d’élève. L’étayage sécurisant dans une relation duelle, ajustée aux besoins de l’enfant et de ses parents, libère du poids de jugements stigmatisant, insécurisant, et favorise les questionnements et les explications de toute sorte dans un dialogue bienveillant.

Les stratégies d’étayage ne se conçoivent que dans la perspective d’un désétayage, au moment où l’élève et ses parents sont en capacité de poursuivre le processus de "métissage culturel scolaire" de manière autonome.

Atelier de lectures

Les activités collectives s’organisent selon différentes modalités : certaines très ponctuelles et de courtes durées, d’autres  prennent la forme de véritables projets.

mainsC'est le cas de l'atelier de lectures partagées entre enfants et parents : « je fais avec l’association tout ce que je ne peux pas faire dans le cadre scolaire, en particulier tout ce qui concerne la langue avec les parents » explique FE. « c’est un atelier de lectures plurilingues avec des albums sur le principe du sac d’histoire. On a monté notre bibliothèque plurilingue avec des livres, des albums bilingues ou trilingues. Un livre va dans chaque famille, on essaie que ce soit des histoires traditionnelles connues, y reste deux semaines avec la consigne aux parents de le lire à leurs enfants. Après il revient et là on invite les parents, les enfants et les bénévoles. On fait des petits groupes qui reparlent de l’histoire et puis qui ensuite la présente au grand groupe. Il y a un temps de lecture et puis un temps pour regarder la calligraphie de la langue.

Ce qui m’impressionne beaucoup c’est quand un adulte lit dans sa langue, la qualité d’écoute des autres qui souvent ne comprennent rien. Waouh ! Quel respect ! Il y a quelque chose qui se passe. C’est toujours très touchant, cette grande qualité d’écoute de la langue différente, même si elle n’est pas comprise, assez surprenant même. »

C’est également, dans son esprit, un dispositif de valorisation des langues familiales. Grâce aux prêts aux enseignants de livres de cette bibliothèque, la même démarche est reprise dans certaines classes avec tous les élèves.

Travailler sur des aspects bilingue, plurilingue, sur des rencontres interculturelles, faire de la place aux langues de l’enfant, à son passé scolaire, culturel, permet de (ré)concilier le continuum biographique des enfants et des familles. Sur le plan symbolique, deux intérêts majeurs : 

  • d’une part l’enfant réel et ses parents vont être reconnus dans ce qu’ils sont, dans la société et par l’école. Cela lui permet de concilier ce qu’il était avant avec ce qu’il est et fait maintenant et comment il se projette sur sa vie d’après ;
  • d’autre part, cela permet à l’enfant de (ré)concilier tous les espaces qu’il vit : le moment de l’école, les copains, la famille, d’autres groupes. Ce travail mobilisant les langues de différents univers permet de donner à l’enfant une cohérence sur l’ensemble de son histoire et à l’instant T de son histoire.

Toutes ces démarches à l’initiative de Françoise Estival sont reliées en un réseau d’actions. Elles fournissent à l’élève et ses parents une palette de points d’appui dans ce passage délicat vers un cheminement autonome d’un parcours de scolarisation dans le système français. Pas de hiatus, pas de trahison, pas de blessure entre ce qu’il vit à l’école, à la maison, pas d’endroit qu’il est obligé de cacher. S’il veut taire, c’est son droit mais il n’est pas obligé de cacher ce qu’il vit dans sa famille. Ce qui est permis à l’enfant et sa famille c’est d’exister sans honte, sans trahison, sans déloyauté parce que c’est proposé et ça se fait.

Il reste à donner à d’autres des raisons d’envisager cela parce que c’est efficace !

c-goiCécile Goï - L'altérité en éducation : les élèves allophones nouvellement arrivés

Suite à la présentation de ce dispositif, Cécile Goï, professeure d'université en socio-linguistique et didactique des langues à Orléans-Tours, analyse les enjeux des relations avec les parents d'élèves allophones.

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
11/09/2018 Patrick Picard, membre de l'équipe puis responsable du centre Alain Savary – IFÉ, de 2010 à 2018, a développé, transformé, dynamisé, impulsé, coordonné le travail de l’équipe de ce centre dédié, in fine, à la réduction des inégalités et à la réussite des élèves scolarisés dans les territoires et établissements confrontés à d’importantes difficultés sociales et scolaires.
05/09/2018 Ce module de formation s'intéresse à un moment-clé de l'enseignement/apprentissage des mathématiques où l'enseignant propose une consigne de travail à la classe pour réaliser une tâche. Il a pour objectif de mettre en discussion ce qu'on met derrière le terme d'"explicitation" et de repérer des manières de faire plus ou moins efficaces en fonction du projet didactique de l'enseignant.
03/09/2018 Cette publication "Relations École-Familles de la maternelle au lycée" est le résultat de travaux conduits en séminaire par des praticiens, des formateurs et des chercheurs à partir de dispositifs pérennes qui ont fait leur preuve sur plusieurs années. C'est une ressource qui permet de nourrir l'action et la réflexion sur les relations entre enseignant(s)-parent(s), École et Familles de milieux populaires.
23/08/2018 Stéphane Kus quitte le Centre Alain-Savary. Sa contribution sur les dossiers des discriminations, du travail de l'élève, du partenariat ou du pilotage de l'éducation prioritaire fut essentielle.
17/07/2018 Responsable du service "Veille & Analyses" de l'IFÉ, Olivier Rey précise à quelles conditions il lui semble possible de réformer le système éducatif. Il s'appuie sur le dossier qu'il a réalisé, pour rendre accessibles les résultats des recherches internationales sur la question.
02/07/2018 Faut-il travailler des catégorisations de problèmes en formation et/ou dans la classe avec les élèves ? Si oui, lesquelles ? Intérêts/limites de ce travail ? Et la schématisation, quel rôle joue-t-elle dans l'enseignement de la résolution de problèmes en mathématiques ? Ces questions préoccupent les formateurs et les enseignants. Le Centre Alain Savary a sollicité les points de vue de chercheurs en didactique des mathématiques et en psychologie cognitive pour tenter de comprendre où sont les controverses.
28/06/2018 Dans l'académie de Versailles, des formateurs "Education Prioritaire" sont sollicités par un lycée pour travailler la question du travail personnel. Bien que ce soit "hors réseau", ils relèvent le défi à partir d'une observation précise de l'ordinaire du travail des enseignants et des élèves.
19/06/2018 Conseillers pédagogiques à Cluses (74), Aude Valéro et Eric Sonzogni ont mis en place les conditions de l'accompagnement et de l'évaluation du travail mis en oeuvre avec les écoles travaillant dans le cadre du dispositif "Plus de maitres que de classes". Verdict en graphiques.
02/06/2018 En quoi les propos d’un sociologue de l’action publique peuvent-ils rejoindre les préoccupations des formateurs et des pilotes ? Xavier Pons s’intéresse à la façon dont les politiques conçoivent et mettent en oeuvre des réformes, et donc cherche à comprendre les relations entre les acteurs. En plongeant dans les vingt dernières années de politiques éducatives, il nous livre des clés tout à fait utiles pour comprendre et agir au présent.
30/05/2018 A vos agendas ! Les formations du centre Alain-Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, qui souhaitent y participer. Les formations ont lieu à l’IFE 19 allée de Fontenay 69007 Lyon. Elles sont destinées à soutenir et outiller les professionnels en charge de construire des espaces de formation, d'accompagnement et de travail collectif des personnels enseignants et éducatifs.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr

Référentiel de l'EP

logoEP.gif A travers un tableau de ressources pour vos formations, l'équipe du centre Alain-Savary vous propose des pistes pour avancer sur la mise en oeuvre du référentiel de l'Education prioritaire.

Accéder au tableau...

Publications

Toutes nos publications

publications

Dernière publication :

Relations école-familles de la maternelle au lycée

Analyses, ressources et outils

livret-parents 

(PDF - 26,6 Mo - 84 pages)

Vidéos : Les grands témoins du centre

grand-temoin-casUne collection de vidéos, qui va s'enrichir au fil du temps, de chercheurs et de praticiens dont les discours nous semblent pouvoir aider chacun à penser autour des difficultés des élèves, des enseignants et des pilotes dans l'Ecole.

Parcours de formation

parcours hybrides

A travers ces parcours, le centre Alain-Savary propose aux formateurs des ingénieries de formation "hybride" autour d'un sujet. Chacun d'eux comprend à la fois des ressources théoriques pour les formateurs, une proposition d'ingénierie, des supports de travail pour les stagiaires.

Voir les parcours...

Formations

Le calendrier des formations 2018-2019 prévues par le centre Alain-Savary est en ligne

Les formations du Centre Alain Savary, organisées dans le cadre de l'IFE, sont accessibles gratuitement aux cadres, formateurs, coordonnateurs, (EN et hors EN), qui souhaitent y participer.

Le calendrier avec les dates et le sujet des formations 2018-2019 est en ligne, une description plus précise sera publiée

Voir le calendrier...

Kadékol : La webradio de l'ifé
15/10/2018 IFÉ QUOI ? : épisode 12

Quels sont les enjeux de la formation de formateurs en Guyane ? Qu'est-ce que le catalogue "La Fabrique des LéA" ? 

Découvrez-le dans IFÉ QUOI du mois d'octobre ! 

04/10/2018 LE MICRO EST DANS LA CLASSE : épisode 11

Le projet "pas à pas vers le collège" crée du lien entre les citoyens de demain autour de la question du Développement Durable. Tendez l'oreille pour entendre un fourmillement d'idées, de questions, d'inventions et de réflexions  !

02/10/2018 ÇA MANQUE PAS D'R : épisode 12

L'enseignement des langues étrangères : pourquoi les français n'y arrivent-ils pas ? 

15/09/2018 IFÉ QUOI ? : épisode 11

IfÉquoi en Septembre ? Éducation à la citoyenneté, neurosciences et les évènements de la rentrée à l'IfÉ !

15/09/2018 ÇA MANQUE PAS D'R : épisode 11

Enseigner les mathématiques : la bonne méthode existe-t-elle ?

Kadékol : La webradio de l'ifé - Plus…