Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Centre Alain Savary
Navigation

comprendre l’organisation du travail

Par Stéphane Kus publié 06/06/2017 14:55, Dernière modification 06/10/2017 15:42
A partir des réunions que nous avons filmées et des entretiens conduits avec chaque participant dans sept réseaux, nous avons essayé de rendre compte de l’organisation du travail de co-pilotage dans chaque réseau. Chaque schéma a ensuite été rediscuté et enrichi en séminaire avec chacun d'eux. Ces schémas permettent de mesurer que ce que prescrivent les textes est à chaque fois traduit et adapté dans chaque réseau pour rendre le pilotage opérationnel.

Des invariants

  • Le comité de pilotage n’est quasiment jamais une instance de réflexion et de décision, tout au plus de présentation et de validation : le nombre de participants (prescrits par les textes) rend difficile d’en faire une instance opérationnelle.
  • Du coup, presque tous les réseaux ont mis en place un comité plus restreint (à géométrie variable en fonction des réseaux) qui est le vrai lieu de la réflexion et de la décision. Ce comité, qui renormalise les prescriptions, prend du coup des appellations et des fonctions différentes : comité stratégique, réunion de pilotage, conseil de réseau, comité restreint, etc.
  • Tous les réseaux doivent arbitrer autour de dilemmes entre ce qui doit relever du comité de pilotage du REP et ce qui doit relever du conseil écoles/collège : qui y participe ? quels objets de travail dans chaque instance ? comment articuler le réseau, la circonscription du premier degré, le ou les secteurs de recrutement de collège ? comment faire pour que ces instances permettent réellement la mise en synergie du premier et du second degré ? etc.
  • Les instances ne peuvent fonctionner sans une multitude d’interactions plus ou moins formelles entre les pilotes, le coordonnateur, et tous les autres personnels du réseau ainsi que les partenaires.

Des spécificités

  • Au delà de ces invariants, chaque réseau a des fonctionnements spécifiques, liés à la géographie du réseau, à l’histoire de celui-ci et à l’histoire des personnes qui y travaillent. La place des acteurs n’est quasiment jamais la même d’un réseau à un autre, et cette place peut se reconfigurer dans le temps.
  • Nous avons constaté aussi des différences très nettes entre les REP+ et les REP. Les REP+ disposent certes de plus de moyens et de temps, mais du coup cela rajoute pour eux de la complexité et de la charge de travail pour organiser l’utilisation cohérente de ces ressources supplémentaires, d’autant plus que le turn over des personnels peut y être important.

Exemple 1 : Un réseau rural et des instances regroupées

Le réseau X est un nouveau REP rural. Ce schéma des instances a été réalisé avec l’équipe l’année 2 de la vie du réseau. Les trois pilotes et le coordonnateur ont été nommés cette année-là et leurs expériences communes dataient de 6 mois au moment du début de l’enquête.

SCHÉMA INSTANCES 2

 

Le schéma a été réalisé avec comme objectif de comprendre l’importance de chacune des instances en termes d’enrôlement et de mise au travail des personnes qui y siègent. L’équipe a aussi tenté de décrire les liens entre les différentes instances.

Des choix pour faire réseau

  • L’équipe de pilotage considère qu’elle a un rôle primordial dans l’enrôlement des équipes autour d’actions concrètes du projet de réseau.

Parole de pilote : « Mettre en place des actions c’est un bon moyen pour rassembler tous les acteurs autour d’un projet commun. Le mot action n’est peut-être pas le bon, ce qui m’intéresse c’est la construction, le travail préalable pédagogique et éducatif. S’il y a peu d’avant et pas d’après, c’est de l’animation. »

 

  • Le conseil école-collège associe le plus de personnes possibles pour travailler soit sur des objets réseau comme la co-éducation ou l’explicitation, soit sur des objets du cycle 3 comme la progressivité des apprentissages entre école et collège.

Parole de pilote : « C’est une instance qui va pouvoir diffuser un peu les choses mais je veux qu’on puisse avoir une construction commune avec des groupes de travail. C’est ma façon de dire : on travaille ensemble. »

  

  • Le comité de pilotage est une instance qui ne les satisfait pas encore car ce n’est pas une instance de travail.

Exemple 2 : Le réseau W : Un pilotage resserré

On ne peut comprendre la spécificité de l’organisation du pilotage de ce réseau, que si l’on regarde la complexité géographique et administrative auquel il est confronté (voir ci-dessous).

SCHÉMA RÉSEAU 3

Ce double réseau (2 REP+ qui font le choix de fonctionner ensemble) est constitué de deux collèges mitoyens qui ont unifié leur secteur de recrutement pour homogénéiser leur public. Ce secteur comprend des écoles en REP (17) et d’autres qui ne le sont pas. Certaines écoles font partie du double REP+ bien que la majorité de leurs élèves dépendent d’un autre secteur de collège situé sur une commune voisine. La préoccupation des pilotes (principaux des 2 collèges et IEN) est avant tout d’afficher une non-concurrence et un équilibre des deux collèges, bien que leur histoire, leur fonctionnement et leurs résultats diffèrent fortement.

SCHÉMA INSTANCES 1

De ce fait, les discussions se font à huis-clos entre les trois pilotes, qui veulent ensuite afficher une image de cohérence et d’équilibre, le travail est ensuite prescrit aux deux coordonnateurs (l’un issu du premier degré, l’autre du second), présenté dans une réunion restreinte (avec les principaux adjoints, le directeur de la SEGPA, qui ont du mal à trouver du sens à ce qui est présenté) avant d’arriver au comité de pilotage devant plus de cinquante personnes. 

La réflexion pédagogique n’apparaît pas dans ce circuit. Elle a lieu soit dans les commissions du conseil école-collège, soit dans des espaces plus informels et invisibles : par exemple, le principal adjoint d’un des collèges, anime une réflexion avec quelques professeurs sur les devoirs et le travail personnel.

D'autres réseaux, d'autres organisations du travail...

SCHÉMA INSTANCES 3

SCHÉMA INSTANCES 5

SCHÉMA INSTANCES 4

Présentation du centre

vignette-teaser-cas

Lettre d'actualités
newsletters Pour vous abonner, entrez votre adresse de messagerie :

Actualités
16/09/2019 Marie-Odile Maire-Sandoz, membre de l’équipe du centre Alain Savary, a partagé avec ses collègues de l’INRP puis de l’IFE, de 2004 à 2019, sa force de travail et ses convictions.
11/09/2019 Mardi matin, mois de décembre 2017. Élisabeth conduit le rituel de l'appel : Compter les présents et les absents. Elle en fait une activité de mathématiques qui permet de réinvestir certaines connaissances étudiées à d'autres moments sur le nombre .
15/07/2019 Dans une conférence scindée en quatre vidéos, Sylvie Plane, professeure émérite de Sciences du langage, fait découvrir cet objet complexe. De la maternelle au lycée, l'oral est à la fois vecteur et objet d'apprentissage. Ses différentes dimensions : sociales, interactionnelles, cognitivo-langagières, etc. sont exposées en détails dans le but de mieux comprendre ce qui se joue en classe et de penser des pistes de travail pour les élèves.
11/07/2019 À vos agendas ! Le calendrier des formations 2019-2020 de l’Ifé est en ligne et les inscriptions sont ouvertes.
18/06/2019 Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation nationale et conseiller spécial auprès de Jean-Marc Huart, DGESCO, dresse un état des lieux de la mise en œuvre du rapport Villani-Torossian concernant la formation initiale et continue, en mathématiques, des enseignants du premier degré. Cette intervention se situait dans le cadre de la deuxième session de la formation de formateurs « concevoir des formations en mathématiques et accompagner les enseignants sur le terrain en éducation prioritaire » organisée par l’Ifé-Centre-Alain-Savary en mars 2019.
28/05/2019 Dans la filiation d'Henri Wallon et de Lev Vygotski, Jean-Yves Rochex, professeur en Sciences de l'éducation à l'Université Paris 8 Saint-Denis, définit le rôle de l'école dans le développement de l'enfant, ainsi que des concepts utiles à l'enseignement et à la formation des enseignants : expliciter, triple autorisation, norme et normativité, zone proximale de développement (ZPD), etc.
12/04/2019 Ce module de formation propose d'analyser avec un groupe d'enseignants une pratique de résolution de problème en Moyenne Section. À partir d'une photo et d'un extrait vidéo, le collectif est amené à repérer dans ce que fait la maitresse, ce qui peut outiller les élèves pour construire du langage mathématique et structurer la pensée. Comment distinguer les buts de la tâche, des objectifs d'apprentissage ? Quels sont les "savoirs invisibles" qui sont nécessaires pour réussir la tâche ?
12/04/2019 Comment s'emparer des erreurs des élèves dans les situations d'apprentissages ? Pour en faire quoi ? Ce module de formation traite de la question des régulations didactiques au cœur des séances d'apprentissage au cycle 1.
12/04/2019 Quelles consignes pour favoriser quelles activités cognitive et langagière des élèves ? Que faut-il expliciter ou laisser dans l'ombre ? Quels indicateurs langagiers (verbaux et non verbaux) prélever pendant la séance pour savoir si les élèves sont en train d'apprendre, savent déjà, sont encore loin des objectifs d'apprentissages ciblés ? Ce module tente de répondre à ces questions en analysant l'activité conjointe d'une enseignante de PS et celle de ses élèves.
11/04/2019 Comment accompagner une équipe de collège REP+ pour mieux gérer les situations de crise dans la classe mais aussi au sein de l’établissement ? Marie-Bénédicte Duprat et Éric Jourdain, FEP en Corse, présentent le dispositif des "cafés pédagogiques"
Contacts

Centre Alain-Savary

IFé - ENS de Lyon
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07

courriel : cas.ife[at]ens-lyon.fr