Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vidéo 3 Les formateurs du réseau : « que font-ils quand ils ne sont pas là ? »

Par Stéphane Kus publié 06/06/2017 14:55, Dernière modification 04/01/2018 13:57
Cet extrait caractérise une situation de travail où les pilotes prennent connaissance des conditions de travail des formateurs impliqués dans le réseau depuis la refondation de l’EP, ici le cas des FEP.

Nous avons retenu le moment où, s’agissant de répartir les tâches en vue d’opérationnaliser un dispositif concernant le cycle 3 autour de l’évaluation des/par compétences, l’IEN signale l’absence de la FEP 1er degré. À cette absence, une explication tarde à venir « il y a une répartition des moyens… il nous manquait quelqu’un et en fait on a donné à cette personne une mission supplémentaire…travailler en plus dans un autre réseau… parce qu’elle n’a pas que celui-là [jean Moulin], elle a d’autres réseaux… ». La nomination s’est faite récemment, suite à la non affectation d’un formateur sur un poste resté vacant plus d’une année. Et le principal s’étonne, non seulement de ne pas être informé officiellement de ces attributions de moyens au sein de son réseau « … j’adorerais la rencontrer mais je ne savais même pas qu’elle était nommée […] ça c’est fantastique, on nomme des gens et nous on n’est pas au courant ». Mais encore, il découvre que les FEP, en plus de leur charge d’enseignant en EP, interviennent sur plusieurs réseaux : 6h pour assumer la formation des équipes éducatives de 4 réseaux marseillais, tous éloignés géographiquement « Moi aussi j’ai 4 réseaux et n’importe quel formateur REP+ a 4 ou 5 réseaux….[…] et il (le Principal) ne le sait pas non plus… […] parce qu’on a une décharge de tiers temps… mais pas que pour le réseau Jean Moulin mais pour les 4 réseaux …donc ça ferai a priori 1,5h par semaine à Jean Moulin et… on en fait beaucoup plus... Heureusement que dans les 4 réseaux, il y en a deux… j’ai proposé mes services et ils m’ont dit "merci, j’ai pas besoin de vous" mais si j’avais trois Jean Moulin, avec 6h par semaine, c’est pas possible à gérer… et ça, je pense que Dominique (le Principal) ne le sait pas ».

Comment faire un travail "bien fait" à leur image, le faire d’une manière telle qu’on puisse s’y reconnaitre, malgré la surenchère des missions et des tâches à accomplir et les limitations imposées par les impensés de l’institution ?

Suffirait-il de définir avec précision le périmètre d’actions de chacun, pilotes "principaux" et pilotes de "soutien", pour mieux régler les questions d’organisation du travail, notamment la porosité et l’éparpillement des missions, la responsabilisation croissante, l’intensification du travail, le sur-investissement de chacun, etc. ?

Nous avons travaillé ici sur les dilemmes que rencontrent ces formateurs, entre prendre le temps d’accompagner une équipe éducative dans la durée et répondre à toutes les demandes qui émanent des différents réseaux attribués au FEP. Prendre son temps, rapportent les FEP, « permet d’aller en profondeur dans le travail et envisager la transformation des manières de faire…» mais, dans le même temps, cela implique «de bâcler », voire d’ignorer certaines autres demandes, y compris celles issues d’un même réseau. Cela suppose donc pour le formateur d’avoir à gérer en permanence l’écart entre ce que les réseaux attendent de lui en matière de formation et ce qu’il est en mesure de fournir, en regard de l’organisation du travail, telle que définit –ou pas- dans sa lettre de missions. Dans le cadre de cette intervention, et tout particulièrement dans ce contexte de changement important et permanent de l’organisation, nous avons été maintes fois confrontés à des situations de déni de part et d’autres, bloquant ce qui remonte du terrain, c’est-à-dire des difficultés que rencontrent les pilotes. C’est le cas, par exemple de l’IEN qui prend conscience qu’elle ne connait ni les missions ni la charge de travail de ses homologues « les IA-IPR…je crois que je connais pas bien leur travail…en fait […] leur masse de travail… ». Une des conséquences majeures de cette méconnaissance du travail de l’autre, marqué par l’absence de débats à propos des critères de qualité du travail à faire, c’est le risque de décrochage, en tous les cas, d’un positionnement difficile et toujours périlleux. Ce qui conduit l’IEN, confronté au réel de cette activité, à juger l’affaire impossible : « On pose sur le papier un contrat qui est irréalisable... en fait, [….] c’est ça qu’elle nous dit Madame XXX,… Madame XXX elle n’est pas là,… elle nous dit « 5… déjà 4 je n’y arrive pas… 5 je ne viendrai pas parce que je n’y arrive pas ! ». Lors d’un entretien, cette formatrice confrontée aux images de sa propre activité évoquera sa difficulté à rendre compatible les différentes prescriptions, les prioriser, en écarter certaines faute de pouvoir « tout faire ». On comprend bien ici que ce qui est couteux, dans ce travail, ne se réduit pas à ce que font ces formateurs, mais aussi et surtout c'est ce qu’ils voudraient pouvoir faire et ne parviennent pas à faire.

On reprendra ici la notion de "malaise dans l’organisation" qui, outre la surcharge de travail et d’organisation, la gêne ressentie par la réduction de ses marges de manœuvre, le sentiment de déstabilisation placent les professionnels sur une pente potentiellement dangereuse, celle des troubles de santé (de Terssac, 2013). En reprenant à notre compte les propos de François Daniellou lors d’un congrès de la Société d’Ergonomie de Langue Française en 2015 et étant donné l’ampleur des enjeux à la fois de santé et sociaux, il est plus que fondamental de comprendre qu’il n’y a pas de place pour les querelles de personnes. Quand l’organisation empêche le travail de qualité, on peut dire que nous sommes dans une situation d’urgence !

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
14/02/2018 Ce scénario de formation propose des éléments pour une formation d'enseignants sur la manipulation en mathématiques, en utilisant notamment des vidéos de l'école élémentaire JJ Rousseau d'Argenteuil.
02/02/2018 Le Cycle des Evaluations Disciplinaires Réalisées sur Echantillon (CEDRE) conduit par la DEPP est un outil d’observation des acquis des élèves pour le pilotage d’ensemble du système éducatif. Il couvre les compétences des élèves en référence aux programmes scolaires, il éclaire aussi sur l’attitude et la représentation des élèves à l’égard de la discipline et il interroge les pratiques d’enseignement.
17/01/2018
17/01/2018
16/01/2018 3 ans après la refondation de l'Éducation prioritaire, où en est le pilotage des réseaux ? Le centre Alain-Savary a mené l'enquête pour analyser le travail réel des pilotes et leur proposer des ressources et des outils.
16/01/2018 Au cours de l'année 2016-2017, plusieurs dizaines de circonscriptions ont testé des modalités d'accompagnement d'écoles à partir de Narramus. A Lyon, deux circonscriptions ont travaillé ensemble, et sont venues à l'IFÉ témoigner de leurs réussites et de leurs discussions...
16/01/2018 Une synthèse des réflexions et des outils du centre Alain-Savary au service des formateurs. Quelle serait une formation continue véritablement efficiente, une « bonne » formation, aujourd’hui ? À partir de son expérience, le centre Alain-Savary a défini un certain nombre d’objectifs, de modalités et d'outils pour concevoir la formation continue des enseignants. Version 6 - Novembre 2017, avec un nouveau chapitre sur l'usage de la photo.
16/01/2018 Ingrid enseigne dans une classe double niveau CP-CE1. Elle organise des ateliers de mathématiques lors de l'accueil du matin. Un peu plus tard dans la matinée, elle travaille les tables de multiplication en classe entière.
16/01/2018 Marie enseigne en CM1 - Séance de mathématiques autour de la construction des nombres décimaux
16/01/2018 Depuis six ans, l’école JJ Rousseau d’Argenteuil, située en REP, a engagé une réflexion collective pour faire réussir ses élèves en mathématiques, et mis en œuvre un travail spécifique autour de la résolution de problèmes. Partant du constat que les élèves peuvent réussir les tâches sans comprendre les enjeux d’apprentissage, ils ont fait le choix de la complexité initiale. Dès le CP, ils travaillent progressivement et simultanément la construction du nombre, les concepts opératoires, les algorithmes de calcul et la catégorisation des problèmes additifs et multiplicatifs. C’est à dire que sans jamais renoncer au sens, ils pratiquent un entrainement intensif des différents types de tâches pour structurer puis automatiser les procédures.
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr